Wideman fidèle au poste

« C'est important pour moi d'être là chaque soir... (Archives La Presse canadienne)

Agrandir

« C'est important pour moi d'être là chaque soir et de faire partie de cette équipe », a expliqué Chris Wideman (à droite) qui a joué mercredi contre les Sharks malgré une fracture de la mâchoire.

Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chris Neil était à l'honneur mercredi soir au Centre Canadian Tire, mais un autre Chris, Wideman celui-là, ne voulait surtout pas rater la fête.

Atteint en plein visage par un tir dévié dimanche à Anaheim, le défenseur américain a affronté les Sharks de San Jose même s'il a eu besoin de points de suture à l'intérieur de son nez et qu'il a une petite fracture de la mâchoire.

Wideman devra porter une visière complète pour environ deux semaines, histoire de protéger cette dernière. Il avait également un genre de tampon dans la narine gauche pour protéger ses points de suture.

« C'est déjà une amélioration par rapport à hier alors que j'en avais un dans chaque narine, c'était comme si je devais retenir mon souffle pendant tout l'entraînement. Ça devrait être plus facile dans un match alors que tu as la chance d'aller au banc pour le reprendre, a-t-il relaté après l'exercice matinal des siens. Apparemment qu'il faut protéger mes points parce que s'ils ne tiennent pas, ça va être assez laid (messy, a-t-il dit en anglais). Heureusement, aucune dent n'a été cassée par cette rondelle qui m'a d'abord atteint au bas de la visière. Une chance, juste avant Noël comme ça, ma mère n'aurait pas été contente. »

Partenaire d'un soir de la recrue Ben Harpur alors que son partenaire Mark Borowiecki purgeait sa deuxième et dernière partie de suspension pour une mise en échec par derrière à l'endroit de Tyler Toffoli à Los Angeles samedi dernier, Wideman ne pensait pas avoir trop de difficultés à s'adapter à une visière complète.

« J'ai joué avec une grille pendant 20 ans avant de passer chez les professionnels. J'ai décidé d'y aller avec la visière parce qu'elle protège mieux ma mâchoire et que c'est plus sécuritaire pour les autres joueurs qui pourraient venir me frapper. Je vais l'utiliser pour le match (contre les Sharks) et si je n'aime pas ça, je vais changer pour le match suivant », a indiqué l'ancien de l'université Miami of Ohio. 

Joueur doté d'un bon sens de l'humour, ce qui a été mis en évidence la saison dernière dans quelques vidéos tournées pour le site internet de l'équipe, Wideman s'est attiré plusieurs taquineries de ses coéquipiers lors des entraînements des deux derniers jours. Il craint qu'il devra s'habituer à un tel traitement.

« J'ai entendu plusieurs quolibets des gars, je peux juste imaginer ce que ce sera lors des prochaines parties. Je vais prendre ça en riant et ne pas trop m'en faire avec ça », a-t-il lancé en riant.

Wideman n'avait pas terminé le match à Anaheim et il ne voulait pas s'absenter plus longtemps, de peur d'ouvrir la porte aux jeunes de l'organisation comme Harpur et Andreas Englund.

« Je suis un de ces gars qui doit toujours se battre pour son poste, donc je ne peux pas prendre de soirée de congé. C'est important pour moi d'être là chaque soir et de faire partie de cette équipe, donc je dois me débrouiller avec ça », a-t-il expliqué.

En bref

Brassard a oublié

Derick Brassard a joué sa dernière saison chez les juniors à Drummondville sous les ordres de Guy Boucher et il ne se souvenait pas de l'avoir vu « péter les plombs » comme il l'a fait lors de la pratique de mardi cette année-là, où il avait cependant raté la majorité de la saison régulière en raison d'une opération à une épaule. « Pour être honnête, je ne m'en souviens pas. C'est sûrement arrivé mais je ne m'en rappelle pas. C'est ça, une saison de hockey, toutes les équipes passent par là. C'est certain qu'on n'est pas satisfait du voyage en Californie... Ce qu'il (Boucher) a essayé de nous dire, c'est qu'on ne peut pas dévier de la façon de jouer qui nous a permis d'avoir du succès. Il faut continuer dans le même moule qu'on avait bâti depuis le début de la saison », a raconté le centre gatinois.

Visite au CHEO

Au lendemain d'un match où les Sénateurs lui ont rendu hommage, Chris Neil aura l'occasion de se rendre à un endroit qui lui est cher, le Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) jeudi, alors que les joueurs de l'équipe y effectueront leur visite annuelle du temps des Fêtes.  Neil et son épouse Caitlin sont les présidents d'honneur de la Maison de Roger, la résidence de soins palliatifs attenante au CHEO.

Un 67 et un Franco au match des espoirs

Un joueur des 67's et un Franco-Ontarien d'Ottawa font partie des 40 joueurs invités au Match des espoirs de la Ligue canadienne de hockey. Sasha Chmelevski et Jacob Paquette ont été retenus pour participer au match qui sera présenté à Québec le 30 janvier. Vingt-huit des 60 équipes de la LCH seront représentées à ce match, mais pas les Olympiques de Gatineau.  Défenseur de 6'3'' chez les Frontenacs de Kingston, Paquette a cinq points en 23 matches et Chmelevski en a 25, dont 14 buts,  en 29 matches avec les 67's.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer