Heureux de remplacer les blessés

Fredrik Claesson (sur la photo) et Max McCormick... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Fredrik Claesson (sur la photo) et Max McCormick ont la chance de jouer avec le grand club pendant que Marc Methot et Bobby Ryan se remettent de leur blessure respective.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les blessures des uns font toujours le bonheur des autres, au moins temporairement.

Les absences pour des périodes indéterminées de Bobby Ryan en attaque et de Marc Méthot à la ligne bleue ouvrent la porte à Fredrik Claesson et Max McCormick, qui étaient dans les parages sans avoir disputé les quatre derniers matches des Sénateurs.

Claesson a été appelé à prendre à nouveau la place de Méthot aux côtés du capitaine Erik Karlsson, ce qui ne nécessite pas nécessairement un gros ajustement pour ce dernier puisque les deux ont tendance à demeurer en arrière et lui refiler la rondelle le plus vite possible.

« Je dois juste lui donner la rondelle tout le temps, a-t-il blagué. Non, je dois jouer à ma façon aussi. Mais il est tellement bon que si je peux lui refiler la rondelle, je devrais le faire... Comme il est Suédois, il peut me dire quoi faire et je peux le comprendre un peu mieux. »

Claesson a disputé un septième match cette saison avec les Sénateurs, alors que McCormick obtenait un cinquième départ contre les Flyers jeudi soir. Les deux étaient en quête d'un premier point. 

McCormick s'est retrouvé à nouveau sur le quatrième trio, à gauche de Chris Kelly et Chris Neil, prenant la place de Curtis Lazar, qui a obtenu la première chance de jouer sur le deuxième trio complété par Kyle Turris et Ryan Dzingel.

« Je suis excité d'avoir une chance de jouer, j'espère jouer avec confiance et apporter de l'énergie. Plus je joue, plus je prends confiance. Je pense que mon jeu est au point présentement. En jouant avec deux gars d'expérience (Kelly et Neil), ça devrait m'aider à me calmer. J'aimerais bien contribuer en attaque aussi », a-t-il indiqué en matinée.

McCormick a quand même une certaine expérience acquise la saison dernière, alors qu'il avait amassé deux buts et deux passes en 20 parties lors de ses rappels.

L'entraîneur-chef Guy Boucher sait exactement à quoi s'attendre de ce joueur qu'il apprend à connaître.

« Il est juste un gars qui travaille sans relâche, qui est le premier sur la rondelle, termine ses mises en échec et apporte de l'énergie à notre équipe, a-t-il noté. Tu veux toujours que les gars comptent des buts et contribuent en attaque, mais quand tu es sur la quatrième ligne avec Neil... Je suis un gars qui recherche une identité, que ce soit un trio, une paire de défenseurs ou une équipe. Quand tu as Neil et McCormick, cette quatrième ligne doit être physique et acharnée pour nous donner du momentum. »

Diplômé de l'université Ohio State tout comme son coéquipier Ryan Dzingel, McCormick a eu une frousse plus tôt cette semaine quand il a appris qu'une attaque terroriste au couteau qui a fait 11 blessés sur le campus de cette institution de haut savoir a été perpétrée lundi. L'assaillant a été tué par un policier de l'université où son frère Sam est un membre de l'équipe de hockey.

« Heureusement, il était à l'aréna pour une pratique lorsque c'est arrivé. Ils ont été mis en lock down pendant une heure et demie, mais j'ai pu lui parler. J'étais heureux de savoir qu'il était en sécurité. C'est effrayant, encore plus quand ça te touche de si près, à un endroit que tu connais bien. C'est arrivé à une place où je passais tous les jours dans le temps où j'étais là. Mes prières accompagnent les gens qui ont été affectés, et leurs familles », a-t-il indiqué.

Giroux se fiance

Les Flyers sont arrivés plus tard que prévu à Ottawa mercredi, devant faire une escale imprévue à Buffalo en raison du brouillard, ce qui a certes compliqué un peu les choses pour Claude Giroux. Ce dernier a profité de son passage dans sa région d'adoption pour célébrer ses fiançailles avec sa copine des quatre dernières années, Ryanne Breton, en compagnie de leurs deux familles qui sont dans la région. « Ça s'en venait depuis longtemps, c'est pas mal excitant », a confié Giroux aux collègues de Philadelphie avant le match, lui qui n'était pas à la pratique matinale optionnelle des siens.

Quatre candidats au Match des étoiles

La LNH a publié jeudi son bulletin de vote pour le Match des étoiles qui aura lieu le 29 janvier à Los Angeles et on y retrouve les noms de quatre candidats chez les Sénateurs pour faire partie de l'équipe de la division Atlantique, soit le gardien Craig Anderson, le défenseur Erik Karlsson et les attaquants Kyle Turris et Bobby Ryan. Un peu surprenant que ce dernier, avec ses trois buts et cinq passes, ait été retenu devant Mark Stone (7 buts, 15 points) et Mike Hoffman (7, 16). 

La coupe Grey à l'honneur

Le directeur général du Rouge et Noir, Marcel... (Sean Kilpatrick, La Presse canadienne) - image 5.0

Agrandir

Le directeur général du Rouge et Noir, Marcel Desjardins, l'entraîneur-chef, Rick Campbell, le receveur Brad Sinopoli et le quart Henry Burris ont été applaudis par la foule du Centre Canadian Tire.

Sean Kilpatrick, La Presse canadienne

Les Sénateurs ont profité du match de jeudi soir pour saluer la conquête de la coupe Grey par le Rouge et Noir d'Ottawa. Après les hymnes nationaux entonnés par l'ancienne meneuse à claques des Rough Riders Tammy Laverty, plusieurs joueurs qui sont encore en ville se sont amenés sur le tapis situé près de la sortie de la Zamboni pour être ovationnés par la petite foule. Par la suite, le DG Marcel Desjardins, l'entraîneur-chef Rick Campbell, Brad Sinopoli et Henry Burris - qui était en béquilles - ont suscité des applaudissements encore plus nourris en s'amenant au centre de la glace pour effectuer la mise au jeu protocolaire. Sinopoli, le meilleur joueur canadien de la finale contre Calgary, et Burris, le joueur par excellence du match, ont déposé la rondelle entre les capitaines Erik Karlsson et Claude Giroux en se servant de la fameuse coupe, qui n'a pas été vue dans la capitale en 40 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer