Chris Kelly retrouve ses amis des Bruins

Chris Kelly est fébrile d'affronter son ancienne équipe,... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Chris Kelly est fébrile d'affronter son ancienne équipe, comme il l'a aussi été en affrontant les Sénateurs lorsqu'il était un Bruins.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Capitaine non officiel de l'unité de désavantage numérique, Chris Kelly n'a évidemment pas aimé voir celle-ci allouer deux buts aux Canadiens mardi soir dans le gain de 4-3 de ses Sénateurs.

Ces filets de Shea Weber et Alex Galchenyuk ont arrêté à 35 le nombre de situations à court d'un ou deux hommes écoulées sans allouer de but à l'adversaire, séquence de 12 parties amorcée après un revers de 4-2 contre Tampa Bay le 22 octobre dernier.

« C'est certain qu'on ne pouvait pas blanchir l'adversaire en désavantage numérique pour le reste de l'année, ça aurait été trop beau... Il faut juste commencer une autre séquence du genre dès demain et y aller une punition à la fois », a-t-il confié mercredi.

Ça tombe bien, les prochains adversaires des Sénateurs sont l'ancien club de Kelly, les Bruins de Boston, qui s'amène après avoir encaissé un revers de 4-2 contre les Blues de St. Louis mardi, match où ils ont perdu leur capitaine Zdeno Chara, l'ancien défenseur des Sénateurs. Il ne devrait pas les affronter jeudi soir, a indiqué son patron Claude Julien aux journalistes de Beantown mercredi.

« J'ai entendu dire qu'il a le "Kelly Flu" », a blagué Kelly.

Plus sérieusement, ce dernier s'attend à vivre de vives émotions en retrouvant plusieurs de ses coéquipiers avec qui il a gagné une coupe Stanley en 2011.

« C'est toujours spécial quand tu affrontes tes anciennes équipes. Je me souviens encore quand j'ai affronté ces gars-ci (les Sénateurs) quand j'ai été échangé à Boston. C'était une sensation étrange, surtout que mon premier match était dans cet aréna-ci. Mes souvenirs de ce match sont flous. Les gars essayaient de me parler sur la glace et je ne les écoutais pas, je tentais de me concentrer sur le match. C'est toujours différent d'affronter des amis », a-t-il indiqué après la pratique de mercredi.

Kelly est passé aux Bruins en février 2011 dans le cadre d'une vente de feu qui avait aussi vu Mike Fisher et Alex Kovalev changer d'uniforme, notamment. Un choix de deuxième ronde avait été obtenu contre lui, choix utilisé pour sélectionner Shane Prince, échangé aux Islanders de New York la saison dernière.

Après la conquête de la coupe ce printemps-là, il est resté à Boston pour quatre autres saisons, la dernière étant interrompue par une fracture d'une jambe subie le 3 novembre de l'an dernier. Il a signé un contrat d'un an avec les Sénateurs l'été dernier et s'avère à nouveau un bon soldat pour eux, avec un but et deux passes à sa fiche en 19 parties.

Il ne fallait pas lui demander un rapport de dépisteur sur le gardien Tuukka Rask avant de croiser le fer avec les Bruins, cependant.

« On dirait que Tuukka savait toujours où j'allais lancer. Il joue très bien cette saison et il est un excellent gardien qui fait les gros arrêts au bon moment. Comme tous les gardiens d'élite, tu dois créer de la circulation devant lui, lancer autant de rondelles que possible et être près de la peinture bleue pour saisir les retours ou lui voiler la vue », a-t-il raconté.

Pour en revenir au désavantage numérique des Sénateurs, qui est cinquième dans la LNH cette saison (86,4 % d'efficacité), Guy Boucher ne lui lançait pas la pierre mercredi. « Ils (les Canadiens) ont démontré qu'ils ont un excellent avantage numérique, ils ont de très bons lancers sur réception. Tu peux mieux gérer ça quand tu n'as pas beaucoup de punitions, mais quand tu en as beaucoup (sept, mardi) dans un match, l'adversaire s'habitue à ce que tu fais, ce que tu leur donnes et ne leur donnes pas. On a eu trop de punitions (mardi) », analysait-il.

La vérité selon Condon

Avec la visite des Bruins jeudi, le gardien substitut Mike Condon a pu faire une confidence mercredi : en grandissant à Needham, au Massachusetts, il était un grand partisan de la formation bostonnaise. « Maintenant je peux le dire. J'ai dû mentir toute l'année (dernière) à Montréal », a-t-il blagué. Condon, en passant, a éprouvé certains problèmes avec son nouveau masque aux couleurs des Sénateurs, un hommage à l'ancien gardien Ron Tugnutt. Il a reçu récemment un tir de Chris Wideman dans le masque et en se déplaçant un peu, celui-ci a cassé le bas de ses palettes. « Il m'a déjà payé une bouteille de vin pour ça, a-t-il raconté. Je ne sais pas si je vais faire arranger mes dents, j'aime l'idée d'avoir vraiment l'air d'un joueur de hockey. » Depuis son arrivée avec les Sénateurs, le jeune gardien a signé 2 victoires, dont une par blanchissage et une défaite en trois départs.

Chez les juniors

Quelques espoirs des Sénateurs continuent de connaître de gros débuts de saison chez les juniors. Cédé aux Sea Dogs de Saint-Jean au début du mois, le défenseur Thomas Chabot a 2 buts et 8 passes en 6 parties dans la LHJMQ, alors que le premier choix en 2015 sera bientôt invité au camp d'Équipe Canada junior. Le premier choix de 2016, Logan Brown, sera de passage au Centre municipal vendredi soir avec ses Spitfires de Windsor, pour qui il a amassé 8 buts et 13 passes en 21 matches. Deuxième choix en 2015, le Tchèque Filip Chlapik est le quatrième compteur de la LHJMQ avec ses 37 points, dont 18 buts, en 21 parties. Le Suédois Filip Ahl, quatrième choix en 2015, va très bien lui aussi avec 17 buts et 27 points en 21 parties avec les Pats de Regina, menés à une fiche de 16-2-3 (meilleure de la LHOuest) par l'ancien entraîneur des Sénateurs John Paddock.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer