Le couple Anderson reconnaissant

Craig Anderson, dont la femme a déjà débuté... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Craig Anderson, dont la femme a déjà débuté ses traitements de chimiothérapie et de radiothérapie dans un hôpital de New York, sera de retour au jeu samedi contre les Panthers.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir obtenu une soirée de congé, le gardien Craig Anderson sera de retour devant le filet des Sénateurs d'Ottawa samedi soir pour affronter les Panthers de la Floride.

Il le fera à nouveau sans avoir l'esprit totalement tranquille alors qu'au moment où il sautait sur la glace pour la pratique de vendredi, son club a rendu public un message de remerciement pour les appuis reçus depuis l'annonce du diagnostic de cancer de son épouse Nicholle le 29 octobre dernier, révélant du même coup qu'elle est atteinte d'un carcinome du nasopharynx, une forme de cancer de la gorge qui sera traité avec de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

Mère de deux enfants, Nicholle Anderson, 35 ans, a déjà commencé les traitements, qui sont prodigués au Memorial Sloane Kettering Cancer Centre de New York.

« Tout d'abord et de façon plus importante, nous voulons utiliser cette opportunité pour remercier tout le monde du hockey pour son appui fantastique depuis l'annonce du diagnostic de cancer de Nicholle. Nous voulons exprimer notre gratitude envers l'organisation des Sénateurs d'Ottawa, d'Eugene Melnyk à Pierre Dorion, à l'entraîneur (Guy) Boucher et aux joueurs, aux autres épouses et conjointes, ainsi qu'aux amateurs qui ont fait de gros efforts pour nous permettre de se battre contre cela ensemble », lit-on dans le communiqué.

Le couple remercie également l'organisation des Flyers de Philadelphie pour son aide au niveau du dépistage initial de la maladie avec leur cancérologue de la région de Lehigh Valley, en Pennsylvanie, de même que la Fondation des Sénateurs pour son aide.

« Bien des gens nous ont approchés pour demander comment ils peuvent nous appuyer face à ce défi. Nous demandons simplement vos bonnes pensées et pour ceux qui choisissent de le faire, continuez à appuyer votre société locale du cancer pour que la recherche permette de trouver un remède à cette maladie. Finalement, alors que nous comprenons la nature publique du travail de Craig, nous demandons gentiment votre discrétion afin de nous permettre à tous deux de faire face à ce défi de façon privée... Merci pour votre amour et votre appui », se termine le message signé « Craig et Nicholle ».

Force mentale incroyable

Jeudi, l'entraîneur-chef Guy Boucher avait laissé savoir qu'Anderson serait présent plus souvent que prévu à l'origine, ce qui l'avait amené à lui donner congé à la faveur de Mike Condon lors du revers de 5-1 contre les Predators de Nashville, alors qu'Andrew Hammond, remis d'une blessure à l'aine, avait pris place sur le banc.

« Je ne veux pas parler de leurs vies personnelles, mais si vous me demandez comment 'Andy' a composé avec tout ça devant nous et le groupe, je ne peux imaginer quelqu'un le faisant mieux que ça. Il est le professionnel ultime, affichant une force mentale qui est rarement étalée par une personne, ça dépasse l'entendement à quel point il a été bon et constant », a souligné Boucher.

Anderson est huitième dans la LNH pour le taux d'efficacité à ,934 depuis le début de la campagne, 13avec sa moyenne de 2,12 ainsi qu'à égalité au quatrième rang avec ses huit victoires.

« Sa façon de composer avec ça tout en jouant à un haut niveau, c'est plus qu'impressionnant. C'est vraiment remarquable... Comme gardien, la concentration est un élément important, il a trouvé un moyen de bien jouer tout en minimisant les distractions », a souligné Hammond.

« Il est une inspiration incroyable pour nous avec tout ce qui se passe avec Nicholle et sa famille. On veut l'appuyer, lui et elle, autant qu'on le peut. Il n'y a pas de mots pour décrire ce qu'il a fait pour notre club », a renchéri le défenseur Dion Phaneuf.

Boucher content pour Brassard

Guy Boucher était content pour Derick Brassard sur deux fronts vendredi. D'abord de l'avoir vu compter la veille, mettant fin à une traversée du désert de 15 parties entre son premier et son deuxième but de la saison. «L'affaire avec Derick est qu'il est un bon tireur, mais il cherchait à alimenter tout le monde. Il voulait montrer en arrivant ici qu'il est un bon fabricant de jeu, mais il s'est oublié lui-même en ne finissant pas les jeux, ce qui a créé de l'hésitation... Comme pour (Mark) Stone l'autre jour, tu peux sentir qu'il y a moins de pression sur ses épaules», a-t-il souligné. Comme il l'a dirigé à Drummondville à sa dernière saison junior en 2006-2007, Boucher est aussi heureux de voir que les Voltigeurs vont l'honorer dimanche en retirant son chandail numéro 61 de la circulation. «Il le mérite, c'est l'honneur d'une vie. Il n'y a pas beaucoup de gens dans le monde qui ont leur chandail retiré par une organisation, c'est exceptionnel pour lui et sa famille aussi. Quand on regarde le parcours d'un joueur, il n'est pas seul, sa famille a fait beaucoup de sacrifices. C'est un honneur partagé par beaucoup de personnes», a-t-il souligné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer