Méthot: jouera, jouera pas?

Marc Méthot pourrait devoir rater le match de... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Marc Méthot pourrait devoir rater le match de mardi soir contre les Flyers.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(PHILADELPHIE) Marc Méthot a passé les deux dernières périodes du match de dimanche à l'infirmerie. Ce n'est jamais très bon.

Le défenseur franco-ontarien était de retour sur patins, lundi. Il a pris part à la séance d'entraînement de son équipe au Centre Canadian Tire. C'est mieux.

Méthot a fait le voyage à Philadelphie, mais il laisse planer le doute quant à sa participation au match de mardi. Ça nous laisse perplexe.

« Ça dépend beaucoup de la façon dont je me sentirai au réveil. Ça dépendra également de ma rencontre avec les thérapeutes de l'équipe. Bref, on verra », explique-t-il.

Le partenaire d'Erik Karlsson ne donne pas trop de détails sur cette mystérieuse blessure qui s'est manifestée dimanche soir. Il dit simplement qu'il a commencé à ressentir des « raideurs » durant la période d'échauffement, alors qu'il se préparait à se mesurer au Wild.

Des raideurs, dans le cas de Méthot, ça ne laisse présager rien de bon.

Il a raté plusieurs mois de hockey, il n'y a pas si longtemps, en raison de raideurs musculaires au bas du dos. « Ça n'a rien à voir. C'est quelque chose de complètement nouveau », assure-t-il.

Et quelque chose de pas trop grave. Encore une fois, faut le croire sur parole.

« J'ai bien essayé de jouer en première période, mais la réalité m'a vite rattrapé. Je n'étais pas capable de faire grand-chose sur la patinoire. Je n'avais pas l'impression de me rendre très utile à l'équipe. »

« Quand tu te sens inutile, quand tu n'as pas l'impression d'aider l'équipe, la décision devient plutôt facile à prendre. Je suis plutôt content d'avoir pris la décision de me retirer. »

Plus jeune, Méthot aurait peut-être agi différemment. Il aurait probablement cherché à jouer, coûte que coûte, ce qui l'aurait peut-être poussé à commettre certaines erreurs.

« Aujourd'hui, j'ai de l'expérience. J'ai quelques années de hockey derrière la cravate. Je comprends que je dois faire attention à mon corps. Le hockey est un sport violent. C'est un sport robuste. Une blessure est si vite arrivée... La prudence est de mise. »

Sept défenseurs

Méthot avait de la chance. Son entraîneur, Guy Boucher, avait pris la décision d'utiliser sept défenseurs pour affronter le Wild.

Ça fait un sacré bout de temps qu'il en parle. Il y voit de nombreux avantages. Ça lui permet, entre autres, de miser sur des spécialistes des unités spéciales.

Dimanche, en l'absence de Méthot, Chris Wideman a simplement obtenu un rôle accru.

L'Américain de 26 ans effectuait un retour dans la formation, après avoir raté cinq parties en raison d'une blessure au « haut du corps ».

Il a l'impression de s'en être plutôt bien tiré. « Je sais que les autres défenseurs de l'équipe connaissent de bons départs. Chacun fait son travail. C'est ce que j'ai essayé de faire à mon tour. »

Wideman a réussi à se faire un nom dans le monde du hockey en connaissant une saison offensive du tonnerre dans la Ligue américaine.

Il se croit bien sûr capable de connaître du succès à l'attaque au niveau supérieur. Il aimerait faire partie de la solution aux problèmes de l'attaque massive.

En passant tout juste 10 minutes sur la patinoire contre le Wild, il a réussi à décocher cinq tirs vers le filet de Darcy Kuemper.

« Je veux quand même me concentrer sur la défensive d'abord, dit-il. Nous avons failli à notre tâche. Ça ne peut pas se reproduire », dit-il.

Un match extérieur ailleurs qu'à Ottawa?

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a bel et bien l'intention d'organiser un match en plein air pour célébrer le 100e anniversaire de son circuit. À Ottawa... ou ailleurs.

M. Bettman a participé à un atelier, lundi, dans le cadre d'une conférence sur la gestion d'événements sportifs, à Toronto. Là-bas, il a parlé de la déception de ne pouvoir présenter cette partie sur la colline du Parlement. Il est sous l'impression que la direction des Sénateurs n'est pas intéressée à chercher un site alternatif en ville. « Nous allons donc étudier la possibilité de présenter cet événement ailleurs. Et par ailleurs, je me dis que ça pourrait se passer dans une autre ville », a-t-il déclaré devant un rédacteur du site NHL.com.

Concours d'habiletés et visite des B-Sens

Les Sénateurs ont ajouté deux événements au calendrier du Centre Canadian Tire au cours des dernières heures. Ils ont d'abord confirmé le retour du concours d'habiletés annuel de l'équipe.

Cette année, il sera présenté au beau milieu du temps des Fêtes, le vendredi 30 décembre, à 17 h 30.

Les billets pour cet événement seront mis en vente le vendredi 18 novembre.

Par ailleurs, les Senators de Binghamton effectueront leur dernière visite au CCT le vendredi 24 mars prochain. Cette année, le club-école des Sénateurs profitera de son passage à Kanata pour croiser le fer avec les Marlies de Toronto.

Les billets pour cet événement seront également mis en vente à la fin de la semaine. L'automne prochain, les espoirs des Sénateurs s'installeront plus près d'Ottawa, à Belleville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer