Une victoire à l'arraché

Zack SMith (à gauche) a marqué le but... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Zack SMith (à gauche) a marqué le but égalisateur, vendredi soir, et Mark Stone celui de la victoire.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'attaque de tire-pois des Sénateurs d'Ottawa n'est certes pas encore vraiment sortie de sa léthargie, mais une explosion in extremis contre les Kings de Los Angeles vendredi soir pourrait bien avoir été un pas dans la bonne direction.

Mark Stone a compté le but gagnant avec 6,5 secondes à faire en temps réglementaire pour procurer une victoire de 2-1 aux hommes de Guy Boucher devant 15 662 amateurs comblés au Centre Canadian Tire. Il a sauté sur un retour de lancer très gras accordé par le gardien Peter Budaj, venu en relève au partant Jeff Zatkoff, blessé, en troisième période.

Flairant l'occasion contre des adversaires qui avaient joué la veille à Montréal, les locaux ont mis pas mal de pression en troisième et les visiteurs ont finalement craqué quand Zack Smith a frappé son propre retour au vol pour atteindre le fond du filet avec un peu moins de quatre minutes à jouer. Un but qui a été contesté par les Kings pour une obstruction commise contre le gardien par Stone.

« Ça faisait longtemps que j'attendais ce but. En fin de compte, nos gros compteurs vont devoir se mettre en marche, on le sait. Nous essayons de sortir de nos léthargies et ces buts, comme le circuit de "Smitty", devraient nous aider. L'an passé, dans un tel match serré, on aurait accordé un but pour se faire sortir du match », a commenté Stone après coup, lui qui n'avait pas compté à ses six matches précédents.

Avant cette rencontre, les Sénateurs (9-5-0) avaient marqué un but ou moins - excluant les buts dans un filet désert - en temps réglementaire lors de leurs six matches précédents.

« C'est un gros but pour moi, ils ne sont pas faciles à obtenir de ce temps-ci. Les chances étaient là mais on ne parvenait pas à finir nos jeux. Je pense que vous avez pu voir à quel point "Stoner" et moi étions excités, avec "Pager" (Jean-Gabriel Pageau, auteur de passes sur les deux buts). Ça va aider, c'est une grosse victoire... Eh oui, j'ai déjà joué au baseball, ma dernière année en ligue senior était il y a quatre ans, mais je n'étais pas un très bon frappeur, mes coéquipiers vous le diraient », a raconté Smith.

Les Kings avaient ouvert le pointage dès la première minute du deuxième engagement quand Dwight King a fait dévier le coup de revers de Jeff Carter derrière Craig Anderson, qui n'y pouvait rien.

Anderson solide

Le gardien des Sénateurs a donné une chance à son club de rester dans le match en repoussant notamment Anze Kopitar en échappée après une gaffe de Mike Hoffman à la ligne bleue adverse. Hoffman, qui disputait son 200e match en carrière, avait fait une autre bévue en début de rencontre qui a forcé Anderson à être alerte contre Dustin Brown, mais il a aussi aidé son gardien en effectuant un beau repli aux dépens de Tyler Toffoli en fin de deuxième.

« C'était le genre de match où tu ne sais pas quand l'attaque va débloquer. On joue avec ardeur et on sort bien de notre zone, en jouant bien en défensive, on se donne une chance d'être là à la fin des matches », a souligné Anderson, auteur de 32 arrêts.

Les Sénateurs disputeront leur prochain match dimanche à 17 h alors que le Wild du Minnesota s'amènera avec son nouvel entraîneur-chef Bruce Boudreau, qui avait eu une entrevue pour le poste obtenu par Guy Boucher le printemps dernier.

Pageau fait bien paraître Boucher

Jean-Gabriel Pageau a trouvé un bon moyen de célébrer son 24e anniversaire de naissance vendredi soir, préparant les deux buts des siens en fin de rencontre.

Il a ainsi bien fait paraître son entraîneur Guy Boucher, qui avait remanié ses trios pour lui redonner Zack Smith et Mark Stone comme ailiers. «On s'est bien tenu ensemble tout le match et ça a rapporté à la fin. On avait eu bien des chances, ça devenait frustrant, mais on devait continuer à lancer et ça a marché. C'était super le fun, on a retrouvé la chimie qu'on avait, je donne le crédit aux deux gars (Smith et Stone), ils ont travaillé extrêmement fort... On voulait une victoire (pour sa fête) et ce sont des points importants quand on va chercher une victoire à la fin comme ça», a commenté le centre gatinois après le gain de 2-1 des Sénateurs contre les Kings.

Boucher, lui, était évidemment heureux de la remontée tardive des siens. «Si on gagne comme ça chaque soir, je vais le prendre. Des victoires de caractère, j'en prendrais chaque soir. Les parties faciles ne te font pas grandir. Dans les parties faciles, on n'apprend pas à se battre dans l'adversité. Si on veut faire les séries, si on veut être bons dans les séries, on n'a pas le choix. Il faut être capables de gagner des matches comme celui-là. Ça fait plusieurs victoires par un but, en prolongation... On démontre qu'on a une belle force mentale», a-t-il analysé.

Ombre au tableau encore une fois, l'attaque à cinq des locaux a encore une fois été déficiente, étant blanchie sur ses trois chances avec l'avantage d'un homme au deuxième tiers, incluant un petit 22 secondes à cinq contre trois. «Pour ce qui est du jeu de puissance... Je crois que je vais aller à l'église et allumer quelques lampions», a ajouté le pilote.

Son vis-à-vis Darryl Sutter était quant à lui incapable de dire pourquoi son gardien partant Jeff Zatkoff a déclaré forfait : «Zatkoff a choisi de se retirer du match après la deuxième période. Je n'ai aucune espèce d'idée de ce qui lui arrive», a-t-il lancé. Avec Sylvain St-Laurent, Le Droit

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer