Condon a le dernier mot

BUFFALO - Robin Lehner répétait encore mercredi matin que les parties contre... (Agence France-Presse)

Agrandir

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

BUFFALO - Robin Lehner répétait encore mercredi matin que les parties contre les Sénateurs d'Ottawa n'ont pas de signification particulière pour lui, que ce sont des matches comme les autres.

À le voir aller lors des deux rencontres en cinq jours contre son ancien club, on serait porté à croire qu'il ment autant que le président élu des États-Unis, Donald Trump.

Le gardien des Sabres de Buffalo a encore excellé mercredi soir au KeyBank Center, repoussant 28 tirs après leur avoir volé un gain de 2-1 samedi soir dernier à Ottawa, mais son vis-à-vis Mike Condon a eu le dernier mot dans une victoire par le même pointage de son nouveau club en tirs de barrage.

Le cerbère acquis pour combler l'absence d'un Andrew Hammond blessé s'est particulièrement illustré en prolongation avec huit de ses 31 arrêts dans ce match, avant d'en effectuer deux autres lors du concours d'échappées.

À leur deuxième match en 24 heures, les Sénateurs (8-5-0) ont bien rebondi de leur revers de 3-1 à Nashville la veille alors que les buts de Kyle Turris et Bobby Ryan en fusillade leur ont permis de demeurer invaincus en prolongation/tirs de barrage cette saison (4-0). « On a gelé les pieds de Robin en prolongation quand ils ont dominé 8-0 au niveau de lancers, ce n'était pas beau, mais on a survécu même si on prenait de l'eau. "Conds" (Condon) nous a sauvés à quelques reprises et on a réussi à le récompenser », a commenté Ryan après coup, lui qui a déjoué Lehner avec une superbe feinte avant que Condon arrête Gionta pour confirmer le gain des visiteurs.

Lehner est quand même resté invaincu en temps réglementaire contre les Sénateurs avec une fiche de 4-0-2 contre eux.

En temps réglementaire, seul Ryan Dzingel a réussi à le déjouer et ça a pris une montée à l'emporte-pièce pour le faire au milieu du deuxième tiers, passant entre les défenseurs Rasmus Ristolainen et Dmitry Kulikov. Il avait saisi une passe de Derick Brassard dans sa propre zone avant de prendre son envol, le point étant le premier du Gatinois après une disette de cinq parties.

« Le coach veut qu'on marque des buts laids, mais j'en ai réussi un beau cette fois. J'ai vu une ouverture et ça a marché, j'avais de la vitesse et il a reculé un peu », a raconté Dzingel, auteur d'un cinquième but cette saison.

L'unique but du premier tiers a été réussi par l'Ottavien Nicholas Baptiste, qui a rapidement montré que Condon n'était pas infaillible. Auteur d'un blanchissage à sa première sortie dans l'uniforme des Sénateurs la semaine dernière contre Vancouver, il a été battu par un tir vif après une mise au jeu perdue dans son territoire par Turris à la troisième minute de jeu.

Les Sénateurs ont raté une belle occasion de prendre les devants en fin de période médiane quand des punitions pour avoir eu trop d'hommes sur la glace et pour bâton élevé par l'ex-Sénateur Derek Grant leur ont donné une supériorité numérique de deux hommes pendant 84 secondes. Guy Boucher a utilisé son temps d'arrêt pour préparer une stratégie spéciale, mais ça n'a pas rapporté puisque les visiteurs ont obtenu seulement un tir de qualité, Lehner repoussant aisément la frappe de Mike Hoffman.

En contrepartie, l'unité de désavantage numérique a continué à faire du bon travail, écoulant ses 16e, 17e et 18e punitions consécutives quand Cody Ceci. Mark Stone et Erik Karlsson sont allés au cachot dans ce match. Leur dernier but alloué à court d'un homme remonte au 22 octobre dernier contre Tampa Bay, il y a huit matches de ça.

Les Sénateurs sont rentrés à la maison après le match et ils profiteront d'une journée de congé jeudi avant de recevoir les Kings de Los Angeles vendredi soir au Centre Canadian Tire.

Condon a bien tenu le coup après avoir... (Archives, Agence France-Presse) - image 2.0

Agrandir

Condon a bien tenu le coup après avoir alloué un but sur le deuxième tir auquel il a fait face en début de rencontre.

Archives, Agence France-Presse

Merci aux « dieux du hockey »

Mike Condon se fait rapidement des amis à Ottawa. Et il pourrait aussi voler l'emploi d'Andrew Hammond avant longtemps.

L'ancien gardien des Canadiens acquis des Penguins la semaine dernière a été solide pendant tout le match, mais particulièrement en prolongation et en fusillade dans ce gain de 2-1 contre les Sabres.

Il a aussi obtenu un peu d'aide de la barre horizontale et du poteau sur une rondelle qui a dévié sur son coéquipier Derick Brassard à la fin de la prolongation.

«Ça, c'était de l'aide des dieux du hockey. J'ai vu la rondelle du coin de l'oeil, elle n'a pas franchi la ligne des buts et c'était un peu de chance, un bon rebond du hockey», a-t-il commenté.

«J'étais frais après les deux premières périodes, je n'avais eu qu'une quinzaine de tirs et les gars faisaient du bon travail devant moi. Ça a été plus occupé à la fin et j'imagine que c'est une bonne façon de voir les choses que de penser que ça m'a bien préparé pour la fusillade», a-t-il ajouté.

Beaucoup de ténacité

Condon a bien tenu le coup après avoir alloué un but sur le deuxième tir auquel il a fait face en début de rencontre.

«Les gars ont fait preuve de beaucoup de ténacité alors que nous sommes arrivés tard la veille tandis qu'ils nous attendaient ici, estimait l'entraîneur-chef Guy Boucher. Il a fallu revenir de l'arrière, créer des chances et on aurait pu l'emporter avec le cinq contre trois. Rendu en prolongation, on n'avait plus de jambes, mais heureusement, notre gardien en avait, lui. On est même revenu de l'arrière en fusillade aussi, donc beaucoup de ténacité.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer