E.K. contre P.K., édition country

Rivaux et fréquemment comparés alors que P.K. Subban... (Archives, Le Droit et Associated Press)

Agrandir

Rivaux et fréquemment comparés alors que P.K. Subban (à droite) jouait pour le Canadien, Erik Karlsson (à gauche) et Subban s'affronteront pour la première fois depuis l'échange entre le CH et les Predators en juin dernier.

Archives, Le Droit et Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Nashville) La rivalité entre Erik Karlsson et P.K. Subban, récipiendaires de trois des quatre derniers trophées Norris en tant que meilleur défenseur de la LNH, reprend de plus belle mardi soir dans la Ville du country.

Elle risque de ne plus avoir la même intensité maintenant qu'ils ne croiseront le fer que deux fois par saison avec le passage de l'ancien Canadien de Montréal à Nashville l'été dernier dans l'importante transaction qui a envoyé Shea Weber à Montréal. Déjà que Karlsson a toujours fait de son mieux pour en diminuer l'importance.

« J'ai joué beaucoup contre lui, ça remonte à nos années sur nos équipes nationales juniors respectives. Il est un excellent joueur depuis plusieurs années. Si tu regardes le hockey un peu, il est beau à voir aller et tu as toujours hâte d'affronter un des bons joueurs de la ligue », a mentionné Karlsson lundi avant de prendre un vol nolisé vers le Tennessee.

« La comparaison (entre eux) ne s'arrêtera pas, mais je pense que même quand il était à Montréal, les gens parlaient de bien des choses à nos sujets, mais en fin de compte, ce sont les Sénateurs qui affrontaient Montréal, et (mardi), ce seront les Sénateurs d'Ottawa contre les Predators de Nashville. Les gens peuvent parler de ce qu'ils veulent, mais le connaissant, lui et moi, on n'est pas embarqué là-dedans, qui est meilleur ou est pire, qui fait quoi et comment ? Ça va rester comme ça maintenant qu'il est à Nashville », a-t-il ajouté.

La saison est encore jeune, mais jusqu'à maintenant, Karlsson s'avère à nouveau un candidat intéressant pour le Norris avec ses trois buts et 10 points, alors qu'il montre aussi un meilleur engagement dans sa zone défensive comme en fait foi son différentiel de plus-6.

Comme vis-à-vis Weber, qui s'illustre avec le Tricolore, les statistiques de Subban ne font pas le poids comparativement à celles de Karlsson, alors que le numéro 76 des Predators a deux buts et six points à sa fiche, mais qu'il a un différentiel de moins-7. Surtout, son club connaît un début de campagne difficile avec une fiche de 3-5-2 qui le laisse au 13e rang dans l'association Ouest.

Karlsson ne pense pas qu'il a changé quoi que ce soit à sa façon de faire dans son territoire sous les ordres du nouvel entraîneur-chef Guy Boucher cette saison.

« Peut-être que les gens le remarquent plus maintenant ? Je ne sais pas. Moi, je pense que mon jeu défensif est bon depuis plusieurs années, je ne peux pas dire qu'il est meilleur ou pire cette année. C'est juste que notre équipe joue du hockey différent et qu'on gagne des matches, donc on doit continuer à faire les mêmes choses. Des parties à bas pointage, c'est plaisant d'en jouer », a noté le capitaine des Sénateurs.

Boucher ne voulait pas embarquer lui non plus dans les comparaisons entre Karlsson et Subban, qu'il a dirigé avec Équipe Canada junior au Championnat mondial de 2009 à Ottawa ainsi qu'avec les Bulldogs de Hamilton (LAH).

« C'est un club adverse (les Predators) et il n'y a pas de différence pour nous. On a regardé leurs derniers matches et on connaît leurs tendances, on joue un club avec de bons défenseurs, comme par le passé. (Roman) Josi est un défenseur incroyable, il joue beaucoup pour eux. L'emphase va être mise sur tous leurs meilleurs défenseurs », a noté Boucher, qui disait n'avoir « jamais douté que P.K. devienne un bon joueur dans la LNH ».

Phaneuf parle de son moins-7

Dion Phaneuf est passé de Toronto à Ottawa dans un échange important impliquant sept autres joueurs l'an dernier, mais le défenseur des Sénateurs pense qu'il n'y a pas de parallèle à dresser entre son changement d'adresse et celui de P.K. Subban, passé de Montréal à Nashville. «C'est totalement différent, je suis passé d'un marché de hockey à Toronto à un autre ici», a-t-il répondu à une question du Droit lundi. Un élément de comparaison entre les deux joueurs cette saison est leur différentiel négatif identique, à moins-7. «Il est tôt dans la saison. Est-ce que je suis heureux de ça ? Non, mais de façon réaliste, je me sens bien par rapport à ma façon de jouer et on gagne des matches. Le début de la saison a été un peu difficile avec Cody (Ceci) et c'est difficile de remonter la pente, je dois juste continuer à jouer de la bonne manière», a dit l'arrière qui a un but et une passe à sa fiche à ce sujet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer