Anderson s'absente à nouveau

Craig Anderson a obtenu un autre congé de... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Craig Anderson a obtenu un autre congé de l'équipe pour être au chevet de son épouse Nicholle.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Autre rebondissement dans le dossier des gardiens des Sénateurs d'Ottawa, Craig Anderson a obtenu un deuxième congé de l'équipe pour être au chevet de son épouse Nicholle jeudi matin et il n'a donc pas affronté les Canucks en soirée.

L'ancien Canadien Mike Condon, acquis des Penguins de Pittsburgh contre un choix de cinquième ronde mercredi, a plutôt effectué ses débuts dans son nouvel uniforme. « Ce n'est pas une situation facile, c'est loin d'être idéal de devoir remplir ce rôle avec tout ce qui se passe avec Craig. Je ne l'ai jamais rencontré personnellement et je ne peux pas comprendre ce qu'il traverse. Je lui suis souhaite la meilleure des chances afin qu'il puisse revenir le plus rapidement possible... Quant à moi, je suis un gars qui y va au jour le jour. Je vais me concentrer uniquement sur ce match contre les Canucks », a dit Condon quelques heures avant le match, lui qui était arrivé de Los Angeles, où il était avec les Penguins, tard la veille au soir.

« Notre situation est qu'on ne sait pas quand 'Andy' sera de retour, ni quand (Andrew) Hammond le sera. Pierre (Dorion) a fait du bon travail pour aller chercher un gars d'expérience en Condon. Ça nous donne la chance de laisser nos gardiens de la Ligue américaine se développer à leur rythme, sans devoir composer avec la pression à laquelle on fait face présentement », a souligné l'entraîneur-chef Guy Boucher en parlant des Chris Driedger et Matt O'Connor.

Retour en force

Anderson avait obtenu un premier congé mercredi dernier au lendemain d'un jeu blanc de 3-0 à Vancouver afin d'être aux côtés de sa conjointe quand elle a passé différents tests. Mais il était revenu à la suggestion de celle-ci samedi dernier alors que Hammond s'est blessé à l'aine la veille à Calgary. Son retour a été triomphal alors qu'il a enchaîné avec un blanchissage chargé d'émotions, 2-0 à Edmonton. Il a été tout aussi solide mardi dans un gain de 2-1 contre la Caroline.

Boucher a mentionné que cette fois, il n'a aucune idée combien de temps son gardien numéro un devra s'absenter. « La réalité est que personne ne le sait. Présentement, il est avec sa femme et ils s'occupent de passer différents tests et d'autres choses dont je ne connais pas la teneur parce que ce sont des questions médicales et non de hockey. Tout est possible. On n'a aucun indice, ce qui est difficile pour nous et pour lui. C'est pourquoi Condon est ici, on va y aller un jour à la fois avec ça, c'est certain », a-t-il ajouté.

Condon, qui a remporté sa première victoire à son premier match en carrière dans la LNH à Ottawa l'an passé, ne voulait pas penser à ce qui pourrait lui arriver une fois qu'Anderson et Hammond seront de retour à plein temps. Et il ne pensait pas qu'il aurait trop de difficultés à s'adapter à un nouvel environnement. « Vous pouvez regarder ma biographie sur Hockey DB (le site Hockey Data Base), j'ai joué avec plusieurs équipes et je suis habitué de débarquer dans un nouveau vestiaire. Comme gardien, tu n'as qu'un travail à faire, c'est d'empêcher un cercle noir de franchir la ligne rouge des buts, il n'y a pas de système à apprendre pour ça », a-t-il souligné.

Le courage affiché par Anderson dans cette situation exceptionnelle continue de faire réagir ses collègues de la confrérie des gardiens, en tout cas. « Oh, mon Dieu, je n'en reviens pas. J'étais en Floride après qu'il ait quitté (les Panthers) et j'ai entendu dire qu'il était un gars incroyable. C'est super impressionnant ce qu'il a fait. On pense à lui et sa famille », a dit le gardien des Canucks Jacob Markstrom, qui était devant leur filet jeudi soir.

L'attaquant Max McCormick... (Etienne Ranger, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

L'attaquant Max McCormick

Etienne Ranger, Archives LeDroit

McCormick rappelé...

En raison d'une blessure au cou qui a tenu Mark Stone à l'écart pour le match de jeudi soir, les Sénateurs ont rappelé l'attaquant Max McCormick de leur club-école de Binghamton, ce qui a fait sourciller bien des observateurs qui s'attendaient à ce que Curtis Lazar soit le premier à avoir un coup de fil pour venir en renfort alors que McCormick n'avait qu'un but à sa fiche.

«Lazar avance, mais pour un joueur qui a manqué le camp, que ce soit Curtis ou un autre, c'est très difficile de revenir au niveau (de la LNH)... Et nos choix sont toujours en fonction de qui le mérite», a dit l'entraîneur-chef Guy Boucher.

«Le fait d'avoir joué l'an dernier devrait m'aider, je me sens plus à l'aise et je sais à quoi m'attendre. Je n'ai joué que deux parties hors-concours, mais que tu en joues deux ou six, il faut que tu montres le plus possible ce que tu peux faire», a dit McCormick, le bon ami de Ryan Dzingel qui a disputé 20 parties à Ottawa l'an passé (2-2-4) et a pivoté le quatrième trio entre Matt Puempel et Chris Neil.

Claesson aussi

Au lendemain du départ de Thomas Chabot pour Saint-Jean, les Sénateurs ont aussi fait appel au défenseur Fredrik Claesson, qui a finalement joué sur la troisième paire alors que Chris Wideman a raté la rencontre en raison d'une blessure au haut du corps qui se serait manifestée après la journée de congé mercredi.

Le Suédois avait joué 15 parties l'an dernier dans la LNH. «Je suis content d'avoir eu l'appel, c'est dans la LNH que tu veux jouer. Je n'ai pas été surpris parce que je jouais bien à Binghamton», a-t-il indiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer