Chabot quitte la tête haute

Thomas Chabot se joindra aux Sea Dogs de Saint-Jean... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Thomas Chabot se joindra aux Sea Dogs de Saint-Jean pour le reste de la saison.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Thomas Chabot a quitté le Centre Canadian Tire avec la tête haute, mercredi matin. Avant de partir avec son sac d'équipement sur le dos pour aller rejoindre son club junior à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, il a pris une bonne dizaine de minutes pour discuter avec les journalistes. Dans les deux langues, avec l'assurance d'un vétéran, il s'est défendu d'avoir « perdu son temps » dans le dernier mois où il a disputé un seul match dans la Ligue nationale.

« C'est évident que j'aurais souhaité jouer plus », dit le défenseur québécois de 19 ans, qui aura passé en tout sept minutes sur la glace dans son match contre les Coyotes de l'Arizona.

« En même temps les vétérans ont bien joué à la défense. Le crédit leur revient. »

« En général, je suis quand même content de la façon que ça s'est passé. J'ai bien profité de mon temps ici », dit-il.

Chabot est surtout fier de tout le chemin parcouru au cours des quatre derniers mois. Il a lui-même tenu à parler de sa participation au camp de perfectionnement estival, en juillet. Ça ne s'était pas très bien passé. Au terme de la semaine de travail, le directeur général adjoint Randy Lee l'avait critiqué publiquement pour son manque de sérieux et d'ardeur.

« Il avait raison de le faire. Je l'avais un peu pris à la légère, ce camp. C'était une erreur de ma part dans le processus qui me permettra de devenir un vrai pro. Ça n'arrivera plus. »

« Quand je suis revenu, je leur ai montré ce que je pouvais réellement faire. »

Pierre Dorion est du même avis.

Le directeur général des Sénateurs d'Ottawa s'est aussi présenté devant la presse, mercredi. Il est catégorique. « Au camp d'entraînement, Thomas faisait partie de nos sept meilleurs défenseurs. Il semblait prêt. »

Si un défenseur d'expérience avait subi une blessure en octobre, il y a fort à parier que Chabot aurait obtenu une audition digne de ce nom. Après neuf parties, la brigade affiche un bilan de santé presque parfait. Il fallait donc offrir une chance au gamin de jouer.

Dans la LHJMQ, le jeune homme de Sainte-Marie-de-Beauce se greffera à une formation de pointe. « Une formation qui peut aspirer aux grands honneurs. »

Avec le Canada

Surtout, Chabot devrait passer le temps des Fêtes à Toronto ainsi qu'à Montréal. Il sera possiblement le défenseur numéro un d'Équipe Canada Junior.

Dorion a souvent professé son amour pour le Championnat mondial, ce tournoi « intense, où les joueurs ne peuvent pas se cacher. » Il s'agit d'un de ses événements préférés dans une année de hockey.

« Nous aurons justement une pause de quelques jours dans le calendrier entre le 2 et le 6 janvier. Je me rendrai donc à Montréal pour le voir à l'oeuvre. Vous pouvez compter là-dessus. »

La perspective d'enfiler le maillot rouge et blanc du Canada dans deux des amphithéâtres les plus connus sur la planète hockey a l'air de sérieusement allumer le jeune Chabot.

Il semble aussi animé par l'envie de se venger. « Nous n'avons pas eu le résultat que nous voulions l'an dernier en Finlande. Je suis bien conscient que les joueurs n'ont pas souvent la chance de participer au Championnat mondial deux années d'affilée. Tous les gars qui auront la chance de revenir pour une deuxième fois cette année voudront gagner. Nous aurons tous le couteau entre les dents. »

L'entraîneur-chef des Sénateurs, Guy Boucher... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

L'entraîneur-chef des Sénateurs, Guy Boucher

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Bonne relève défensive à Binghamton

S'il est très, très, très chanceux, Guy Boucher pourra miser sur les six mêmes défenseurs pendant les 82 matches de la saison régulière.

Toutefois, comme les blessures sont inévitables au hockey, les Sénateurs devront probablement se tourner vers Binghamton, la prochaine fois où ils auront besoin d'aide à la ligne bleue.

«J'ai eu la chance de voir les B-Sens en personne une fois. J'ai regardé deux autres matches sur mon iPad. Randy Lee se tient au courant, il se déplace souvent. Les rapports qui proviennent de Bingo sont bons. Les défenseurs là-bas comprennent bien le système. La transition entre la Ligue américaine et la Ligue nationale devrait se faire plus facilement qu'auparavant», croit-il.

Dorion n'a pas identifié les joueurs qui se démarquent en ce début de saison. Les vétérans Freddy Claesson et Michael Kostka ont l'expérience de la LNH. Les jeunes Andreas Englund et Ben Harpur ont un potentiel à développer. Pat Sieloff présente un profil intéressant.

«Nous avons quelques noms en tête, mais pour le moment, nous n'avons pas l'intention de rappeler personne», dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer