Solidarité chez les gardiens

Craig Anderson a augmenté son capital de respect... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Craig Anderson a augmenté son capital de respect à travers la LNH avec sa performance émotive de dimanche soir, à Edmonton.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Craig Anderson a gagné l'admiration et la sympathie de bien des gens, dans les derniers jours, en raison des tristes événements qui affectent sa famille.

Un autre gardien de la LNH a également su gagner le respect de ses pairs dans toute cette histoire.

Les images ont fait le tour du monde, dimanche soir. Cam Talbot, des Oilers d'Edmonton, est resté au banc des joueurs à la conclusion du match contre les Sénateurs. Il tenait à féliciter le rival qui venait de blanchir ses coéquipiers.

« Je suis très fier de lui. C'est vraiment cool de voir un kid agir ainsi », déclare un troisième gardien, celui des Hurricanes, Cam Ward.

« Il n'était pas obligé de faire ça. Je présume que personne ne lui a demandé d'agir ainsi. Les joueurs de hockey ont beaucoup de respect pour leurs pairs. C'est particulièrement vrai chez les gardiens. Nous sommes solidaires. Nous nous soutenons », dit l'homme de 32 ans qui vient d'entreprendre une 12e saison en Caroline du Nord.

Au fil des ans, Ward a vécu quelques épreuves personnelles. Un de ses enfants souffre de surdité.

Il est donc bien placé pour comprendre Anderson. « Et je ne peux même pas imaginer les pensées qui l'habitent en ce moment. Dans le contexte, enfiler son équipement et jouer au plus haut niveau pendant deux heures et demie, ça doit être très pénible. Je ne connais pas Andy personnellement, mais il est une source d'inspiration pour nous tous en ce moment. »

On dirait que tous les gardiens - et tous les gens qui gravitent autour des gardiens - suivaient attentivement le duel Sénateurs-Oilers, dimanche. C'était notamment le cas de l'analyste du réseau TSN Jamie MacLennan.

Avant de commencer à gagner sa vie dans un studio de télévision, l'homme de 45 ans a porté un masque et des jambières pendant une bonne quinzaine de saisons.

Il parle aussi avec beaucoup d'admiration du vétéran gardien des Sénateurs. « J'ai déjà joué avec le coeur gros, à la suite d'une rupture amoureuse par exemple. Ce qu'Anderson vit en ce moment est bien plus sérieux. »

« Les gardiens sont quand même chanceux, enchaîne-t-il. Les patineurs reviennent toujours au banc entre leurs courtes présences sur la patinoire. Quand ils sont assis, ils ont le temps de penser. Quand ils s'installent dans son demi-cercle, les gardiens peuvent se concentrer sur la rondelle pendant tout le match. »

L'entraîneur des gardiens des Hurricanes, le Québécois David Marcoux, a pris le temps d'envoyer des textos à un contact dans l'organisation des Sénateurs dimanche soir. Il voulait, lui aussi, féliciter Anderson après son jeu blanc face aux Oilers.

L'homme qui a vécu pendant quelques années en Outaouais - alors qu'il travaillait avec les gardiens des Olympiques de Hull - juge que le gardien n'a pas manqué de soutien dans les derniers jours.

« Il peut compter sur le soutien de toute une équipe en ce moment. Les Sénateurs connaissent un peu le topo. Ils ont déjà vécu une situation semblable avec Bryan Murray. Mais là, c'est vraiment personnel. Ça se passe à l'intérieur du vestiaire. Dans ces moments-là, les gars se sacrifient beaucoup plus. À Edmonton, plusieurs scoreurs ont laissé faire les buts marqués pour se concentrer davantage sur la défensive. C'est dans ce temps-là que se crée une bonne chimie. »

Chabot : une décision mercredi?

Thomas Chabot a une fois de plus été laissé de côté par Guy Boucher, mardi. Il a donc regardé huit des neuf premiers matches de la saison des Sénateurs dans la galerie de la presse. L'entraîneur-chef, qui recule rarement devant une question, n'avait simplement pas envie de jaser de l'avenir du jeune défenseur québécois lorsqu'il s'est présenté à sa conférence de presse d'avant-match. « Nous avons un match à jouer ce soir. Lundi, en rentrant de l'ouest canadien, nous avons discuté dans l'avion. Nous allons nous pencher davantage sur le cas de Chabot dans les prochains jours », a-t-il simplement répondu. Boucher, à l'instar de ses patrons, est convaincu que le jeune défenseur a beaucoup appris durant le voyage dans l'ouest canadien. Et ce, même s'il s'est contenté d'un simple rôle de spectateur.

Dunn et Lépine suspendus

Deux membres de la mafia québécoise des Senators de Binghamton ont été suspendus par la Ligue américaine de hockey. L'attaquant québécois Vincent Dunn a écopé d'une sanction d'un match parce qu'il a livré un combat alors qu'une de ses mains était enrubannée. Le défenseur Guillaume Lépine, lui, pour avoir rudoyé un officiel sur la patinoire. Les deux infractions ont été commises samedi dernier, dans une partie où les Senators ont été malmenés par les Bears de Hershey. Ils ont été rossés 7-2, encaissant tous les buts dans les 40 dernières minutes de la partie. Lépine ratera les trois matches qui sont à l'affiche le week-end prochain. Dunn ratera la partie du vendredi 4 novembre, mais il pourra reprendre sa place dans l'alignement pour les matches des samedi 5 et dimanche 6 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer