Une première étoile bien méritée pour Anderson

Malgré tout ce qu'il a vécu dernièrement, Craig... (Jason Franson, La Presse canadienne)

Agrandir

Malgré tout ce qu'il a vécu dernièrement, Craig Anderson est quand même parvenu à freiner les puissants Oilers dimanche. Il a repoussé tous les tirs dirigés dans un gain de 2-0 des siens.

Jason Franson, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ça ne l'aidera pas à surmonter l'épreuve à laquelle son épouse Nicholle doit faire face, mais le gardien des Sénateurs d'Ottawa Craig Anderson a reçu un bon prix de consolation lundi quand la Ligue nationale de hockey lui a décerné sa première étoile de la semaine.

Au lendemain d'une performance inspirante dans un gain de 2-0 contre les Oilers d'Edmonton, le circuit Bettman l'a honoré autant pour ce qu'il a fait sur la glace lors de deux blanchissages consécutifs que le courage de sa famille face à cette adversité, alors que c'est son épouse qui a insisté pour qu'il rejoigne son club en fin de semaine après une blessure à son adjoint Andrew Hammond.

Le cerbère qui a repoussé un total de 59 tirs a été préféré au gardien du Wild du Minnesota Devan Dubnyk, auteur de trois jeux blancs consécutifs, tandis que la troisième étoile est allée au défenseur du Canadien de Montréal Shea Weber, auteur de trois buts et deux passes en quatre parties. C'était la troisième fois de sa carrière qu'Anderson réalisait deux coups de pinceau de suite, la première depuis le mois de novembre 2015. Il a d'abord blanchi les Canucks de Vancouver 3-0 mardi dernier, après quoi il est allé au chevet de son épouse alors qu'elle passait différents tests.

Hammond a subi une élongation musculaire à l'aine vendredi soir dernier dans un revers de 5-2 contre les Flames à Calgary, alors que le jeune gardien Chris Driedger a accordé quatre buts en relève. C'est après ce match qu'Anderson a téléphoné au directeur général Pierre Dorion pour lui dire qu'il était prêt à revenir dans l'Ouest canadien pour aider son club, à l'insistance de Nicholle Anderson, qui attend des nouvelles de ses médecins quant à savoir la marche à suivre dans le traitement de sa maladie.

En réalisant le premier blanchissage de l'histoire au Rogers Place, nouveau domicile des Oilers, Anderson a effectué 37 arrêts en tout pour être choisi la première étoile du match. Il était visiblement en larmes quand il a sauté sur la patinoire pour être applaudi par les partisans d'Edmonton ainsi que son vis-à-vis Cam Talbot, resté au banc des locaux pour le saluer après avoir été choisi la troisième étoile de la rencontre.

« Ça nous a vraiment frappé à la fin du match quand on est allé voir ''Andy'' et qu'on pouvait voir qu'il était vraiment émotionnel. Ce n'est pas facile, c'est un sport, mais quand quelque chose arrive dans la vraie vie à quelqu'un de ta famille, c'est sérieux et c'est plus gros que la game de hockey. Un gars comme lui... je suis fier de lui. Il est revenu dans l'Ouest avec l'équipe et il a été capable, c'est comment brave il est. C'est impressionnant. C'est un pro, il est toujours là pour nous et ce soir, on était là pour lui », a souligné le défenseur Marc Méthot après le match de dimanche.

Très émotif après le match, l'entraîneur-chef Guy Boucher a parlé de cette soirée comme d'un moment important pour son club, qui a une fiche de 5-3-0 cette saison.

« C'était un effort exceptionnel de sa part, a-t-il mentionné. Un effort aussi de notre équipe, les joueurs étaient extrêmement dédiés à la cause, dédiés à bien défendre (Anderson). C'est pour ça qu'on était, pas nécessairement sur les talons, mais on avait peur de lancer et d'avoir des revirements. On avait une attitude axée sur la défensive. C'était la première fois que je voyais les joueurs aussi dédiés que ça à parler seulement de défensive. Ce n'est pas juste un moment spécial pour notre équipe côté émotionnelle, mais c'est important aussi pour notre équipe d'apprendre à gagner des matches avec un but d'écart. Il y a eu beaucoup de choses spéciales (dimanche). »

Anderson présente une fiche de 5-1-0 cette saison avec une moyenne de 2,46 et un taux d'efficacité de ,921. Il reste à savoir s'il affrontera les Hurricanes de la Caroline mardi soir au Centre Canadian Tire, l'équipe ayant gardé l'autre gardien de Binghamton rappelé samedi, Matt O'Connor, avec elle au cas où il doive s'absenter de nouveau.

Anderson fait jaser

La performance de Craig Anderson à son retour avec les Sénateurs après l'annonce de la maladie de sa femme fait évidemment jaser à travers toute la LNH.

Son vis-à-vis à Edmonton dimanche, Cam Talbot, lui a rendu un bel hommage en restant au banc des Oilers après sa sélection comme troisième étoile du gain de 2-0 signé par Anderson.

«Quand le match est terminé et qu'il a joué comme ça dans ces circonstances, il faut lui donner tout le crédit... C'est une situation impensable et j'ai voulu lui témoigner mon appui à un niveau humain. Ton équipe est une famille et la communauté du hockey est grande, a-t-il dit aux collègues d'Edmonton. Tu sais que leur équipe va se rallier à sa cause dans un tel match. Ils ont joué tout un match, et lui aussi. Je ne peux imaginer ce qui peut lui passer par la tête. Je ne sais pas si je serais capable de faire ce qu'il a fait. Nos pensées et prières vont à sa famille.»

Devancé par Anderson pour le titre de première étoile de la semaine, le gardien du Wild Devan Dubnyk n'en revenait pas quand il a discuté du sujet avec les collègues du Minnesota. «C'est pas mal incroyable ce qu'il a fait hier soir... Il n'y a pas de mots pour décrire ça», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer