Anderson blanchit les Oilers pour Nicholle

Craig Anderson n'a rien donné aux Oilers, dimanche... (Jason Franson, La Presse canadienne)

Agrandir

Craig Anderson n'a rien donné aux Oilers, dimanche soir.

Jason Franson, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Edmonton) Craig Anderson s'est réfugié dans son enceinte peinturée en bleu et il n'a pas eu l'air d'un homme qui avait de la difficulté à se concentrer sur le travail qu'il avait à faire dimanche soir.

Le gardien américain qui a dévoilé en fin de semaine que son épouse Nicholle était atteinte d'un cancer a repris où il avait laissé lors d'un jeu blanc de 3-0 à Vancouver mardi dernier, repoussant tous les 37 tirs des Oilers d'Edmonton dans une victoire de 2-0 des Sénateurs d'Ottawa lors de la première visite à la caverneuse Rogers Place, nouveau domicile de l'ancienne bande de Wayne Gretzky.

Anderson s'est particulièrement illustré dès le départ en repoussant aisément le meilleur compteur de la LNH, Connor McDavid, à la fin d'une spectaculaire montée d'un bout à l'autre de la patinoire qui l'a vu finalement contourner le filet, en plus de sortir la jambière contre la recrue Jesse Puljujarvi en deuxième période. Il a aussi frustré l'ancien Sénateur Eric Gryba avec un peu plus de trois minutes à faire au match. Anderson a maintenant blanchi l'adversaire à ses 121:57  dernières minutes de jeu. Il s'agissait d'un 35e blanchissage en carrière pour lui, un cinquième contre les Oilers.

«On n'a pas ressenti la gravité de ce qui se passait avant la fin du match. Nous avons connu un excellent match, menés par 'Andy'. Il avait un visage fort mais on voyait quand même la douleur dans ses yeux. Il nous a menés par l'exemple, il n'a pas dit grand-chose, il a fait sa routine habituelle et nous a vraiment donné une leçon. Tous les individus dans cette chambre ont fait de leur mieux pour qu'il ne pense à rien d'autre», a commenté le capitaine Erik Karlsson dans le vestiaire des gagnants, où Anderson n'est pas passé pour des raisons évidentes.

Quand il est allé faire un tour sur la glace en tant que première étoile, il a pu recevoir les applaudissements de son vis-à-vis Cam Talbot, resté au banc des Oilers après avoir été nommé la troisième étoile.

«C'était une soirée spéciale. Spéciale pour notre gardien, sa femme, sa famille, nos joueurs. Je respecte vraiment le fait que l'organisation des Oilers, leurs joueurs et leurs partisans ont montré beaucoup de respect et d'appui. Nous aimons le hockey, c'est un beau sport, mais il y a des choses plus importantes et on l'a vu ce soir», a dit l'entraîneur-chef Guy Boucher après coup.

Les entraîneurs des deux équipes portaient des cravates pourpres dessinées pour appuyer la cause du «Hockey pour vaincre le cancer», en signe d'appui à Nicholle Anderson.

Au cours d'une première période où il n'y a pas eu beaucoup d'action, Boucher a jonglé avec ses trios, sans doute dans l'espoir de relancer son franc tireur Mike Hoffman, toujours en quête d'un premier but cette saison. Celui-ci s'est retrouvé à gauche de Derick Brassard et Bobby Ryan, alors que Mark Stone a été muté à la droite de Kyle Turris et Zack Smith. Jean-Gabriel Pageau était pour sa part au centre d'un troisième trio complété par Ryan Dzingel et Tom Pyatt.

Les changements se sont poursuivis en période médiane et ils ont porté fruit quand Hoffman a complété la savante passe en se retournant de Pyatt à la porte des buts à la 12e minute de jeu. Un filet qui mettait fin à une séquence de 247:51 minutes sans avoir tiré de l'arrière pour les Oilers, victorieux à leurs cinq sorties précédentes.

Hoffman est passé bien près de doubler l'avance des siens en frappant un poteau de plein fouet pendant une attaque à cinq, après quoi le gardien Cam Talbot a frustré Zack Smith dans l'enclave.

«Tu ne veux jamais attendre ton premier but trop longtemps, j'essayais de rester patient. L'important était cependant de jouer pour 'Andy', il est un gros morceau de cette équipe et c'est énorme qu'il soit revenu comme ça dans ces circonstances. Il faut le respecter de s'être tenu sur la tête, c'était la moindre des choses de chercher à l'aider le plus possible», a commenté Hoffman.

Bobby Ryan a marqué dans un filet désert avec 32 secondes à jouer pour sceller l'issue de la rencontre.

L'unité de désavantage numérique a poursuivi son excellent travail dans l'Ouest canadien en écoulant sans coup férir les quatre punitions mineures écopées au cours de ce match, dont trois en première période. Elle avait été trois en trois lors des deux premiers matches du périple, à Vancouver et Calgary.

Les Sénateurs disputeront maintenant leur prochain match mardi soir alors que les Hurricanes de la Caroline seront les visiteurs au Centre Canadian Tire.

Nos trois étoiles

1- Craig Anderson

2- Mike Hoffman

3- Cam Talbot

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer