Les Sénateurs perdent Hammond et le match

Chris Driedger en a eu plein les bras... (Jeff McIntosh, La Presse canadienne)

Agrandir

Chris Driedger en a eu plein les bras devant le filet des Sénateurs, en relève d'Andrew Hammond.

Jeff McIntosh, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Calgary) Soudainement, les Sénateurs d'Ottawa se retrouvent avec une crise majeure devant leur filet.

Vendredi soir à Calgary, ils ont vu le gardien substitut Andrew Hammond quitter la rencontre après 20 minutes de jeu en raison d'une blessure au bas du corps, lui qui remplaçait un Craig Anderson ayant quitté le club pour des raisons personnelles.

Le «Hamburglar» sur le carreau, c'est donc le troisième gardien de l'organisation, Chris Driedger, qui a terminé ce match remporté 5-2 par les Flames de Calgary au Scotiabank Saddlemome.

Le cerbère de 22 ans a accordé quatre buts sur 15 lancers, même s'il n'a pas été faible sur ceux-ci.

Il a cédé dès le deuxième tir auquel il a fait face, l'ex-Sénateur Alex Chiasson saisissant un retour pour refiler à Sam Bennett devant le but. Dougie Hamilton, avec son deuxième du match, a ensuite lancé les Flames en avant avec un tir du coin qui a semblé dévier avant d'atteindre le fond du filet. L'ancien 67 Sean Monahan et Michael Frolik ont ajouté des buts d'assurance en troisième tiers, le premier sur un jeu amorcé à nouveau par Chiasson.

«Hammond s'est blessé au bas du corps à la fin de la première et nous allons devoir faire quelque chose, a indiqué l'entraîneur-chef Guy Boucher au sujet d'un rappel possible de Matt O'Connor. C'était difficile mentalement et émotivement parce qu'on méritait ce match, menant 26-13 au chapitre des lancers après deux périodes mais on tirait de l'arrière 3-2. Ils ont compté chaque fois qu'ils ont obtenu des chances.»

Driedger avait déjà fait deux apparitions en relève pour les Sénateurs lors des deux dernières saisons sans allouer de but, il avait donc un peu d'expérience avec cette situation.

«Les deux autres occasions, ça avait mieux été. Ça ne peut pas toujours être des matches parfaits. Il y avait un peu de nervosité au début, mais je me suis senti mieux plus le match avançait. Je vais essayer d'apprendre de ça et rebondir dès que possible», a dit le gardien rappelé de Binghamton jeudi.

Dormant depuis le début de la saison (1 en 15), le jeu de puissance avait lancé Ottawa en avant 2-1 au premier tiers, Erik Karlsson n'ayant besoin que de quatre secondes pour créer l'égalité 1-1 avec un tir frappé sur réception, après une mise au jeu gagnée par Derick Brassard et une belle remise de Mike Hoffman.

Zack Smith a gagné une autre mise au jeu pour mener au deuxième but sur l'attaque à cinq des visiteurs, réussi par Kyle Turris sur une passe de l'ancien Flame Dion Phaneuf, que quelques partisans locaux à la mémoire longue ont hué quand il touchait la rondelle.

Par la suite, ils se sont cependant butés à leur ancien gardien, Brian Elliott, qui n'a rien voulu savoir. Il a repoussé 31 tirs en tout, réservant son meilleur arrêt à Karlsson alors qu'il a sorti la mitaine même s'il était étendu dans son enceinte avec Brassard dans les jambes au deuxième tiers.

«Je trouve que nous n'avons pas mal joué, mais c'était une de ces journées où le résultat final n'était pas à notre avantage. On a limité les tirs au minimum et on a bien fait dans notre zone, mais ils ont été opportunistes sur toutes leurs chances. Nous n'avons pas changé notre jeu quand 'Driggs' (Driedger) est embarqué et il n'a rien fait de mal, il nous a donné une chance. 'Els' (Elliott) a arrêté toutes nos bonnes chances de compter à l'autre bout, on aurait dû compter plus que deux buts. On fait face à de l'adversité mais ce n'est rien de nouveau, il va toujours y en avoir», estimait Karlsson.

Hammond n'avait fait face qu'à quatre tirs en première, un tir voilé de Hamilton le prenant en défaut.

Les Sénateurs (4-3-0) termineront ce voyage dans l'Ouest canadien dimanche en rendant visite aux surprenants Oilers d'Edmonton dans leur nouveau domicile, le Rogers Arena. Les Flames, eux, empochaient une troisième victoire d'affilée, portant eur fiche à 4-4-1.

Nos trois étoiles

1- Brian Elliott

2- Dougie Hamilton

3- Alex Chiasson

Gélinas toujours là

L'ancien Olympique Martin Gélinas est le seul adjoint de l'ancien entraîneur-chef des Flames Bob Hartley qui a survécu à la purge effectuée à la fin de la dernière saison par le DG Brad Treliving. «Bob a eu un vraiment bon impact ici, mais (la direction des Flames) voulait une voix différente pour parler aux joueurs. Glen Gulutzan a une approche différente et après un début difficile, ça va de mieux en mieux maintenant, a-t-il confié au Droit. Moi, j'avais bien aimé mon expérience avec Bob et Jacques (Cloutier), j'étais déçu de les voir partir, mais Calgary, c'est ma maison depuis cinq ans. Apprendre un nouveau système avec un coach qui est totalement différent de Bob, ça me donne la chance d'apprendre encore plus.» L'ancien joueur qui avait commencé sa carrière à Edmonton après avoir été impliqué dans l'échange de Wayne Gretzky à Los Angeles avait joué deux saisons à Calgary, de 2002 à 2004, les aidant à atteindre la finale de la coupe Stanley en 2004.

Phaneuf satisfait

Comme il a commencé sa carrière à Calgary, Dion Phaneuf était un joueur populaire dans le vestiaire des Sénateurs vendredi. À cette occasion, il a parlé de ses souvenirs de l'endroit, mais il préférait surtout parler du début de saison de son club. L'ancien des Maple Leafs présente le pire différentiel de son club (moins-5 avant le match à Calgary), mais il ne s'en fait pas avec ça. «Je pense que ça s'en vient bien pour l'équipe, je suis à l'aise avec notre progression. On doit continuer à bâtir sur ce qu'on a fait à Vancouver, même en l'absence de Craig (Anderson), qui doit prendre tout le temps dont il a besoin pour s'occuper de son urgence familiale», a-t-il commenté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer