«On va espérer que bientôt, ça va rentrer»

On passe encore beaucoup de temps lors des... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

On passe encore beaucoup de temps lors des pratiques sur l'avantage et le désavantage numérique», affirme l'entraîneur-chef Guy Boucher.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CALGARY - Mike Hoffman tarde à se mettre en branle, tout comme le jeu de puissance des Sénateurs.

Les deux vont en partie main dans la main, puisque le premier prend maintenant place à la pointe sur la première unité de l'attaque à cinq.

Meneur au sein de son club pour les tirs au but avec 24 (16e dans la LNH), Hoffman a vu le gardien des Canucks Ryan Miller lui voler un but de la mitaine en troisième période, ce qui fait qu'il continue à maintenir qu'il n'est pas inquiet étant donné que les chances de compter sont là.

Pour ce qui est de l'avantage numérique, « je pense qu'il est pas mal bon, c'est juste que les résultats ne sont pas là. On va espérer que bientôt, ça va rentrer une couple de fois et ça va commencer à revenir à la normale. On travaille beaucoup sur des jeux préparés d'avance, à savoir qui va être où sur les jeux au haut ou au bas de la zone. C'est une question de s'en tenir à la base et de devenir des experts à certaines choses, au lieu d'être décents à plusieurs choses », a-t-il mentionné à Calgary.

Lors du dernier match contre les Canucks, Guy Boucher n'a pu déployer son attaque à cinq que pour six petites secondes, une punition à Erik Karlsson venant rapidement annuler celle-ci. Cette courte « chance » devenait la 15e du club cette saison, et il n'a produit qu'un petit but, une moyenne de 6,7 % qui est la pire de la LNH.

« Nous avons bien joué en défensive (à Vancouver), on ne leur a pas donné beaucoup de chances de compter et 'Andy' (Craig Anderson) était là pour arrêter celles-ci. Une des choses qui peut être meilleure, c'est le jeu de puissance. Quand il va être à point, il va nous permettre de gagner plus de parties. C'est certain qu'on aurait besoin de plus que six secondes pour se sentir à l'aise, cependant », estime le capitaine Karlsson.

Dans la même veine

L'entraîneur-chef des Sénateurs aimerait voir son club poursuivre dans la même veine qu'au début de ce voyage dans l'Ouest canadien lorsqu'il affrontera les Flames vendredi soir.

« Tu veux toujours continuer à t'améliorer, mais j'ai bien aimé comment nous avons joué, surtout en première et troisième périodes, limitant le nombre de tirs. On passe encore beaucoup de temps lors des pratiques sur l'avantage et le désavantage numérique. C'est dommage qu'on n'ait eu que ce gros six secondes de jeu de puissance (à Vancouver), j'étais déçu qu'on ne compte pas, a-t-il blagué. Comme on n'a pas pu l'appliquer sur la glace, on l'a donc pratiqué à nouveau (jeudi) pour que ça soit frais dans nos esprits. C'est encore l'étape numéro un avec l'attaque à cinq, on n'est pas proche d'arriver à la deuxième étape. »

Boucher a indiqué qu'il conservera le même alignement que mardi contre les Flames, avec évidemment un gardien différent en l'absence d'Anderson. C'est donc dire que le défenseur recrue Thomas Chabot sera laissé de côté pour un sixième match sur sept.

Erik Karlsson... (Instagram) - image 2.0

Agrandir

Erik Karlsson

Instagram

Pêche miraculeuse

Les défenseurs Erik Karlsson et Dion Phaneuf ont profité pleinement de la journée de congé des Sénateurs mercredi à Vancouver, s'organisant une excursion de pêche au saumon dans une rivière située à environ 90 minutes de route de la ville située au pied des Rocheuses. Ils ont tous deux publié des photos assez spectaculaires des poissons attrapés au cours de la pluvieuse journée sur leurs comptes Instagram.

«C'est fantastique, je n'avais jamais fait ça auparavant. C'était très amusant, il pleuvait beaucoup, mais nous étions bien équipés. Je vais le refaire certainement. À nous deux, nous avons probablement attrapé 60 à 70 saumons, en plus d'un esturgeon chacun», a relaté Karlsson, qui disait avoir un peu mal aux bras en raison de sa bataille avec l'esturgeon. Il estimait que celui-ci pesait environ 80 livres et il l'a relâché sans même le hisser à bord du bateau.

Le gardien des Flames, Brian Elliott... (Associated Press) - image 3.0

Agrandir

Le gardien des Flames, Brian Elliott

Associated Press

Entre les lignes

Après un départ chancelant, l'ancien gardien des Sénateurs Brian Elliott s'est replacé en aidant son club à gagner deux parties en deux soirs à Chicago (3-2 en fusillade) et St. Louis (4-1), l'équipe qui l'a échangé l'été dernier à Calgary, plus tôt cette semaine.

Il faut donc s'attendre à le voir affronter Ottawa vendredi soir. Un rappel qu'il avait été échangé un pour un contre Craig Anderson en février 2011...

Les Sénateurs affronteront aussi pour la première fois l'attaquant Alex Chiasson, échangé l'été dernier contre le défenseur des mineures Patrick Sieloff. Il a un but à sa fiche en huit parties cette saison...

La victime de Sieloff au camp d'entraînement, Clarke MacArthur, a fait un autre pas vers un possible retour jeudi en endossant un chandail bleu (signifiant qu'il ne pouvait absorber de contact) pour la pratique des siens, pendant laquelle il a été plus actif que lors des précédentes où il se contentait surtout de prendre des tirs sur les gardiens sans prendre part aux exercices avec ses coéquipiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer