Boucher jongle avec ses trios

Guy Boucher cherche l'étincelle qui fera exploser l'attaque... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Guy Boucher cherche l'étincelle qui fera exploser l'attaque des Sénateurs.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Vancouver) En l'absence de Clarke MacArthur, Guy Boucher cherche toujours un ailier gauche pour compléter le duo de Derick Brassard et Bobby Ryan.

L'expérience avec Zack Smith n'ayant pas été concluante, l'entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa a donc dévoilé de nouveaux trios lundi au Rogers Arena de Vancouver, en vue du match de mardi soir contre les Canucks.

Après avoir vu MacArthur sur la glace en uniforme pour prendre des tirs sur les gardiens alors qu'il tente un retour d'une autre commotion cérébrale, l'entraînement a vu le jeune attaquant Ryan Dzingel être muté du quatrième trio à cette place de choix aux côtés du centre gatinois. Jean-Gabriel Pageau, lui, a vu Smith revenir avec lui tandis que Mark Stone se joindra à eux pour former une ligne qui avait fait des flammèches lors des deux derniers mois de la saison dernière. Tom Pyatt remplace ce dernier à droite de Kyle Turris et Mike Hoffman, pour sa part.

« L'idée est d'avoir des joueurs fiables sur chaque trio, donner de la vitesse et de la drive sur chaque ligne en plus d'équilibrer les choses vu que nous sommes sur la route et qu'on ne peut pas faire le dernier changement. Ça devrait nous permettre d'avoir de bons match ups pour nos quatre lignes », a dit Boucher pour expliquer sa décision.

Dzingel, qui a deux buts et deux passes à sa fiche en cinq parties, était évidemment emballé par cette promotion.

« Ça va être amusant de commencer un match avec eux, ce sont deux de mes meilleurs amis dans l'équipe et j'apprends beaucoup d'eux. J'ai joué un match hors-concours avec eux, mais je ne connaissais pas « Brass » à l'époque. Maintenant, je me tiens beaucoup avec eux, nous avons établi une bonne chimie », a-t-il souligné.

La complicité avec Brassard est facilitée par le fait que celui-ci héberge l'attaquant américain de 24 ans ainsi que le défenseur de 19 ans Thomas Chabot dans sa résidence du quartier Westboro d'Ottawa, où il a emménagé cet été après l'échange qui l'a amené de New York.

« Les présences que j'ai eues avec lui (Dzingel) étaient meilleures que celles que j'ai obtenues dans les autres matches. Il a beaucoup de vitesse, il se sent à l'aise avec moi et Bobby. Il reste chez nous et tout ça, on va essayer de le faire se sentir confortable... Ça me tient occupé de les avoir avec moi (Dzingel et Chabot), ils ont une bonne attitude et beaucoup d'énergie. Ils ont acheté une table de ping-pong. Je me rappelle de mon temps quand je suis arrivé à Columbus, Pascal Leclaire m'avait laissé rester chez lui et je m'étais senti plus à l'aise, donc là, je paie au suivant », a confié Brassard.

Chabot, qui n'affrontera pas les Canucks mardi soir, apprécie l'invitation lancée par son compatriote québécois.

« Il me l'avait offert pendant le camp d'entraînement, mais je ne savais pas ce qui allait arriver avec moi, donc j'ai attendu. Il me l'a redemandé il y a deux semaines alors que je savais que je commencerais la saison ici. C'est le fun qu'un vétéran comme ça m'offre d'aller vivre chez lui, je l'apprécie. Les lits à l'hôtel sont confortables, mais ce n'est pas comme avoir le tien. Et c'est mieux pour la ''bouffe'' aussi de ne pas toujours être dans les restaurants », a-t-il indiqué au Droit.

Boucher est bien content d'avoir vu le Gatinois prendre cette initiative : « J'ai amené Brassard (dans le club), je savais que c'est un gars qui pense aux autres. C'est ce genre d'individu là qu'on a besoin dans notre groupe. On ne lui a pas demandé rien, et là il a Dzingel et Chabot chez lui, c'est tout à son honneur et ça ne me surprend pas », a-t-il dit.

Retrouvailles pour Smith, Pageau et Stone

En l'absence de Clarke MacArthur, Guy Boucher... (Archives, La Presse canadienne) - image 4.0

Agrandir

Archives, La Presse canadienne

Dans son remaniement de trios de lundi à Vancouver, Guy Boucher a recyclé un des meilleurs coups de son précédesseur Dave Cameron en réunissant Zack Smith, Jean-Gabriel Pageau et Mark Stone, une ligne qui avait connu beaucoup de succès du début février jusqu'à ce que la campagne de Stone soit interrompue par une violente mise en échec de Dustin Byfuglien à Winnipeg à la fin mars. « Ces gars-là sont à l'aise ensemble vu qu'ils ont eu du succès ensemble », a noté Boucher. Le centre gatinois voyait ça d'un bon oeil. « Je pense que c'est une bonne chose, il y a eu une couple de changements de lignes depuis le début de la saison. Ça va être de retrouver la chimie qu'on avait pour les 20 dernières parties de l'année dernière le plus vite possible. On sait quels sont nos rôles et nos tendances sur la glace, on sait comment se retrouver, ça devrait nous aider. Mark est un de nos meilleurs attaquants. Ça fait qu'il est difficile de dire quelle la ligne numéro un, deux, trois ou même quatre. Tout le monde est capable de jouer contre n'importe qui », estimait Pageau. « On cherche une étincelle, notait Stone de son côté. Lors du dernier match (contre Tampa Bay), nous n'avons pas obtenu beaucoup de chances de compter. Ces changements ont l'air bien, on doit se mettre à contrôler la rondelle mieux qu'on l'a fait. Nos sorties et nos entrées de zone ne sont pas ''propres'' et on passe beaucoup trop de temps dans notre zone. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer