Encore beaucoup de travail à faire

Craig Anderson a flanché à quatre reprises sur... (La Presse canadienne)

Agrandir

Craig Anderson a flanché à quatre reprises sur les 35 tirs dirigés vers lui par le Lightning.

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Vancouver) Guy Boucher n'a pas fini de mouler les Sénateurs d'Ottawa à son goût. Au contraire.

Leur défaite de 4-1 contre son ancien club, le Lightning de Tampa Bay, samedi soir au Centre Canadian Tire a bien illustré à quel point ils sont loin d'être capable de rivaliser avec les clubs d'élite de la LNH.

Les visiteurs ont dominé le jeu pendant 50 minutes environ, alors que les locaux ont imposé leur rythme seulement pendant les 10 dernières minutes du deuxième tiers, dominant 14-2 au chapitre des tirs une fois que Tampa Bay a pris les devants 2-0.

Le gardien substitut Andreï Vasilevskiy leur a fait un cadeau, échappant un tir facile de Chris Neil avant de le voir pousser le retour dans le filet, mais il a ensuite résisté à leurs autres assauts, avec l'aide de la barre horizontale sur un puissant tir d'Erik Karlsson et de son bloqueur sur un tir de l'enclave de Cody Ceci, puis d'une jambière contre Chris Kelly en début de troisième.

« Nous avons eu nos chances de revenir, mais sur le jeu de puissance, on a laissé passer de bonnes chances de tirer pour faire de beaux petits jeux, analysait Boucher. C'est clair, je le dis depuis le début, on n'est pas là encore. On a du travail à faire, on a montré qu'on était capable de rivaliser par moments avec une équipe comme ça, qui est rodée et est censée gagner la coupe Stanley, ou avoir de grosses chances... Il y a des choses qui se sont améliorées, on leur a quand même tenu tête, c'était 2-1 après deux périodes avec un nombre de lancers sensiblement égal. Mais pour tenir le rythme pendant 60 minutes contre une équipe comme ça, on a du travail à faire. »

Le nouvel entraîneur-chef des Sénateurs va continuer à faire ce travail de rodage au cours d'un voyage d'une semaine dans l'Ouest canadien que le club a amorcé en s'envolant vers Vancouver dimanche. Il affrontera les surprenants Canucks, invaincus en temps réglementaire (4-0-1) en ce début de saison, mardi soir avant de s'arrêter à Calgary vendredi et Edmonton dimanche.

Il cherchera certes toujours à peaufiner le jeu de son attaque à cinq, qui se cherche jusqu'à maintenant avec un seul but en 14 chances, ayant été blanchie (0 en 3) samedi. « Présentement, on cherche à faire des jeux quand il n'y en a pas, au lieu de lancer », estime-t-il.

Karlsson a de l'espoir

Son capitaine Erik Karlsson, blanchi pour la première fois en cinq parties contre le Lightning, n'était pas d'accord pour dire que les Sénateurs n'étaient pas de taille pour les clubs aspirants aux grands honneurs.

« Ils ont mieux joué que nous dès le départ, alors que nous n'étions juste pas à notre meilleur... Je pense que nous sommes assez bons pour jouer avec eux, on l'a montré lors de courtes séquences. Mais ils ont été meilleurs que nous. Maintenant on passe à ce voyage qui arrive à un bon moment dans la saison, tôt alors qu'on est plus frais et dispos », estime-t-il.

Tampa Bay a profité de deux supériorités numériques en début de deuxième période pour se forger une priorité de 2-0, par l'entremise de Vladislav Namestnikov et Steven Stamkos. Alex Killorn et Valtteri Filppula ont ajouté des buts d'assurance en troisième contre le gardien Craig Anderson, mis à l'épreuve à 35 reprises contre 28 pour son vis-à-vis Vasilevskiy.

Neil compte, Varone s'en va

Chris Neil a compté un but dans une... (La Presse canadienne) - image 3.0

Agrandir

Chris Neil a compté un but dans une 15e saison consécutive avec la même équipe, le sixième joueur actif à réaliser l'exploit.

La Presse canadienne

Alors que son entraîneur se plaignait d'avoir vu ses joueurs tenter de faire trop de dentelle samedi soir, Chris Neil a compté leur seul but à sa façon, en mettant ses bottes de construction.

Le vétéran n'a pas changé sa façon de faire alors qu'il s'approche du plateau des 1000 parties en carrière, celle contre le Lightning étant sa 978e : il joue de façon bien simple, prenant des tirs quand il en a la chance et fonçant au filet pour les retours, en plus évidemment de distribuer les mises en échec dans les coins de patinoire et lâcher les gants au besoin.

Quand le gardien Andreï Vasilevskiy a échappé son tir anodin, et que le défenseur Jay Garrison a tenté de pousser le disque libre sous son gardien sans succès, Neil était là pour pousser le disque libre au fond du filet. Il devenait ainsi le sixième joueur actif dans la LNH à compter un but pour la même équipe lors de 15 saisons différentes.

« On parle toujours d'envoyer des rondelles au filet et s'y rendre pour marquer des buts laids. Vous regardez à travers la ligue, la majorité des buts sont comptés comme ça, au deuxième ou troisième essai. Les beaux jeux fonctionnent une fois de temps en temps, ils sont bien beaux à regarder, mais ce n'est pas ce qui fonctionne la plupart du temps. Pour moi, la majorité de mes buts nécessitent que je fonce au filet pour être récompensé », a dit Neil après le match de samedi.

L'ailier droit du quatrième trio comble ainsi son nouveau patron, Guy Boucher. « Chris Neil fait son boulot depuis le début de l'année, il est partout sur la glace, il est physique et il nous a donné des chances de marquer dans les autres matches aussi », a-t-il souligné.

Varone au ballottage

Les Sénateurs avaient un joueur de moins dans l'avion nolisé qui les amenait à Vancouver dimanche alors que l'attaquant Phil Varone a été soumis au ballottage dans l'espoir de le céder au club-école de Binghamton.

Meilleur compteur du club pendant le calendrier présaison, Varone a été blanchi lors des trois parties qu'il a disputées en saison régulière. Utilisé au centre d'un quatrième trio samedi, il n'a certes pas aidé sa cause en effectuant deux très longues présences (1:28 minute en moyenne) au premier tiers, ce qui lui a valu d'être cloué au banc par Guy Boucher.

Il n'a finalement joué que 7:48 minutes. Laissé de côté samedi tout comme le défenseur Thomas Chabot, Matt Puempel pourrait réintégrer l'alignement contre les Canucks mardi, à moins que le club ne décide de rappeler Curtis Lazar de Binghamton, lui qui a un but en trois parties avec les petits Senators à son retour au jeu d'une mononucléose.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer