Toujours sans but, Hoffman ne s'inquiète pas

Mike Hoffman a compté 29 buts en 78... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Mike Hoffman a compté 29 buts en 78 rencontres la saison dernière.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La saison 2016-2017 est encore jeune, très jeune, mais s'il y a un point positif qui se dégage déjà chez les Sénateurs d'Ottawa à part leurs trois victoires en quatre parties, c'est que leur attaque produit à un excellent rythme, avec 16 buts lors de ces 4 rencontres.

Ils sont à égalité au troisième rang dans la LNH avec leur moyenne de 4,0 buts/match, n'étant devancés que par les Rangers de New York (4,67) et les Oilers d'Edmonton (4,25).

Et cette production a été enregistrée même si leur meilleur franc-tireur de la saison dernière, Mike Hoffman, n'a pas encore secoué les cordages depuis que le calendrier régulier s'est mis en branle.

Ce n'est pas qu'il n'a pas essayé, lui qui domine toute la LNH avec 20 lancers (ex aequo avec Brent Burns, des Sharks de San Jose, à ce chapitre), ce qui ne comprend pas une barre horizontale en plus.

L'ailier gauche qui a signé un nouveau contrat de 20,75 millions $ pour quatre ans cet été ne s'inquiète cependant pas trop de ce lent départ, tout comme son entraîneur-chef Guy Boucher.

« On m'a toujours dit que les buts sont comme les bananes, elles viennent en paquet », avait blagué Boucher quelques heures avant le gain de 7-4 des Sénateurs contre les Coyotes de l'Arizona mardi. Lors de cette rencontre, Hoffman a récolté ses trois premiers points de la saison au moins, des passes sur les buts de Bobby Ryan en avantage numérique, puis ceux de ses compagnons de trio Mark Stone et Kyle Turris. « Tu ne veux certainement pas commencer la saison trop lentement, a-t-il confié au Droit après ce match, à la veille d'une journée de congé d'entraînement des siens. C'est une bonne sensation que notre trio ait contribué (contre les Coyotes), c'était un match important pour notre groupe après une mauvaise sortie à Detroit. »

L'ancien des Voltigeurs de Drummondville et des Sea Dogs de Saint-Jean dans la LHJMQ a eu de bonnes chances de compter à nouveau lors de cette rencontre, ratant notamment la cible de peu alors qu'il avait le gardien Mike Smith à sa merci à un moment donné en troisième période.

« J'ai eu des chances lors de chacun de nos matches, c'est comme ça. Il faut rester patient, ne rien changer vraiment, lancer la rondelle quand j'obtiens mes chances. Le résultat final après 82 parties va se régler par soit même si tu fais ça. La bonne chose, c'est que "Stoner" (Stone) a marqué son premier alors que "Turry" (Turris) en a déjà trois. Tu veux toujours obtenir ton premier le plus rapidement possible », a ajouté Hoffman.

Au début de la saison dernière, il avait attendu à son quatrième match pour enregistrer son premier filet, puis il avait enchaîné avec trois buts à ses trois parties suivantes. Comme des bananes, dirait Guy Boucher.

Le jeu de puissance a produit son premier but en 10 chances mardi soir, quand Ryan a redirigé un tir du poignet de Hoffman devant le filet. Ce dernier ne s'inquiétait pas non plus de la disette des trois premiers matches, qui avait suivi un calendrier présaison où l'attaque à cinq avait produit cinq buts.

« L'avantage numérique est bon depuis le début de l'année, on pénètre bien la zone adverse, on circule bien la rondelle et on obtient de bons tirs, même s'ils sont parfois bloqués comme (lundi) à Detroit. Ça ne nous a pris que cinq secondes pour compter (mardi contre les Coyotes), donc c'est bon », pense Mike Hoffman, qui est utilisé à la pointe sur la première unité cette saison.

Karlsson accumule les buts

C'était mentionné dans notre édition de mercredi, mais il vaut la peine de revenir sur le but dans un filet désert du défenseur Erik Karlsson mardi soir, ce qui était son 102e but en carrière. Il éclipsait du même coup la marque de 101 qu'il partageait avec Wade Redden, mais il faut noter que ce dernier a disputé 355 parties de plus que le capitaine actuel des Sénateurs (838 contre 483) pour ce faire. Karlsson est le 12e meilleur buteur de tous les temps des Sénateurs et il ne lui reste qu'à dépasser Martin Havlat (105) et rattraper son actuel coéquipier Chris Neil (111) pour se hisser dans le top-10. Il a aussi dépassé Marian Hossa au sixième rang des meilleurs pointeurs de l'histoire du club avec ses 392 points (Hossa en a 390) et quand il arrivera au plateau des 400, ce qui ne saurait tarder, il dépassera du même coup Radek Bonk (399) en cinquième place. La marque de 410 points en carrière de Redden, qui occupe le quatrième rang, devrait également tomber cette saison.

Entre les lignes

Parlant de Hossa, il a atteint le plateau des 500 buts en carrière mardi soir dans la victoire de 7-4 des Blackhawks de Chicago contre les Flyers. L'ailier droit échangé aux Thrashers d'Atlanta en 2004 en retour de Dany Heatley a marqué les 188 premiers buts de son illustre carrière avec les Sénateurs, entre 1998 et 2004, rappelons-le... La Fondation des Sénateurs tiendra une cérémonie de première pelletée de terre pour une neuvième patinoire communautaire jeudi, cette fois au parc Alexander, dans le quartier Carlington d'Ottawa... Un ancien gardien de l'organisation des Sénateurs, Barry Brust, a été nommé mercredi sur Équipe Canada en vue de la Coupe Deutschland, qui aura lieu en Norvège du 4 au 6 novembre. Lui qui poursuit sa carrière avec le HC Slovan Bratislava, en KHL, aura notamment pour coéquipiers les anciens de la LNH Derek Roy, de Rockland (Omsk Avangard), et l'ex-Olympique Maxime Talbot (Lokomotiv Yaroslavl). 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer