Prêts à passer aux choses sérieuses

Derick Brassard (19), des Sénateurs, intercepte une passe... (Sean Kilpatrick, La Presse canadienne)

Agrandir

Derick Brassard (19), des Sénateurs, intercepte une passe de Jack Eichel (15), des Sabres, vendredi soir à Ottawa.

Sean Kilpatrick, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À la fin d'un camp d'entraînement qui avait bien mal commencé, avec des commotions cérébrales à Mark Stone et Clarke MacArthur, la meilleure nouvelle pour les Sénateurs d'Ottawa après leur dernier match du calendrier prépatoire est qu'il n'y a pas eu d'autres blessures majeures dans leur revers de 4-2 aux mains des Sabres de Buffalo.

Il n'y avait qu'une petite foule de 14 216 spectateurs pour assister à cette rencontre au Centre Canadian Tire et on ne peut pas dire que les absents ont eu tort alors que même si l'entraîneur-chef Guy Boucher avait utilisé tous les vétérans à sa disposition, incluant Stone qui effectuait un retour au jeu, l'intensité n'était pas vraiment au rendez-vous.

Ottawa aura présenté une fiche de 3-2-2 en matches hors-concours cet automne et passera maintenant aux choses sérieuses mercredi, avec la visite des Maple Leafs de Toronto pour le premier match du calendrier régulier. « Personne n'a été blessé et c'est un plus majeur. Tout le monde est content de ça, si on avait joué un excellent match et qu'on avait eu deux blessés... Il faut jouer intelligemment. L'important était de bien comprendre la structure et on s'est amélioré à ça. La faiblesse de ce club par le passé était d'allouer trop de tirs, on voulait en accorder 25 ou moins et c'est ce qu'on a fait. À cinq contre cinq, ils n'ont pas obtenu beaucoup de chances », analysait Boucher après coup.

La brigade défensive des Sénateurs a quand même connu des ratées alors que le capitaine Erik Karlsson a pris quelques chances de trop à la ligne bleue adverse, ce qui a notamment mené au deuxième but des visiteurs, réussi par Marcus Foligno en début de deuxième période sur une descente à deux contre un avec Jack Eichel à la fin d'une attaque à cinq. Il a aussi été incapable de dégager le devant de son filet en milieu de troisième et Evander Kane a ajouté un but d'assurance en se démarquant de Marc Méthot.

Une autre descente à deux contre un, cette fois quand Dion Phaneuf a été trop téméraire pour laisser Karlsson seul derrière, a permis à l'ancien Sénateur Derek Grant de déjouer habilement le gardien Craig Anderson dans la lucarne au deuxième tiers, en désavantage numérique. C'était un sixième point en six matches pour Grant, qui est parmi les meilleurs compteurs de la présaison dans toute la LNH.

« Ce n'était pas juste Erik, c'est toute l'équipe qui a été impatiente. Nous avons d'assez bons joueurs sur l'avantage numérique qu'on n'a pas à perdre patience quand les chances ne sont pas là. La leçon va être bien apprise », a ajouté Boucher.

Jean-Gabriel Pageau a répliqué au but de Grant 20 secondes plus tard quand son coup de revers a dévié sur le défenseur des Sabres Casey Nelson pour permettre à la rondelle de passer par dessus Robin Lehner.

L'ancien gardien de l'avenir des Sénateurs a été solide face aux 32 tirs des locaux, mais il a aussi obtenu un peu d'aide de ses poteaux alors que Chris Kelly, en première, et Ryan Dzingel, en deuxième, ont tous deux frappé la quincaillerie.

Kyle Turris a été l'autre Sénateur à le déjouer, avec un tir précis du côté rapproché, mais c'était trop peu, trop tard.

Sam Reinhart avait lancé Buffalo en avant au premier tiers quand il a fait dévier un tir de la pointe.

Le gardien Craig Anderson a disputé tout le match et il n'y pouvait pas grand-chose sur les quatre buts à ses dépens, alors qu'il a fait face à 25 tirs.

Un résultat « pas vraiment décevant »

Ça ne paraissait pas avec le pointage final au tableau indicateur, mais Erik Karlsson était d'avis que les Sénateurs avaient fait plein de bonnes choses dans leur revers de 4-2 contre Buffalo vendredi soir.

«Ce n'est pas vraiment décevant. Les buts qu'ils ont comptés sont arrivés sur des rondelles bondissantes et des descentes en surnombre. Ça va arriver dans certains matches, mais ils n'ont rien créé par eux-mêmes pour gagner ce match. Nous sommes contents où nous sommes, on s'est préparé du mieux qu'on pouvait pour le début de la saison régulière, on a hâte d'y arriver. On a accompli tout ce qu'on avait à faire dans ce camp, on a encore des choses à améliorer, c'est certain, mais quand on va jouer pour de vrai, vous allez voir un bien meilleur club (que vendredi)», estimait-il.

«Même si on a perdu 4-2, ça n'a pas d'importance. Nous avons une bien meilleure équipe que lorsque je suis revenu (de la Coupe du monde)», a-t-il ajouté.

Karlson n'était pas le seul vétéran heureux d'en finir avec le calendrier préparatoire.

«C'est certain que ces deux semaines sont longues. Moi, je n'ai joué qu'une partie, mais certains en ont joué cinq ou six. Les gars ont hâte que les parties comptent au classement. Quand tu sais que les matches n'ont pas de signification, c'est difficile pour tout le monde de pousser un peu plus. Nous avons confiance, on a le bon groupe dans ce vestiaire. Quant à moi, j'ai été OK, les jambes n'étaient pas toutes là. J'ai fait quelques erreurs, mais il faut s'y attendre. Je dois apprendre le système et comment générer de l'attaque dans celui-ci, ça va venir en regardant un peu plus de vidéo», notait l'attaquant Mark Stone, qui a obtenu quatre tirs en 18 minutes de temps de glace à son retour d'une commotion cérébrale.

Le Gatinois Jean-Gabriel Pageau, auteur du premier but des siens, a disputé six des sept parties hors-concours des deux dernières semaines et il se sent prêt pour les choses sérieuses. 

«Ça a été bon pour moi, c'était bon pour me mettre en forme de match et avoir un bon synchronisme. Ça va m'aider, c'est certain. Je pense que toute l'équipe va être prête pour mercredi prochain, on s'est amélioré en tant qu'équipe pendant la présaison, nous avons appris le système et on va l'appliquer pendant la saison. L'histoire va être différente quand on va jouer pour vrai», a noté Pageau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer