Phaneuf aime ce qu'il a vu au camp

Nicolas Deslauriers (44), des Sabres de Buffalo, tente... (Sean Kilpatrick, La Presse canadienne)

Agrandir

Nicolas Deslauriers (44), des Sabres de Buffalo, tente de soutirer la rondelle à Dion Phaneuf (2), vendredi soir à Ottawa.

Sean Kilpatrick, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que son premier camp d'entraînement avec les Sénateurs arrive à sa conclusion, Dion Phaneuf aime bien ce qu'il a vu du nouveau personnel d'entraîneurs mené par Guy Boucher.

Le vétéran défenseur a l'air un peu moins entiché par la possibilité que son patron utilise à l'occasion un alignement comportant sept défenseurs et 11 attaquants, comme celui mis de l'avant lors du match de vendredi soir contre les Sabres de Buffalo. Mais il est prêt à laisser la chance au coureur.

«Comme joueurs, on doit jouer avec l'alignement choisi. Je n'ai pas joué souvent de cette façon, mais pendant le camp et les parties hors-concours, ça s'est passé en douceur, c'était bien organisé. Ça réduit notre charge de travail, ce qui nous permet de jouer avec plus d'ardeur. Ça a fonctionné jusqu'à maintenant, mais nous avons des gars qui sont capables de jouer plusieurs minutes. On va s'habituer à rouler à sept, ça a bien été jusqu'à maintenant», estime le partenaire attitré de Cody Ceci au sein du top-4 des Sénateurs.

Les entraînements dirigés par Boucher au cours des derniers jours ont souvent été interrompus alors qu'il donne des directives, parfois en levant le ton, quand les choses ne vont pas à son goût. Les joueurs sont même appelés à faire de bonnes vieilles pompes à l'occasion.

Phaneuf, un vétéran de 11 saisons dans la LNH, n'a pas de problème avec ça.

«Quand un nouveau personnel d'entraîneurs arrive, il y a beaucoup d'information qui circule. Ce qui est exigé de nous au niveau du système de jeu est très clair. J'aime la façon dont l'équipe se regroupe, on montre qu'on comprend bien le système, la façon dont on doit jouer, qu'ils (les entraîneurs) veulent qu'on joue. C'est positif, il y a beaucoup de positif, certains gars ont bien joué, c'est positif pour notre équipe», souligne-t-il.

«Il y a beaucoup d'enseignement lors de n'importe quel camp d'entraînement, mais c'est surtout le cas lorsqu'il y a de nouveaux entraîneurs... Il y a beaucoup de changements dans la façon qu'on va jouer. Des erreurs vont arriver lors des pratiques et c'est normal qu'elles soient arrêtées à l'occasion pour faire de l'enseignement», ajoute Phaneuf.

L'ancien capitaine des Maple Leafs de Toronto, acquis dans un échange impliquant huit autres joueurs et un choix de repêchage en février dernier, s'adressait aux médias pour la première fois depuis que Boucher a annoncé la semaine dernière qu'il portera un «A» d'assistant-capitaine, en alternance avec Kyle Turris, cette saison.

«C'est toujours un honneur quand on te donne une lettre et que tu fais partie d'un groupe de leaders. Il y a des responsabilités qui viennent avec ça... Mon travail est d'aider à mener les gars, aider ce groupe de leaders avec l'expérience que j'ai dans cette ligue. Je vais continuer à faire les choses à ma façon et être un complément aux gars de notre groupe alors qu'Erik (Karlsson) est un excellent leader. On va tout faire ensemble pour s'assurer qu'on soit sur la même page», a dit Phaneuf à ce sujet.

Peu de nouvelles de MacArthur

Près de deux semaines après la mise en échec de Patrick Sieloff qui lui a valu une quatrième commotion cérébrale en un an et demi, les Sénateurs n'ont pas donné beaucoup de nouvelles sur l'état de santé de Clarke MacArthur depuis qu'il a publié une photo de lui en train de faire des exercices légers sur son compte Instagram. L'entraîneur-chef Guy Boucher n'avait pas grand-chose à rapporter vendredi quand il s'est fait demander s'il y avait des progrès dans sa situation. « Il était présent mercredi soir quand nous avons eu une soirée avec les conjointes, il était souriant et de bonne humeur, a-t-il indiqué. Il se sent bien depuis trois jours, mais on ne le pousse pas dans le gymnase. Il a fait un peu de vélo stationnaire, mais c'est à peu près tout. »

Chabot à droite

Alors qu'il tente de se mériter un poste pour commencer l'année dans la LNH à 19 ans, le défenseur Thomas Chabot était le septième défenseur en uniforme pour le match de vendredi soir contre les Sabres alors que Guy Boucher a dit qu'il « voulait le voir jouer à nouveau tout en n'enlevant pas de temps de glace à (Chris) Wideman ». Chabot, un gaucher, a pratiqué du côté droit cette semaine aux côtés de Mark Borowiecki, alors que Boucher veut voir s'il serait en mesure de jouer de ce côté de la brigade défensive. « Nous avons un poste du côté droit, a dit l'entraîneur-chef. Nous ne pensons pas que Borowiecki est à l'aise du côté droit. C'est une raison de plus qu'on veut voir Chabot à droite, pour déterminer s'il peut se défendre de ce côté. » En attaque, Ryan Dzingel a joué sur le deuxième trio aux côtés de Derick Brassard et Bobby Ryan, alors que Phil Varone et Matt Puempel ont été laissés de côté. Il s'agissait du premier match hors-concours raté par ce dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer