Une mononucléose pour Curtis Lazar

La maladie n'a pas affecté l'entraînement estival de... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

La maladie n'a pas affecté l'entraînement estival de Lazar.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Toujours souriant habituellement, Curtis Lazar avait un air bougon vendredi alors qu'il observait l'entraînement de ses coéquipiers des Sénateurs à partir des gradins en cette première journée de camp.

On a compris pourquoi un peu plus tard quand l'entraîneur Guy Boucher a fait savoir que l'attaquant de troisième année compose présentement avec les effets d'une mononucléose diagnostiquée il y a quelque temps déjà, et qu'une date pour son retour au jeu reste indéterminée.

«On espérait que ce ne soit pas grave et qu'il y ait suffisamment de jours pour qu'il soit rétabli (pour le camp), mais c'est maintenant rendu au point où on devra assurer un suivi quotidien de son état de santé. Il faut être prudent, comme vous savez avec une mono, ça pourrait être réglé dans quatre jours comme ça pourrait prendre plus de temps. Il peut être autour de l'équipe et il se sent assez bien, mais on doit attendre de voir quand on aura le droit de l'envoyer sur la glace», a expliqué Boucher.

Ce dernier a indiqué que la maladie infectieuse n'avait pas affecté l'entraînement estival de Lazar, qui a patiné à quelques occasions de façon informelle avec ses coéquipiers lorsqu'il est arrivé dans la capitale. Il n'avait pas joué lors du tournoi de golf de l'équipe tenu la semaine dernière au Royal Ottawa.

Le présent camp était important pour ce premier choix en 2013 qui se cherche un rôle bien défini dans la formation de son nouveau patron.

Alors qu'il était pressenti pour occuper le poste d'ailier droit sur le troisième trio aux côtés de Jean-Gabriel Pageau et Zack Smith, c'est plutôt Tom Pyatt, l'ancien des Canadiens de Montréal et du Lightning de Tampa Bay, qui s'est retrouvé à ce poste pour la première journée du camp. Matt Puempel était pour sa part sur le quatrième trio avec Chris Kelly et Chris Neil, alors que les deux premiers trios anticipés avant le camp (Mike Hoffman-Kyle Turris-Mark Stone et Clarke MacArthur-Derick Brassard-Bobby Ryan) se sont matérialisés comme prévu.

Ayant joué pour Boucher à Genève-Servette lors des deux dernières saisons passées en Suisse, Pyatt s'amène avec un contrat à deux volets (donc avec un salaire moins élevé dans la Ligue américaine), mais de la façon dont son entraîneur parle, il y a fort à parier qu'il amorcera la campagne dans la LNH.

«On m'a fait venir pour apporter de la vitesse et aider le désavantage numérique, c'est ce que je vais tenter de faire. Guy est un entraîneur très intelligent qui connaît le jeu, c'est plaisant de jouer pour lui alors qu'il est intense d'une bonne manière... Je pense que je me suis amélioré offensivement en Suisse, j'ai pu toucher la rondelle un peu plus, je pense que je ramène de bons outils dans la LNH», a dit l'auteur de 11 buts lors de ses deux saisons en Suisse.

Chabot impressionne

L'entraîneur-chef Guy Boucher a parlé vendredi d'une course « ouverte » pour les postes sur la troisième paire, avec Chris Wideman, qui porte le numéro 6 délaissé par Bobby Ryan (il porte maintenant le 9), et Mark Borowiecki qui ont une longueur d'avance avec leurs contrats à un volet. Il y aurait plusieurs autres candidats « sur la bulle », incluant le défenseur québécois Thomas Chabot, premier choix de l'an dernier. Il a connu un très bon tournoi des recrues à London, selon tous les rapports. « Je savais qu'il était bon, je l'avais vu jouer. Mais il fait mieux que ce à quoi je m'attendais. Il était plus hésitant à la première pratique, mais lorsqu'il est arrivé dans les matches, on voyait qu'il était habitué à jouer à un haut niveau, il pense vite, est un excellent patineur et il récupère la rondelle rapidement, ce que tout le monde recherche. Est-il prêt ? Il va nous le montrer. Il doit être meilleur que les autres gars qu'on a, on ne lui fera pas de cadeau », a dit Boucher à son sujet.

Un contrat pour Gagné

Le directeur général adjoint Randy Lee avait eu de bons mots pour l'attaquant Gabriel Gagné à l'issue du tournoi des recrues de la fin de semaine dernière à London et ces commentaires positifs se sont transformés en argent sonnant pour le Québécois de 20 ans, qui a accepté vendredi les termes d'un contrat de trois ans à deux volets offert par les Sénateurs. Le choix de deuxième ronde en 2015, qui aura 20 ans en novembre, aurait pu retourner à Shawinigan pour une dernière saison chez les juniors, mais son jeu au camp a convaincu les Sénateurs qu'il vaudrait mieux pour son développement qu'il fasse le saut chez les professionnels même si le colosse de 6' 5'' et 200 livres a raté la première moitié de la dernière saison pour cause de blessure (une myosite ossifiante à une cuisse). 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer