«Alfie» devient citoyen canadien

Pour l'ancien numéro 11 des Sénateurs, obtenir la double... (Mark Blinch, PC)

Agrandir

Pour l'ancien numéro 11 des Sénateurs, obtenir la double citoyenneté était une étape normale. «Nous avons établi nos racines ici. Nous avons ni plus ni moins vécu toute notre vie adulte au Canada.»

Mark Blinch, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Daniel Alfredsson portant un chandail avec une feuille d'érable sur le devant pendant qu'il se retrouve à Toronto, une ville qu'il a fait damner du temps où il jouait pour les Sénateurs d'Ottawa, ce n'est pas une scène qui va se répéter souvent.

Le Suédois et son épouse Bibbi sont devenus des citoyens canadiens lors d'une cérémonie officielle tenue en marge du tournoi de la Coupe du monde, mardi midi, en même temps que 100 autres personnes.

Pour l'ancien numéro 11, obtenir la double citoyenneté était une étape normale alors que le consultant senior aux opérations hockey des Sénateurs a ramené sa famille, qui comprend ses quatre fils nés à Ottawa, dans la capitale fédérale cet été après un exil de deux ans à Detroit, où il a terminé sa carrière avant d'accepter son poste au sein de la direction l'an dernier, en plus d'avoir signé un contrat d'un jour pour annoncer sa retraite en tant que membre du club qui l'avait repêché en sixième ronde en 1994.

«Nous avons établi nos racines ici. Nous avons ni plus ni moins vécu toute notre vie adulte au Canada et nous sommes vraiment enracinés à Ottawa. Nous avons quatre enfants qui vont à l'école, font du sport et jouent au hockey. On se sent un peu plus inclus dans la famille de cette façon», a raconté Alfredsson en mêlée de presse après l'événement.

Celui-ci s'est vu présenter son certificat de citoyenneté canadienne par l'ancienne joueuse de l'équipe nationale Cassie Campbell, une récipiendaire de l'Ordre du Canada, en présence du commissaire de la LNH Gary Bettman et du directeur exécutif de l'Association des joueurs de la LNH, Donald Fehr.

«C'était très spécial. C'est unique de devenir citoyen d'un deuxième pays. Le hockey est ce qui m'a amené ici et que ceci arrive pendant la Coupe du Monde et au Canada, c'est une journée spéciale pour moi et mon épouse», a-t-il ajouté.

«Alfie» et son épouse Bibbi sont devenus citoyens... (Mark Blinch, PC) - image 2.0

Agrandir

«Alfie» et son épouse Bibbi sont devenus citoyens canadiens lors d'une cérémonie officielle tenue en marge du tournoi de la Coupe du monde, mardi, à Toronto.

Mark Blinch, PC

Par la suite, il a enfilé le chandail blanc et rouge du Canada le temps d'une photo, lui qui fait pourtant partie de l'équipe de direction de la formation suédoise à la Coupe du Monde. 

«La dernière fois que j'ai porté un chandail du Canada, c'est parce que j'avais perdu un pari avec notre propriétaire (Eugene Melnyk) pour les championnats du monde (en 2009). C'est un beau chandail. Je sais qu'il signifie beaucoup pour les Canadiens, mais pour l'instant, le bleu et jaune est dans mon coeur pour ce tournoi. Si tout va bien, nous allons avoir une finale Canada-Suède.»

Bettman s'est déclaré heureux d'être présent pour cette occasion spéciale. «Daniel Alfredsson a été un ambassadeur hors pair pour le hockey, autant sur la glace qu'en dehors, et il représente le mélange parfait du Canada et du hockey, a-t-il dit à NHL.com. C'est fantastique qu'il ait décidé d'y établir son domicile. Faire partie d'un moment qui va changer la vie des gens, et en particulier au Canada d'avoir cette connexion au hockey alors que la Coupe du Monde bât son plein, c'était un honneur d'être présent.»

La cérémonie a pris fin alors que tous les nouveaux citoyens canadiens ont entonné le Ô Canada

«Habituellement, quand je l'entendais au fil des années, c'était 90 secondes avant que la rondelle soit mise au jeu. C'est une chanson que je connais très bien maintenant avec toutes les parties que j'ai jouées dans la LNH. Elle a une signification spéciale... Le feeling était différent aujourd'hui. On savait que ce serait une journée spéciale pour nous. Nous étions à l'aise avec toutes les références au hockey et à l'hymne national.»

Un de ses anciens grands rivaux des Maple Leafs était content de voir l'ancien capitaine des Sénateurs devenir son concitoyen. «Félicitations pour être devenu un citoyen canadien, Alfie. De ton vieil ami Tucks», a écrit Darcy Tucker sur son compte Twitter. C'est ce même Tucker qu'Alfredsson avait frappé par-derrière lors d'un match des séries de 2002, geste resté impuni et survenu juste avant qu'il aille marquer le but gagnant en prolongation.

Classique hivernale à Ottawa: la colline du Parlement ou rien

Le président des Sénateurs Cyril Leeder est catégorique: le seul endroit qui est considéré pour la présentation d'une Classique hivernale contre les Canadiens de Montréal dans la capitale est la colline du Parlement.

Il a évoqué cette possibilité pour la première fois lors d'une entrevue à la radio TSN 1200 cette semaine. Il a du même coup écarté la possibilité qu'un tel match en plein air soit organisé à la Place TD dans les semaines suivant la tenue du match de la Coupe Grey à cet endroit, en novembre 2017.

«Il n'y a vraiment qu'une option sur laquelle nous travaillons et c'est d'essayer de trouver un moyen que ce match puisse avoir lieu sur la colline du Parlement», a dit Leeder.

«C'est compliqué et complexe. Nous travaillons avec la ligue et certains officiels du gouvernement fédéral pour que ça fonctionne. Ce travail se poursuit, nous continuons avec ardeur. Je sais qu'il y a beaucoup d'efforts déployés en ce moment pour essayer de régler toutes sortes de détails afin que ça marche», a-t-il ajouté.

Les Sénateurs et la LNH seraient en pourparlers avec la même compagnie montréalaise qui a installé les gradins temporaires pour deux spectacles du groupe U2 sur les anciens terrains de l'hippodrome de Montréal en 2011.

«Si on peut y arriver, ce serait excellent. Ce serait un fait saillant fantastique pour la saison du 25e anniversaire (des Sénateurs). Une célébration nationale du hockey sur la colline du Parlement, ce serait très excitant... [La Place TD] n'est pas une option que nous avons étudiée, dans quelque détail que ce soit. On se concentre sur la Colline», a souligné Leeder.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer