MacArthur prêt «à 100 %»

Clarke MacArthur... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Clarke MacArthur

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les séances d'entraînement sans entraîneurs suivies de jeu simulé sans contact achèvent pour les joueurs des Sénateurs d'Ottawa.

Ils ont tous hâte de passer aux choses sérieuses plus tard cette semaine, alors que le camp d'entraînement de l'équipe va commencer jeudi avec les tests de conditionnement physique.

Mais il n'y en a probablement pas un qui est plus anxieux de voir la saison commencer que Clarke MacArthur.

Le vétéran attaquant a raté presque toute la saison dernière en raison d'une sévère commotion cérébrale, sa troisième en l'espace de neuf mois alors que sa campagne précédente avait été interrompue en février après une collision avec le gardien Robin Lehner, maintenant des Sabres de Buffalo.

Il était rétabli en avril dernier, mais la direction de l'équipe et leurs médecins se sont entendus pour prendre la décision de ne pas le renvoyer dans la mêlée pour des parties qui n'avaient plus grande signification, le club ayant été éliminé de la course pour une place en séries éliminatoires.

Après une saison estivale où il a recommencé à patiner dès le mois de juin, MacArthur est sûr que son retour s'effectuera sans anicroche.

«Je pense que je suis prêt, on va vraiment le savoir vendredi quand Neiler (Chris Neil) va tenter de me faire passer à travers la bande. Mais je me sens en bonne forme et prêt pour le début du camp», a-t-il confié au Droit après la séance d'entraînement de lundi au Sensplex.

«Je me sens à 100 %. Je n'ai plus aucun symptôme après les entraînements ou quoi que ce soit. Je touche du bois, je me sens bien. C'est certain que je n'ai pas encaissé beaucoup de mises en échec cependant. C'est probablement une bonne chose de ne pas avoir joué à la fin de la dernière saison, j'ai eu plus de repos. J'espère juste que ça va rapporter», ajoute-t-il.

Âgé de 31 ans, le numéro 16 des Sénateurs veut redevenir le joueur qui avait contribué 24 buts et 55 points à sa première saison à Ottawa, en 2013-2014, quand il s'était amené de Toronto comme joueur autonome. Il était en route pour une saison similaire l'année suivante, avec 16 buts et 36 points, quand il a été sonné une première fois après 62 matches.

Pour relancer sa carrière, MacArthur pourrait difficilement demander mieux que ce que le nouvel entraîneur-chef Guy Boucher planifie utiliser comme trios au début du camp d'entraînement, alors qu'il doit être inséré à la gauche du Gatinois Derick Brassard, la grosse acquisition de l'équipe cet été en retour de Mika Zibanejad, et du vétéran Bobby Ryan.

«Ça devrait être une bonne ligne pour effectuer mon retour, hein ? lance-t-il. Il (Brassard) est un excellent joueur, très habile tout comme Bobby. Je vais juste foncer au filet avec ma palette sur la glace, faire des jeux en ligne droite. Ça va être excitant.»

Clarke MacArthur a confiance que le nouveau personnel d'entraîneurs, Boucher en tête, saura soutirer le maximum des éléments qu'ils ont sous la main.

«Nous allons être orientés beaucoup sur les détails, on dirait. Notre équipe n'est plus aussi jeune qu'avant, mais elle a besoin d'une bonne structure. Il va falloir placer tout ça d'ici au début de la saison, mais Guy est très à son affaire. Notre objectif est d'être des séries, rien de moins que ça serait inacceptable. Nous allons avoir Turry (Kyle Turris) de retour en santé, lui qui a tenté de jouer 30 matches sur un pied l'an dernier. Je reviens, et Dion (Phaneuf) va être là toute l'année, on a Brass qui a 400 ou 500 matches derrière la cravate. Et je pense que l'acquisition de Chris Kelly est énorme pour nous, on avait besoin d'un gars qui a gagné et qui sait ce que ça prend», pense-t-il.

Dunn au camp principal

Au camp des Sénateurs, Vincent Dunn visera un... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Au camp des Sénateurs, Vincent Dunn visera un poste régulier avec le club-école de Binghamton, et peut-être une participation à un match hors-concours de la LNH.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

De retour d'un week-end chargé à London, Vincent Dunn avait des petits bobos à soigner lundi.

Quand il est passé au Centre Canadian Tire pour subir des traitements, une bonne nouvelle est venue jeter un baume sur ses ecchymoses : le Gatinois de 21 ans est un des espoirs de l'équipe invité au camp principal de l'équipe qui se mettra en branle jeudi.

Comme ce camp est raccourci en raison de la tenue de la Coupe du monde et que ce ne sont pas tous les jeunes joueurs de l'organisation qui se rapporteront au nouvel entraîneur-chef Guy Boucher, Dunn a donc fait belle impression lors du tournoi des recrues du week-end dernier où il a été appelé à jeter les gants à trois occasions en trois parties.

Le directeur général adjoint Randy Lee avait d'ailleurs eu de bons mots pour lui après coup, en entrevue avec LeDroit. « Il a connu des bons matches. Il était sous contrôle, mais jouait avec ardeur. Il a protégé ses coéquipiers », a-t-il indiqué.

L'ancienne peste des Foreurs de Val-d'Or, des Olympiques de Gatineau et de l'Océanic de Rimouski a notamment fait pester les entraîneurs des recrues du Canadien de Montréal dimanche en écopant d'une punition pour double-échec contre le premier choix Mikhail Sergachev en fin de deuxième période. Ce dernier n'est pas revenu au jeu par la suite pour cause de blessure au « haut du corps », ce qui aurait été par mesure de précaution, a fait savoir le Tricolore.

« J'ai juste fait ma job et je pense que les Sénateurs sont contents de ce que j'ai montré vu qu'ils m'ont invité au camp principal, a confié Dunn lundi après-midi. Dans le cas de Sergachev, il frappait tout le monde, il avait frappé un de nos gars de façon dangereuse, blind side (angle mort). Je ne voulais pas le frapper salaud, je voulais juste le planter dans la bande et on dirait qu'il est mal tombé. »

Un vidéo de l'incident circule sur la toile, mais on ne voit pas très bien le coup, les deux joueurs étant presqu'en dehors du champ de la caméra. Sergachev avait effectué sa passe un peu plus tôt et ne semblait pas s'attendre à se faire frapper, en tout cas.

Un joueur des Canadiens, Michael Pezzetta, a tenté de venger son coéquipier en troisième période, et l'agitateur des Sénateurs n'a eu aucun problème à l'accommoder.

« Mes trois batailles ont très bien été. Je viens de connaître mon meilleur été d'entraînement, j'ai ajouté de la masse musculaire, je suis rendu à 195 livres et c'est un bon poids pour moi. J'ai beaucoup d'énergie aussi après m'être entraîné à la boxe au gym de Guy Ouellette (le «spécialiste en agression tactique» des Sénateurs), je pense que ça paraît sur la glace », note celui qui est sous l'aile du vétéran Chris Neil depuis son entrée dans l'organisation, au repêchage de 2013 (choix de cinquième ronde).

Alors que l'Océanic l'avait renvoyé à la maison à la fin de sa dernière saison junior parce qu'il ne cadrait pas bien dans l'équipe, Dunn estime qu'il a beaucoup grandi lors de sa première saison chez les professionnels l'an dernier, campagne passée majoritairement dans la ligue East Coast, à Elmira.

« Je pense que ça m'a fait du bien de passer l'année dans la East Coast et de jouer quelques matches dans la Ligue américaine plutôt que de jouer dans le junior à 20 ans, j'ai gagné beaucoup de maturité », dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer