Perron change d'approche

Francis Perron a récolté 41 buts et 107... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Francis Perron a récolté 41 buts et 107 points la saison dernière avec les Huskies de Rouyn-Noranda.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En se présentant à son troisième camp d'entraînement avec les Sénateurs d'Ottawa, son premier avec un contrat en poche, Francis Perron est réaliste.

L'attaquant de 20 ans qui a été le joueur par excellence de la dernière saison et des séries dans la LHJMQ, quand il a mené ses Huskies de Rouyn-Noranda à la conquête de la coupe du Président et la finale de la coupe Memorial, réalise qu'il a probablement 99 % de chances de commencer la saison avec le club-école de la Ligue américaine, les Senators de Binghamton.

Son objectif est donc bien simple : après sa participation au tournoi des recrues en fin de semaine à London, il veut d'abord et avant tout disputer plus de parties hors-concours au camp principal de l'équipe que l'an dernier, alors qu'il avait été utilisé dans une partie contre les Maple Leafs de Toronto au début du calendrier présaison, match où il avait été tenu à l'écart de la feuille de pointage.

« C'est certain que mon but est de rester le plus longtemps possible ici. L'année passée, j'ai eu la chance de jouer un match hors-concours et cette année, j'aimerais ça en avoir un peu plus. Mais j'y vais au jour le jour, le tournoi des recrues commence (vendredi) et je dois me concentrer sur les matches à London en premier », a-t-il confié avant le départ des espoirs des Sénateurs pour le sud de l'Ontario.

Dans cette optique, il ne veut quand même pas penser au moment où il sera retranché et se dirigera vers l'état de New York.

« L'approche est différente, je fais mes débuts professionnels cette année. Dans ma tête, mon but principal est de jouer pour les Sénateurs cette année. Je ne peux pas arriver ici en me disant : "Quand est-ce que je m'en vais à Bingo ?" Je sais que je suis capable de me rendre assez loin dans ce camp-là, c'est de faire mes preuves et de leur forcer la main pour qu'ils me gardent le plus longtemps possible », dit l'ailier droit de 6' et 162 livres originaire de Blainville.

Perron aurait aimé ajouter un peu plus de poids à sa charpente au cours du dernier été, mais il racontait qu'il n'a pas réussi à le faire même en consommant de nombreuses calories quotidiennement.

« Je n'ai pas ajouté autant de poids que j'aurais souhaité, mais j'ai quand même eu un bon été dans le gym. Je suis pas mal content de mes résultats aux tests physiques. En général, je suis content de mon été », a-t-il indiqué, estimant qu'il est « plus fort physiquement pour les batailles à un contre un » même s'il n'est pas plus gros.

Bonne impression

L'auteur de 41 buts et 107 points avec les Huskies la saison dernière (plus 12 buts et 33 points en 18 matches de séries), qui a commencé le premier match du tournoi contre Toronto sur le premier trio pivoté par Nick Paul, est comme tout le monde au camp, il veut impressionner les nouveaux entraîneurs autant à Ottawa (Guy Boucher) qu'à Binghamton (Kurt Kleindendorst).

« Tu veux laisser une bonne première impression, c'est certain. Quand je suis arrivé au camp de développement, le nouveau staff était là et je pense que ça a quand même bien été. Maintenant ici (au camp des recrues), on apprend de nouvelles choses, de nouveaux termes. C'est d'apprendre le plus vite possible et de leur montrer ce que tu es capable de faire », affirme ce choix de septième ronde au repêchage de 2014.

Revers au tournoi des recrues

Dans une petite édition de la Bataille de l'Ontario, les espoirs des Sénateurs d'Ottawa se sont inclinés 2-1 en prolongation devant leurs homologues des Maple Leafs de Toronto vendredi soir alors que le tournoi des recrues de London s'est mis en branle.

Un but de Colin Smith avec moins d'une minute à faire à la période supplémentaire a fait la différence dans cette rencontre, l'attaquant de l'organisation torontoise parvenant à arrêter une descente à deux contre un à l'autre bout de la patinoire avant de s'échapper quand le défenseur des Sénateurs Thomas Chabot a perdu la rondelle devant le filet des Leafs.

Smith a déjoué le gardien Chris Driedger du côté de la mitaine, le seul des 20 tirs auxquels ce dernier a fait face en un peu plus de 44 minutes de jeu en relève au partant Matt O'Connor. Ce dernier a effectué 12 arrêts en première période, cédant seulement devant Trevor Moore sur une échappée au cours de l'engagement. Il a quitté la rencontre plus tôt que prévu - il devait jouer 30 minutes - en raison d'une blessure au bas du corps, possiblement subie lors d'une collision avec l'ancien espoir de l'organisation des Sénateurs Tobias Lindberg, passé aux Leafs dans l'échange de Dion Phaneuf.

Le seul but des petits Sénateurs pour forcer la tenue de la prolongation a été réussi par le joueur invité Stephen Harper, qui a converti une belle passe de Blake Tatchell, un autre joueur invité.

Les jeunes Maple Leafs ont dominé 32-21 au chapitre des lancers au cours de la rencontre.

Le défenseur suédois Andreas Englund a été solide à ses débuts sur les petites patinoires nord-américaines, distribuant quelques bonnes mises en échec.

C'était la première victoire des Maple Leafs à ce tournoi depuis 2005, mettant fin à une séquence de huit victoires consécutives des Sénateurs.

La formation dirigée par l'entraîneur des Senators de Binghamton Kurt Kleinendorst aura deux occasions de se reprendre à ce tournoi alors qu'elle affrontera les recrues de Penguins de Pittsburgh cet après-midi (15 h), puis celles des Canadiens de Montréal dimanche à 13 h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer