Dorion pourrait offrir quelques essais

Le directeur général Pierre Dorion en pleine discussion... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le directeur général Pierre Dorion en pleine discussion avec son entraîneur-chef Guy Boucher

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pierre Dorion a dû fausser compagnie à ses compagnons de jeu au tournoi de golf des Sénateurs à quelques occasions lundi au Royal Ottawa.

Le téléphone cellulaire du directeur général des Sénateurs a sonné à plusieurs reprises alors que de nombreux agents sont à ses trousses ces jours-ci dans l'espoir d'obtenir une invitation au camp de l'équipe pour leurs clients.

«C'est pas mal occupé de ce temps-ci, je reçois des appels d'agents qui cherchent des essais professionnels pour leurs joueurs. On regarde encore pour ça, à l'avant et à la défense. Notre équipe n'a pas participé aux séries l'an dernier, donc on doit regarder plusieurs scénarios. C'est ce qu'on est en train de faire. On regarde qui pourrait venir sur un essai et peut-être mériter un contrat à un ou deux volets», a-t-il confié. 

Dorion fait aussi ses devoirs auprès d'autres directeurs généraux à l'heure actuelle alors qu'il tient à s'assurer que le ou les joueurs invités de cette façon ont un caractère irréprochable, lui qui estime avoir un «bon vestiaire avec d'excellents leaders».

Le successeur de Bryan Murray a parlé pendant presque tout l'été de son désir de trouver un vétéran défenseur qui pourrait venir lutter avec Mark Borowiecki et Chris Wideman pour les deux postes sur la troisième paire de défenseurs de l'équipe. C'est un peu plus récent qu'il parle d'un besoin à l'attaque.

«Aux agents qui m'appellent, je dis que nous avons 11 attaquants avec des contrats à sens unique ainsi que six défenseurs dans la même situation. Il y a donc deux ou trois postes disponibles chez nous», affirme-t-il.

Les Sénateurs se croisent évidemment les doigts que l'ailier gauche Clarke MacArthur, qui a raté presque toute la dernière saison en raison d'une sévère commotion cérébrale, sera en mesure de reprendre son poste régulier.

«On sait qu'il est rétabli à 100%, mais il faut qu'on protège l'organisation en amenant des joueurs d'avant qui pourraient nous protéger», a noté Dorion.

Il y a déjà 28 joueurs qui ont signé des contrats d'essai professionnel (PTO) à travers la LNH, dont d'anciens hauts salariés comme les anciens Candiens Brandon Prust (Toronto), Chris Higgins (Calgary) et Rene Bourque (Colorado), ainsi que James Wisniewski (Tampa Bay) et Kris Versteeg (Tampa Bay).

«C'est pas mal occupé de ce temps-ci, je reçois des appels d'agents qui cherchent des essais professionnels pour leurs joueurs.»

Pierre Dorion
directeur général des Sénateurs

Les Sénateurs pourraient regarder comment l'ancien Bruin Dennis Seidenberg se débrouille avec Équipe Europe à la Coupe du monde, et d'autres vétérans comme Christian Erhoff et Matt Bartkowski se cherchent toujours du travail à la ligne bleue, entre autres.

Dorion a hâte que le camp commence pour voir comment les pièces du casse-tête qu'il a assemblé vont se placer, et quels jeunes joueurs pourront se faire une place permanente. L'ancien choix de première ronde Matt Puempel aura besoin d'un gros camp, à l'entendre. «Nos joueurs doivent savoir qu'ils ont besoin de mériter un poste. Un gars comme Matt, qui a besoin de passer au ballottage si on veut le rétrograder, doit mériter d'être sur l'équipe, et ensuite l'entraîneur va décider son temps de glace. C'est la culture qu'on veut amener à Ottawa depuis l'embauche de Guy (Boucher). Lui (Puempel), c'est sa troisième année professionnelle, c'est son année pour débloquer», a-t-il noté

Bientôt les recrues

Alors que les vétérans des Sénateurs devront attendre jusqu'au 22 septembre pour amorcer le camp d'entraînement, c'est jeudi que les recrues de l'équipe se rassembleront sur la glace du Centre Canadian Tire pour amorcer leurs préparatifs en vue du tournoi des recrues qui aura lieu en fin de semaine à London.

Ils n'auront qu'un entraînement sous la direction de l'entraîneur du club-école de la Ligue américaine Kurt Kleinendorst, après quoi ils affronteront leurs homologues des Maple Leafs de Toronto vendredi soir (19h), ceux des Penguins de Pittsburgh samedi (15h30) et enfin les recrues des Canadiens de Montréal dimanche à 13h.

Une pensée pour Bissonnette

Comme plusieurs hockeyeurs, le Gatinois Derick Brassard a été triste d'apprendre le décès la semaine dernière de l'ancien Olympique Roberto «Bob» Bissonnette dans un accident d'hélicoptère, à l'âge de 35 ans.

Il n'a jamais joué contre lui dans les rangs juniors vu qu'il y a sept ans de différence entre eux, mais il se souvient de l'avoir croisé quand il était jeune alors qu'il était ami avec un voisin de son «père de pension», Robert Louis-Seize. Et plusieurs de ses amis dans le hockey ont fait des témoignages émouvants sur les réseaux sociaux à son endroit.

«Tu vois tout le monde qui est triste sur Facebook et les autres réseaux, ça te montre l'impact qu'il a eu dans sa vie trop courte. J'aimais bien sa musique et mon regret maintenant, c'est de ne pas être allé le voir en spectacle. Il paraît qu'il donnait tout un show», a-t-il confié.

Les Capitales de Québec, dont Bissonnette était un copropriétaire, ont annoncé lundi que sa dépouille sera exposée en chapelle ardente au stade municipal jeudi et vendredi, avant ses funérailles privées pour parents, amis proches et anciens coéquipiers.

Partager

À lire aussi

  • Guy Boucher place ses pions

    Sénateurs d'Ottawa

    Guy Boucher place ses pions

    Leur camp d'entraînement ne commence que dans une dizaine de jours, mais ça sentait quand même le hockey pour les Sénateurs d'Ottawa lundi alors que... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer