Derick Brassard s'amène à Ottawa

Derick Brassard a établi une marque personnelle avec... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Derick Brassard a établi une marque personnelle avec 27 buts, la saison dernière, en plus de totaliser 58 points.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La rumeur voulant que Mika Zibanejad était disponible sur le marché des échanges s'est concrétisée lundi. Et elle a permis au directeur général des Sénateurs d'Ottawa, Pierre Dorion, de tenter un grand coup en soutirant les services du centre gatinois Derick Brassard aux Rangers de New York.

Après la mise sous contrat la semaine dernière de Chris Kelly, Dorion a encore vieilli sa ligne de centre en cédant cet ancien choix de première ronde en 2011 âgé de 23 ans pour mettre la main sur Brassard, qui en aura 29 en septembre. Il obtient aussi un choix de septième ronde en 2018 tout en offrant un choix de deuxième ronde la même année.

«Pour nous, l'acquisition de Derick est définitivement un pas dans la bonne direction. Avoir quelqu'un avec son expérience et son talent, ça nous aidera à atteindre notre premier but, de faire les séries. Et on a regardé aussi de près ses performances dans les séries, il avait offert de bonnes performances quand les Rangers se sont rendus en finale d'association en 2015... Et c'est un passionné de hockey», a souligné Dorion en appel-conférence pour expliquer cette décision.

L'échange avait été discuté à l'origine au repêchage tenu le mois dernier à Buffalo, mais les Sénateurs ont tenu à patienter jusqu'à maintenant parce que le contrat de Brassard commandait une prime à la signature de 2 millions $ à être versée le 15 juillet.

Il reste encore trois ans à son pacte, qui vaut 5 millions $ sous le plafond salarial, mais pour lequel ses salaires en dollars réels sont de 3, 3,5 et 3,5 millions $. Zibanejad, lui, n'avait plus qu'un an à un contrat qui lui rapportera 3,25 millions $ la saison prochaine, après quoi il sera joueur autonome avec compensation.

«On obtient un joueur dont le contrat va en déclinant, mais il n'est pas sur son déclin, lui. Il est dans son prime. Il fallait donner quelque chose de bon pour obtenir un joueur de son talent», a ajouté Dorion.

«Sentiments partagés»

Brassard, qui a établi une marque personnelle avec 27 buts la saison dernière (un sommet chez les Rangers) en plus de totaliser 58 points, avait entendu parler de la transaction par l'entremise de son agent, l'influent Allan Walsh, donc il n'a pas été trop surpris.

«Mes sentiments sont partagés, j'aimais beaucoup ça ici à New York, a-t-il dit à partir de sa base d'entraînement au New Hampshire. L'organisation m'a fait confiance quand je suis arrivé de Columbus, j'avais beaucoup de bonnes relations avec les joueurs de l'équipe. Mais je suis vraiment excité de rentrer chez nous, de jouer pour Guy Boucher et pour les Sens, j'ai hâte que l'année commence.»

Brassard a joué sa dernière saison chez les juniors sous Guy Boucher, en 2006-2007 à Drummondville, campagne où il n'avait disputé que 14 parties en fin de saison en raison d'une opération à une épaule. Selon nos informations, le nouvel entraîneur-chef des Sénateurs a cependant poussé très fort pour que son patron fasse son acquisition.

«Je pense que les Sénateurs ont une équipe qui est sur la pente montante et avec Guy Boucher comme entraîneur, je pense que ça va être très bon pour l'équipe. Je ne lui ai pas parlé encore, mais je pense que je suis un attaquant des deux premiers trios, je peux apporter de l'attaque et je me suis amélioré beaucoup sur les mises au jeu. Je m'attends à avoir un gros rôle dans l'équipe. Avec (Jean-Gabriel) Pageau et Kyle (Turris), on va avoir une ligne de centre forte, à nous de faire le travail et de gagner. C'est un bon groupe de gars, j'en connais plusieurs», a noté celui qui a été un coéquipier de Cody Ceci et Mark Stone au dernier Championnat mondial où le Canada a remporté l'or en Russie.

Dorion a convenu que Boucher a «influencé la décision», mais les autres dirigeants et dépisteurs de l'équipe étaient d'accord que c'était la chose à faire. «Il a un historique avec lui, mais ça fait longtemps de ça, les joueurs changent, gagnent en maturité... Mais je sais que Guy est très excité d'avoir Derick comme un de ses deux premiers centres», a-t-il ajouté.

Ironiquement, Brassard formera un duo de premiers centres «1A et 1B» avec Kyle Turris, acquis des Coyotes en décembre 2012 alors que les Sénateurs s'étaient également enquéris de la disponibilité du Gatinois à Columbus à l'époque.

La filière locale prend de l'expansion

En faisant l'acquisition de Derick Brassard, les Sénateurs ont encore ajouté du contenu local à leur formation.

Le Gatinois rejoint son meilleur ami dans le hockey, Marc Méthot, avec qui il avait commencé sa carrière dans la LNH à Columbus, qui l'avait sélectionné au sixième rang du repêchage de 2006 (même rang que Mika Zibanejad six ans plus tard). Il connaît aussi très bien son concitoyen du secteur Hull de Gatineau, Jean-Gabriel Pageau, auxquels s'ajoutent les défenseurs Cody Ceci et Mark Borowiecki.

«Il est un gars passionné de hockey et en faisant notre recherche à son sujet, ramener un joueur pour jouer devant sa famille et ses amis, on pense que ça va le motiver. On pense surtout qu'on a obtenu un très bon joueur ici», a noté le DG Pierre Dorion.

En apprenant la transaction, Méthot a écrit sur son compte Twitter qu'il avait envoyé un texto à celui qu'il appelle amicalement Brass. «Je lui ai écrit: "Wow." Il a répondu: "Wow Meth, j'en tremble"», a-t-il relaté.

«Ça va être le fun de retrouver Marc, mais je connais plusieurs autres joueurs aussi, dont Pageau, Ceci et Stone, j'ai joué avec les deux derniers au Championnat du monde. Je suis très excité, j'aimais beaucoup la façon dont l'équipe jouait dans les deux dernières années, elle a beaucoup de bons attaquants en plus d'Erik Karlsson à la défense, évidemment», a noté Brassard lors de son appel-conférence avec les journalistes locaux.

Chez les Rangers, on se frottait les mains d'avoir rajeuni l'équipe en cédant Brassard pour obtenir Mika Zibanejad.

«C'est un joueur plus jeune, qui vient de connaître deux saisons de 20 buts... Il commence tout juste à égratigner la surface de son talent. Il n'y a pas beaucoup de joueurs qui en ont fait autant que lui à cet âge. Il s'est amélioré chaque année depuis qu'il est arrivé dans la ligue. Il est plus gros (que Brassard) et il est rapide», a commenté le DG des Rangers Jeff Gorton.

Zibanejad lui-même n'a pas effectué de commentaires.

Pierre Dorion a profité de son entrevue téléphonique pour dire qu'il poursuivait les pourparlers avec les agents de ses deux derniers joueurs autonomes avec compensation, Cody Ceci et Mike Hoffman. «On espère toujours éviter l'arbitrage avec Hoffman», a-t-il dit. Celui-ci a dit la même chose en fin de semaine à Toronto. «On tente d'en arriver à une entente pour un contrat», a-t-il confié au réseau Sportsnet.

L'échange en chiffres

Derick Brassard

  • En 2015-2016: 27 buts, 31 passes, 58 points en 80 matches
  • En carrière: 127 buts, 216 passes, 343 points en 563 parties
  • En séries: 18 buts, 26 passes, 44 points en 59 parties
Mika Zibanejad

  • En 2015-2016: 21 buts, 31 passes, 51 points en 81 matches
  • En carrière: 64 buts, 87 passes, 151 points en 281 parties
  • En séries: 2 buts, 6 passes, 8 points en 16 parties

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer