Dorion est plutôt emballé par ses recrues

Nick Paul... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Nick Paul

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pierre Dorion réfléchissait à voix haute, mercredi après-midi, alors que le camp de perfectionnement des Sénateurs d'Ottawa battait son plein au Senplex de Kanata.

« Tenir le camp durant la semaine de l'ouverture de la chasse aux joueurs autonomes... Ce n'est peut-être pas idéal », disait-il.

« Depuis quelques jours, j'ai le temps de voir nos jeunes espoirs à l'oeuvre. Je suis tout emballé en m'imaginant à quel point ils peuvent continuer à progresser d'ici le début de la saison régulière. »

« Je finis souvent par me poser la même question. Est-ce que ça vaut vraiment la peine de mettre un vétéran sous contrat quand un gamin qui grandit chez nous pourrait être autant, sinon plus performant quand la saison se mettra en branle ? »

Ainsi, le nouveau directeur général a tempéré les attentes des partisans à l'approche du 1er juillet.

À l'heure actuelle, il est assez facile d'identifier les besoins des Sénateurs. Dorion a possiblement deux postes à combler. Il a besoin d'un défenseur fiable pour son troisième duo.

Il a possiblement besoin d'un attaquant gaucher pouvant injecter un peu d'attaque dans le troisième trio.

« À l'attaque, nous misons déjà sur un jeune de talent, Nick Paul, qui a complété la dernière saison en force. En voilà un qui pourrait nous aider. J'ai aussi bien hâte de voir à quel point Matt Puempel a progressé. Ryan Dzingel et Max McCormick ont sans doute fait beaucoup de chemin dans la dernière année. Buddy Robinson a disputé quelques forts matches quand nous l'avons rappelé à Ottawa en fin de saison. Cette abondance de jeunes joueurs d'attaque me laisse croire que je n'ai pas nécessairement besoin d'embaucher un vétéran de plus ce week-end. »

Mauvais souvenir

Dorion garde un mauvais souvenir d'une embauche de son prédécesseur, Bryan Murray. Le contrat consenti à David Legwand, en juillet 2014, a ralenti la progression de Jean-Gabriel Pageau.

« Pageau était supérieur à Legwand quand il s'est présenté au camp d'entraînement quelques mois plus tard. Nous avons été obligés de le renvoyer dans les mineures parce qu'il n'y avait pas de place pour lui. C'était dommage. »

« Le 1er juillet, c'est la journée de l'année où les équipes de la LNH prennent le plus grand nombre de décisions qu'ils finissent par regretter. Nous allons essayer de ne rien avoir à regretter cette année », affirme Dorion.

Lors de l'ouverture des marchés, vendredi, les Sénateurs devraient donc se concentrer sur le deuxième volet de leur projet estival.

Et encore. Selon ce qu'on comprend, Dorion pourrait fort bien attendre quelques jours pour aller défenseur le joueur qu'il convoite par le biais d'une transaction.

White réfléchit

Les Sénateurs auront peut-être à composer avec un espoir de qualité de plus, à l'attaque, lors de leur prochain camp d'entraînement.

Colin White, choix de première ronde lors du repêchage de 2015, pourrait quitter Boston College après y avoir passé seulement un an. 

L'an dernier, il a causé une belle surprise, devenant une des recrues les plus efficaces dans la NCAA.

Il pourrait décider d'entreprendre sa carrière chez les pros dès cette saison. Il a parlé de son dilemme lors de son passage sur les ondes de TSN 1200, mercredi matin.

« Nous devrons rencontrer Colin dans les prochains jours. Nous commenterons ce dossier en temps et lieu », a simplement réagi Dorion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer