Deux joueurs, deux enjeux

La recrue Logan Brown donne ses premiers coups... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

La recrue Logan Brown donne ses premiers coups de patin dans l'uniforme des Sénateurs au camp de développement.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À la première journée du camp de développement des Sénateurs d'Ottawa, leur dernier premier choix, Logan Brown, voulait laisser une bonne première impression.

Thomas Chabot, le choix de première ronde de l'an dernier, voulait impressionner ses patrons, tout court. Et le défenseur de 19 ans entend continuer à le faire jusqu'au camp d'entraînement en septembre afin de leur forcer la main.

À cette fin, il patine deux fois par semaine depuis déjà quelques semaines dans son patelin de Québec, et il a aussi passé la semaine dernière à Ottawa pour travailler sur la glace avec Shean Donovan, le responsable du développement des espoirs de l'organisation.

Sans grande surprise, il a été le premier joueur à sauter sur la patinoire du Sensplex lors de la première séance sur glace mardi après-midi.

« Je voulais m'assurer d'arriver prêt à quasiment 100 % en embarquant sur la glace et ensuite de travailler fort. Ils nous disent que ce n'est pas un camp d'évaluation, mais ils nous regardent d'en haut et il faut faire bonne impression quand même, veux, veux pas », a-t-il confié au Droit après l'entraînement.

Le DG Pierre Dorion s'est dit satisfait de son groupe de six défenseurs sous contrat en vue de la prochaine saison, incluant le troisième duo de Mark Borowiecki et Chris Wideman. Il a réitéré mardi que ce dernier a offert une performance qui a fait écarquiller ses yeux au dernier Championnat mondial, où il défendait les couleurs des États-Unis. « Je pense que la saison prochaine, on va voir le Chris Wideman qui était le meilleur défenseur de la Ligue américaine (en 2014-2015) », a-t-il dit. Dorion a mentionné cependant qu'il pourrait aller chercher un vétéran défenseur sur le marché des agents libres ou des échanges pour « compléter » Wideman et Borowiecki.

Mais il y a aussi Chabot, l'arrière des Sea Dogs de Saint-Jean, qui pourrait brouiller les cartes, lui qui avait fait belle figure à son premier camp en jouant quelques parties aux côtés d'Erik Karlsson. « Il dominait à presque tous les matches après les Fêtes l'an passé », note Dorion.

« C'est ça que je vise (un poste), mais pour l'instant, je me concentre sur ce camp. Rendu à ce niveau, il faut que tu tasses quelqu'un pour gagner une place dans l'alignement, donc je vais juste arriver au camp prêt. Je travaille fort cet été », a dit le défenseur mobile qui a ajouté cinq livres à sa charpente depuis l'an dernier (il fait 6' 2'' et 190 livres).

Chabot a l'air bien petit aux côtés de Brown, le centre de 6' 6'' et 222 livres sélectionné vendredi soir à Buffalo. Celui-ci n'a nullement eu l'air intimidé à ses premiers coups de patin chez les pros, montrant notamment de belles habiletés de protection de rondelle dans les coins de patinoire. 

« C'est ma première vraie journée dans la LNH, c'est un pas vers la réalisation de mon rêve. J'étais anxieux et curieux de voir comment ça irait, quel genre de rythme la pratique aurait et ce que les entraîneurs exigent d'un joueur. Je pense que ça s'est bien passé, mon père m'avait donné une idée en m'invitant à pratiquer avec les gars des Blues pendant le dernier lock-out », a dit le fils de l'entraîneur-chef des 67's Jeff Brown, qui avait 14 ans à l'époque.

Le centre de 18 ans des Spitfires de Windsor entend voir comment il se mesure face à un joueur comme Nick Paul, le centre de 6' 4'' et 230 livres qui participe au camp même s'il a terminé la dernière saison dans la LNH.

« C'est certain, je regarde comment il se comporte sur la glace et dans le gymnase. Il vient d'être le dernier à débarquer de la glace, ça me montre ce que ça prend. Nick est un bon exemple à suivre pour moi, je pense », a-t-il noté.

Des jours fous

Les derniers jours ont été un peu fous pour Logan Brown alors qu'il rapportait avoir reçu pas moins de 250 textos de félicitations depuis vendredi soir. « Je n'ai pas eu le temps de répondre à tout le monde, sauf à mes amis qui m'appellent pour me donner de la m... de ne pas leur avoir répondu », a-t-il blagué.

Ouvert au public, le camp se poursuit mercredi avec une deuxième séance sur la glace de 13 h à 15 h 45.

Chiasson ressentait «la pression de produire»

Alex Chiasson n'a pas répondu aux attentes à... (Étienne Ranger, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Alex Chiasson n'a pas répondu aux attentes à Ottawa, après avoir été obtenu en retour de Jason Spezza. Il a cumulé 19 buts et 21 passes pour 40 points en 153 parties lors de ses deux saisons avec les Sénateurs.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Pierre Dorion est bien content de son deuxième échange comme directeur général des Sénateurs, celui qui a envoyé Alex Chiasson à Calgary lundi. Et il n'est pas trop déçu de ne pas avoir trouvé preneur pour Patrick Wiercioch.

« Les choses n'ont pas fonctionné pour Alex, donc on pensait qu'il valait mieux lui permettre de poursuivre sa carrière ailleurs. On pense avoir obtenu un défenseur qui a une chance légitime de jouer dans la LNH en Patrick Sieloff. C'est un gars avec beaucoup de caractère qui continue à bien se développer. Il a joué un match dans la LNH l'an passé et il a bien fait, nous avions un dépisteur à ce match et il avait dressé un bon rapport. On le connaît du temps où il a gagné une médaille d'or au championnat mondial junior et qu'il a joué à Windsor », a dit Dorion au sujet de sa nouvelle acquisition.

Sieloff, 22 ans, a compté un but à son seul match avec les Flames la saison dernière, le but gagnant d'un gain de 2-1 contre le Minnesota. Ce choix de deuxième ronde en 2012 a passé le reste des deux dernières saisons avec leur club-école de la Ligue américaine. Il reste un an à son contrat d'entrée dans la LNH, à un salaire de 925 000 $ dans la LNH et 70 000 $ dans la Ligue américaine. Il ne s'est pas amené au camp de développement parce qu'il avait déjà d'autres plans.

Dorion s'est fait demander si la pression d'avoir été impliqué dans une grosse transaction, celle qui a envoyé Jason Spezza à Dallas, n'avait pas étouffé Chiasson au cours de ses deux saisons dans la capitale nationale.

« C'était peut-être un élément, mais pour nous, il y avait plus qu'un morceau à l'échange de Spezza. Nous avons aussi obtenu Nick Paul en plus d'utiliser le choix obtenu dans la transaction pour sélectionner Gabriel Gagné (en deuxième ronde l'an passé, joueur au camp de développement cette semaine). Si c'était le cas, on ne l'aurait pas su et il pourrait en parler lui-même, mais je pense qu'Alex ressentait surtout la pression de produire à chaque match », a répondu Dorion.

Alors que Chiasson a accepté un contrat de 800 000 $ - inférieur à l'offre qualificative de 1,2 M $ que les Sénateurs auraient dû lui déposer - pour changer d'air et rester dans la LNH, Wiercioch aurait eu la même option alors qu'Ottawa devait lui offrir 2,7 M $ pour conserver ses droits sur lui.

« Malheureusement pour Patrick, je n'ai pas reçu une seule offre pour lui. J'ai bien essayé de trouver une équipe pour lui, sans succès. On lui avait déjà fait savoir lors de notre rencontre d'après-saison qu'il ne serait probablement pas de retour avec nous. On pense que nous avons assez de profondeur à la défense  (...). C'est malheureux parce que Patrick a joué son meilleur hockey avec nous il y a un an », a ajouté Pierre Dorion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer