MacArthur de retour sur patins

La dernière saison a été difficile pour Clarke... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

La dernière saison a été difficile pour Clarke MacArthur qui a été limité à seulement quatre parties en raison d'une blessure à la tête.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Buffalo) Hautement considéré pour ses qualités de leader, Clarke MacArthur a profité du repêchage du dernier week-end pour tenir une première rencontre en tête à tête avec le nouvel entraîneur-chef Guy Boucher.

Ce dernier lui a exposé ses plans pour la prochaine saison dans le cadre d'une session d'environ trois heures où il a même sorti son tableau pour expliquer son système de jeu en détail au vétéran attaquant qui a raté presque toute la dernière saison en raison d'une commotion cérébrale.

Non, MacArthur n'a pas eu une récurrence de ses maux de tête après cette rencontre, a-t-il confié en entrevue avec quelques journalistes d'Ottawa quelques jours plus tard.

« Ça s'est bien passé, nous sommes passés à travers tous ses systèmes en plus de discuter de certaines combinaisons de trios qui pourraient fonctionner, même si on ne sait jamais ce qui peut arriver avec les lignes... Il cherche surtout à apprendre à connaître les joueurs, comprendre avec qui il va travailler. C'est excitant, il a l'air évidemment d'avoir tout ce qu'il veut accomplir bien planifié. Ça devrait être bon pour un jeune club pour nous d'avoir une direction aussi précise, ça va être différent de Dave (Cameron), même si je n'ai rien de négatif à dire à son sujet », a-t-il indiqué.

« La structure de jeu va être différente également. Il est un maître du jeu de puissance, ce qui devrait être bon. On peut certes améliorer notre jeu en désavantage numérique et j'espère bien en faire partie », a-t-il ajouté en continuant sur le sujet de son nouveau patron.

Impossible de parler à Clarke MacArthur sans s'enquérir de son état de santé, lui qui a dû composer avec les effets cumulatifs de trois commotions cérébrales en l'espace de neuf mois, entre la collision avec Robin Lehner qui a mis un terme à sa saison 2014-2015 et celle lors du quatrième match de la saison à Columbus dont il n'a pu revenir en 2015-2016.

« Je me sens très bien, plus fort que l'an passé à pareille date, même si je ne serai jamais Hercules, a-t-il blagué. J'ai déjà recommencé à patiner étant donné la façon dont la dernière saison s'est passée. J'ai ma routine habituelle d'entraînement (hors glace) que j'ai commencée au début juin, puis j'ai ajouté deux séances par semaine sur la glace en solitaire. J'essaie de me débarrasser de la rouille un peu plus tôt plutôt que plus tard, histoire de me donner une meilleure chance. »

À cette fin, il a embauché un entraîneur pour l'aider à travailler son coup de patin et ses habiletés avec le bâton, un Québécois du nom de François Méthot qui, comme lui, habite à Rochester. Méthot est un ancien joueur de l'organisation des Sabres de Buffalo qui a joué plusieurs années en Allemagne et qui a récemment pris sa retraite.

« J'aime ce qu'il fait en termes de développement des habiletés donc je vais travailler avec lui tout l'été », a dit l'attaquant qui avait produit 24 buts et 55 points en 79 parties à sa dernière saison complète, en 2013-2014.

MacArthur ne regrette pas la décision de ne pas être revenu au jeu pour les dernières parties de la saison même après avoir reçu le feu vert des médecins de l'équipe.

« J'aurais aimé jouer, d'une certaine façon. Mais pour tout ce que j'avais à perdre, c'était une décision facile de ne pas jouer. Si quelque chose était arrivé et que ce soit terminé (sa carrière), je ne sais pas comment j'aurais composé avec ça. Je sais que j'ai pris une mauvaise décision en revenant trop vite de la commotion subie au camp et ça m'a coûté cher. Pendant le dernier mois de la saison, je prenais des contacts et je n'avais aucun problème, aucun symptôme post-commotion, ce qui doit être un bon signe. »

Un retour en bonne santé de Clarke MacArthur, qui était l'ailier gauche attitré de Kyle Turris avant ses blessures, pourrait s'avérer très important à un potentiel retour en séries des Sénateurs.

L'occasion d'impressionner

Thomas Chabot... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Thomas Chabot

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Les partisans des Sénateurs auront une première occasion de voir Logan Brown et les quatre autres espoirs repêchés en fin de semaine dernière à Buffalo au cours de la prochaine semaine alors qu'ils se rapporteront au camp de développement de l'équipe mardi matin.

Si bien des yeux seront rivés sur eux alors qu'ils tenteront de faire bonne première impression, les dirigeants de l'équipe voudront surtout voir où les meilleurs espoirs de l'organisation, les premiers choix de l'an dernier Thomas Chabot et Colin White, en sont dans leur progression.

Dans le premier cas, l'arrière québécois des Sea Dogs de Saint-Jean a des chances de brouiller les cartes et de se tailler un poste dès l'automne prochain alors que le directeur général Pierre Dorion doit décider dans les prochains jours s'il a vraiment besoin d'aller chercher du renfort pour sa brigade défensive sur le marché des joueurs autonomes qui va s'ouvrir le 1er juillet.

« J'ai hâte de voir Thomas Chabot parce qu'après avoir vu ce qu'il a fait en deuxième moitié de saison, j'ai dit, "Wow !" », a-t-il confié après la deuxième journée du repêchage, samedi dernier.

«Je suis anxieux aussi de voir nos choix de cette année, comment ils vont se comparer aux autres. Et je suis curieux de voir où en est un gars comme Nick Paul ? Est-ce qu'il va être prêt à se battre pour un poste à temps plein cette année», a-t-il ajouté en parlant notamment de l'espoir acquis dans l'échange de Jason Spezza à Dallas, qui a terminé la dernière campagne dans la LNH (deux buts, cinq points en 24 parties).

Dorion a aussi mentionné les noms de deux Suédois, le défenseur Andreas Englund et le gardien Marcus Hodberg (des choix de deuxième et troisième ronde, respectivement), parmi les espoirs qu'il veut épier particulièrement. Le premier, capitaine de l'équipe suédoise au dernier championnat mondial junior, a signé un contrat ce printemps alors que l'autre pourrait être mis sous contrat l'an prochain.

Pour ce qui est de White, choix de première ronde obtenu dans l'échange qui a envoyé Robin Lehner à Buffalo, il doit retourner à Boston College la saison prochaine, mais Dorion a dit qu'il gardait la porte ouverte «à 1 %» à la possibilité de lui faire signer un contrat pour faire le saut chez les pros dès cette année.

Brown, centre des Spitfires de Windsor et fils de l'entraîneur des 67's Jeff Brown, a été le premier choix des Sénateurs vendredi, au 11e rang après un échange de choix avec les Devils du New Jersey. Les autres joueurs sélectionnés samedi furent les attaquants Jonathan Dahlén (2e ronde), Todd Burgess (4e) et Markus Nurmi (6e), ainsi que le défenseur Maxime Lajoie (5e), qui est natif du Québec, mais a grandi en Alberta.

Ils se joindront notamment aux Francis Perron, capitaine des finalistes de la coupe Memorial, les Huskies de Rouyn-Noranda; Gabriel Gagné, des Cataractes de Shawinigan; et Vincent Dunn, Gatinois qui a joué à Elmira (ECHL) l'an dernier. Parmi les joueurs invités non repêchés, il y a le fils de l'entraîneur des Maple Leafs de Toronto Mike Babcock, Michael, un attaquant qui étudie à Merrimack College.

Outre Paul, deux joueurs ayant joué dans la LNH l'an dernier seront présents, le gardien Matt O'Connor et le défenseur Ben Harpur.

Les entraînements sur glace quotidien au Sensplex de Kanata sont ouverts au public, le premier étant mardi à 14 h. Un match intraéquipe aura lieu samedi soir et le tournoi trois contre trois traditionnel qui conclut le camp est prévu pour lundi matin. Une sortie aux Chutes Coulonge Zip Line est également à l'horaire jeudi après-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer