Les Sénateurs choisissent le fils de Jeff Brown

Les Sénateurs ont offert un choix de 3e... (Nathan Denette, La Presse Canadienne)

Agrandir

Les Sénateurs ont offert un choix de 3e ronde aux Devils pour s'assurer de mettre la main sur le centre format géant.

Nathan Denette, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Buffalo) Pour s'assurer d'avoir son homme, Pierre Dorion a profité de son premier repêchage comme directeur général des Sénateurs d'Ottawa pour conclure sa première transaction.

Afin d'inverser son 12e choix du premier tour avec le 11e détenu par les Devils du New Jersey, il a cédé son choix de troisième ronde de samedi à ces derniers pour ensuite sélectionner le centre Logan Brown, des Spitfires de Windsor, un colosse de 6' 6'' qui est le fils de l'entraîneur-chef des 67's Jeff Brown.

«Pour nous, Logan est quelqu'un qu'on visait en tant que personnel de dépisteurs. Nous pensons qu'il a tous les attributs pour être un centre du 'top six', il est un grand gars qui se déplace bien, a beaucoup d'habiletés et il sait comment jouer aux deux bouts de la patinoire», a expliqué Dorion dans les instants qui ont suivi la transaction et la sélection sur le plancher du repêchage au First Niagara Center.

«On voulait vraiment Logan, c'est quelqu'un qu'on avait ciblé, nos dépisteurs et moi-même. On l'a vu jouer à de multiples reprises, on a aimé ça progression, ses habiletés sont exceptionnelles, il va pouvoir jouer sur un des deux premiers trios rendu à maturité, il prend beaucoup de place sur la glace... J'étais content (de faire l'échange), ça valait la peine de bouger juste d'un rang pour avoir le joueur qu'on ciblait, nos dépisteurs étaient unanimes que c'était la chose à faire», a-t-il ajouté plus tard en fin de soirée.

Natif de Raleigh, mais ayant grandi dans la région de St. Louis, Brown a presque toute sa famille à Ottawa, ses parents ainsi que ses grands-parents qui habitent tout près du Centre Canadian Tire.

«C'est pas mal incroyable, j'ai passé presque tous mes étés (à Ottawa) depuis que je suis né. Je suis familier avec l'organisation et la ville. En grandissant, j'ai toujours voulu être un Sénateur. Je suis allé voir des matches, mes grands-parents sont là, et maintenant le reste de ma famille y est avec mon père qui dirige les 67's. C'est un rêve qui se réalise et les mots ne peuvent pas décrire ce que je ressens présentement», a-t-il indiqué lors de son point de presse.

Brown a été le deuxième meilleur compteur des Spitfires la saison dernière avec 21 buts et 53 passes pour 74 points, après une récolte de 43 points comme recrue à 16 ans où il s'était taillé une place sur l'équipe d'étoiles des recrues de la LHOntario.

Son idole est Joe Thornton, des Sharks de San Jose, et il espère se développer pour jouer de la même manière que lui une fois rendu dans la LNH. «C'est mon modèle à suivre», dit-il. «Il est un espoir intrigant avec sa taille, il a un bon pedigree... Pierre a fait du bon travail pour s'assurer qu'on puisse le choisir, il n'a pas abandonné. Et oui, il a un peu de Joe Thornton en lui, il y a des similitudes. Il est un bon passeur, excellente vision. Et il n'est pas juste grand, il est très grand. Il était plus haut que ça sur notre liste et je ne pensais pas qu'on aurait une chance de le prendre», a souligné le dépisteur-chef Bob Lowes.

Quand les Sénateurs ont conclu leur échange pour grimper d'un rang, il n'avait aucune idée qu'il était le joueur visé.

«Ce repêchage était tellement un coup de dé, je ne savais plus quoi penser. Lors des six choix précédents, je ne savais plus si j'allais être choisi ou non. Tu parles à toutes les équipes et tu n'as aucune idée. Ce sont les plus beaux moments de ta vie, mais c'est aussi la pire heure. Tu es assis là avec ta famille et c'est brutal d'attendre que ton nom soit prononcé. Je me suis cependant senti beaucoup mieux quand Ottawa m'a choisi», a-t-il poursuivi.

Ce n'est probablement pas un hasard que les Sénateurs aient jeté leur dévolu sur lui alors qu'il s'entraîne depuis quelques semaines cet été avec leur responsable du conditionnement physique, Chris Schwarz. 

«Je m'entraîne avec lui au CCT, donc je suis pas mal familier avec la place... J'essaie d'ajouter beaucoup de muscle, devenir plus fort. Je pense que c'est la seule chose qui manque à mon jeu, la force ainsi que l'explosion au premier coup de patin. Quand je vais avoir ça, je pense être capable d'accéder à la LNH», souligne Brown, qui pèse environ 220 livres.

«Nous avions peut-être quelques espions qui l'ont regardé», a blagué Dorion à ce sujet.

Avec cette transaction, cela veut dire que les Sénateurs, à moins d'une transaction, n'auront que quatre autres sélections à effectuer samedi, aux deuxième, quatrième, cinquième et sixième tours. Le choix de troisième tour cédé aux Devils était celui obtenu des Islanders de New York contre Shane Prince.

Un papa fier de son fiston

Logan Brown pourra désormais taquiner son père Jeff en lui disant qu'il a été sélectionné plus tôt que lui au repêchage.

Alors qu'il a été un choix de première ronde, le 11e au total, son paternel avait dû attendre en deuxième ronde en 1984 avant d'entendre les Nordiques de Québec prononcer son nom. Il était pourtant mieux classé que ça, ce qui lui a permis de donner un petit conseil à son rejeton avant qu'il ne prenne place dans les estrades du First Niagara Center.

«Mon père m'avait dit d'être prêt au pire. Lui, il avait glissé pas mal à son repêchage», a raconté le nouvel espoir des Sénateurs.

Brown père, l'entraîneur-chef des 67's, était évidemment très fier de la tournure des événements pour son fils. «C'est incroyable, a-t-il dit en français au Droit. Mes parents habitent à un demi-mille (un kilomètre) du domicile des Sénateurs. Et évidemment avec moi qui suis l'entraîneur des 67's. C'était stressant cette première ronde de repêchage, mais c'est excitant d'avoir la chance de le voir jouer un peu. Ottawa est mon patelin et pour lui, c'est un deuxième chez soi. Il va avoir une belle chance de se faire valoir dans mon patelin et le sien.»

Jeff Brown a dirigé son fils au hockey dans l'organisation des Blues de St. Louis AAA et il connaît donc bien son potentiel.

«Je le vois comme un potentiel centre numéro un avec les Sénateurs, c'est ce que j'espère. Tout ce qu'il doit faire, c'est continuer à travailler fort, être un bon coéquipier et de bonnes choses vont lui arriver», a-t-il noté.

Ironiquement, le fils ne voulait pas jouer pour son père quand il est arrivé chez les juniors et que celui-ci a obtenu le poste avec les 67's.

«Je ne voulais pas jouer pour lui chez les juniors. Il m'a dirigé dans le hockey mineur, quand tu es un des meilleurs joueurs de ton club et que personne ne va remettre en question ton temps de glace. Mais ça aurait été différent dans le junior. De toute façon, je suis tombé en amour quand je suis arrivé à Windsor, j'adore l'organisation et je savais que je serais bien traité», a indiqué Logan Brown, qui a été un des trois joueurs des Spitfires choisis en première ronde, après le défenseur Mikhail Sergachev (Canadien de Montréal, 9e) et avant le défenseur Logan Stanley (Jets de Winnipeg, 18e).

À ce repêchage où plusieurs fils d'anciens joueurs de la LNH ont été sélectionnés, Logan Brown a aussi une relation privilégie avec Jakob Chychrun, du Sting de Sarnia, qui a été choisi cinq rangs après lui par les Coyotes de l'Arizona. Il est le fils de Jeff Chychrun, qui est aussi originaire d'Ottawa et est né quatre jours après Jeff Brown en 1966. Les deux ont joué leur hockey mineur ensemble et ont été repêchés dans la LNH l'un après l'autre à ce deuxième tour de l'encan de 1984.

Une entrevue pour Raymond ?

Un animateur de radio de Montréal a affirmé sur Twitter vendredi que l'entraîneur-chef des Sénateurs Guy Boucher a accordé une entrevue à son ami de longue date Martin Raymond dans les heures qui ont précédé le repêchage et qu'un poste d'adjoint était à lui s'il le voulait. Après avoir accordé une entrevue à la radio de TSN avant l'encan, Boucher a nié qu'il avait fait une telle offre à celui qui était un de ses assistants à Tampa Bay ainsi qu'à Hamilton dans la Ligue américaine. « On n'a pas encore obtenu toutes les autorisations nécessaires pour faire une telle embauche, il faut encore en parler avec Pierre Dorion et notre propriétaire », a-t-il indiqué. Raymond a été congédié de son poste d'entraîneur-chef des Voltigeurs de Drummondville en novembre dernier.

Dorion à la défense de Karlsson

Le DG des Sénateurs Pierre Dorion était à Las Vegas mercredi soir pour assister à la réunion du Bureau des gouverneurs qui a confirmé l'entrée de Las Vegas dans la LNH en 2017-2018 ainsi que la remise des trophées individuels de la LNH. Il avait évidemment sa petite opinion sur le fait que le trophée Norris de meilleur défenseur soit allé à Drew Doughty, des Kings, de préférence à son capitaine, Erik Karlsson. « Si les journalistes qui ont voté pour ce trophée trouvent que Drew Doughty a eu une meilleure saison qu'Erik, il faut respecter ça. Ce qui m'a déçu, c'est de voir qu'il y en a certains qui ne l'ont même pas inscrit parmi les cinq premiers. Je pense que c'est plus insultant pour Erik que de voir Drew Doughty remporter le trophée », a dit Dorion lors d'une rencontre avec les journalistes locaux jeudi. Quatre journalistes n'ont pas inscrit le nom de Karlsson sur leur bulletin de vote, et trois autres ont fait de même avec Doughty.

Johnston à la retraite

L'ancien directeur général des Sénateurs Marshall Johnston, celui qui avait réalisé l'échange qui a envoyé Alexeï Yashin aux Islanders de New York contre Jason Spezza et Zdeno Chara, a annoncé qu'il prend sa retraite après 40 ans dans la LNH, la majorité comme dépisteur. En fait, c'est le DG des Hurricanes de la Caroline Ron Francis qui a annoncé la nouvelle en lui dédiant la sélection du club en première ronde, le Québécois Julien Gauthier, des Foreurs de Val-d'Or.

Abramov devra attendre

L'attaquant des Olympiques Vitali Abramov avait espoir d'être sélectionné en fin de première ronde selon certains «experts» qui suivent le repêchage, mais il devra finalement attendre à samedi pour entendre son nom retentir à l'intérieur du First Niagara Center. La première ronde a pris fin vendredi soir avec la sélection de Sam Steel, des Pats de Regina, au 30e et dernier rang par les Ducks d'Anaheim.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer