Repêchage tranquille anticipé pour les Sénateurs à Buffalo

Pierre Dorion a réitéré jeudi qu'il doute fortement... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Pierre Dorion a réitéré jeudi qu'il doute fortement être capable de grimper de quelques rangs au repêchage, même s'il a eu des pourparlers «intéressants» avec certains de ses homologues qui participaient à une réunion des directeurs généraux de la LNH en fin de journée.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pierre Dorion n'a pas l'air parti pour produire un feu d'artifice de la St-Jean-Baptiste à Buffalo vendredi.

Le d.g. des Sénateurs d'Ottawa a réitéré jeudi qu'il doute fortement être capable de grimper de quelques rangs au repêchage, même s'il a eu des pourparlers «intéressants» avec certains de ses homologues qui participaient à une réunion des directeurs généraux de la LNH en fin de journée.

À la veille de son premier repêchage depuis qu'il a pris la relève de Bryan Murray, Dorion avait une nouvelle mineure à transmettre quand il a tenu un point de presse avec les journalistes locaux et nationaux à l'hôtel de l'équipe. L'attaquant des ligues mineures Buddy Robinson, un joueur autonome avec compensation, avait accepté les termes d'un nouveau contrat d'un an à deux sens qui lui rapportera 750 000 $ s'il joue dans la LNH et 75 000 $ s'il évolue dans la Ligue américaine.

«Ce n'est pas Cody Ceci ou Mike Hoffman encore», a-t-il blagué au sujet de deux autres joueurs autonomes avec compensation avec qui il est présentement en négociations.

Dorion espère prendre une décision concernant les dossiers de Patrick Wiercioch et Alex Chiasson, deux joueurs qui ont exprimé le souhait de changer d'air, «avant la fin du week-end», a-t-il indiqué. Avec un salaire plus raisonnable de 1,2 million $, l'attaquant québécois est certes plus attrayant sur le marché des transactions que le défenseur qui empochait 2,7 M $ la saison dernière. Des offres qualificatives doivent être déposées à ces deux joueurs d'ici lundi.

Quant à la possibilité d'une transaction impliquant le premier choix, le 12e au total, Dorion a été clair : «On essaie, mais quand on arrive au repêchage, peu d'échanges sont conclus pour de monter de quelques rangs. On serait prêt à reculer, mais on ne reculera pas beaucoup si on le fait parce qu'il y a 15 joueurs que nous aimons vraiment. Si on pouvait obtenir un défenseur numéro trois, ce qui nous aiderait vraiment pour l'an prochain, on reculerait... Mais vous étiez à Las Vegas pour parier sur où les Sénateurs vont repêcher, je mettrais quelques jetons sur les chances qu'on reste au 12e rang», a-t-il indiqué.

Pour en revenir à Robinson, un attaquant de 6' 6'' et 232 livres, il est toujours considéré comme un bon espoir par l'organisation après avoir passé la majorité des trois dernières saisons à Binghamton. Au cours de la dernière saison, il a récolté 13 buts et 23 points en 62 parties, en plus d'être rappelé pour trois parties en fin de saison à Ottawa, où il a marqué son premier but dans la grande ligue en plus d'ajouter une passe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer