Les statistiques avancées au service de Boucher

L'entraîneur des Sénateurs, Guy Boucher, reconnaît l'utilité des... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

L'entraîneur des Sénateurs, Guy Boucher, reconnaît l'utilité des statistiques avancées, même si celles-ci «démontrent trop de lacunes» chez certains joueurs.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les statistiques dites avancées prennent de plus en plus de place dans le hockey contemporain et les Sénateurs ont décidé de suivre la parade en créant un département responsable de récolter et d'analyser celles-ci.

Le dernier adjoint ajouté au personnel d'entraîneurs de Guy Boucher, Rob Cookson, sera responsable de ce celui-ci, appuyé par l'ancien responsable du vidéo Tim Pattyson, remplacé à ce poste par Kristopher Young.

« Les statistiques avancées sont quelque chose que vous devez utiliser. En fin de compte, je suis un dépisteur de formation, donc les yeux d'un dépisteur ou l'analyse d'un entraîneur sont très importants. Mais je pense que de la façon dont le jeu se développe, vous devez utiliser ces analyses statistiques pour parfois comprendre certaines choses. Ça ne vous donne pas toutes les réponses, mais c'est un outil à utiliser pour ne pas perdre de terrain par rapport aux autres équipes », a mentionné Dorion lundi.

Réputé pour être un fin psychologue, Boucher a mentionné qu'il faut être prudent dans la façon d'utiliser ces statistiques avec les joueurs. « C'est intéressant, mais c'est une petite partie du portrait. Dans certains cas, tu dois chercher à donner confiance à un joueur et si ces statistiques démontrent trop de lacunes, il vaut peut-être mieux ne pas lui en parler », fait-il remarquer.

Un disciple de l'ancien entraîneur adjoint des Sénateurs Roger Neilson, un pionnier dans l'introduction du vidéo comme outil d'enseignement au hockey, Cookson a laissé entendre que l'accent sera mis sur la récolte de certaines statistiques particulières.

« Avec notre club en Suisse (il était adjoint de Marc Crawford à Zurich), on donnait des notes pour les chances de compter créées par un joueur, ainsi que celles concédées à l'adversaire à l'inverse. On comptait aussi les sorties de zone réussies par les défenseurs, on voit donc que les meilleurs passeurs ont un meilleur taux de réussite que les autres. Mais ça nous a illuminés concernant un joueur à qui on donnait plusieurs minutes de jeu, mais il n'était pas si bon que ça pour passer la rondelle. C'est un bon outil, et ce n'est rien de bien nouveau vraiment, Roger compilait les chances de compter de cette façon », a noté Cookson, qui a travaillé pour Neilson à Philadelphie à la fin des années 1990.

Une équipe à compléter

Au sujet des adjoints, Guy Boucher a laissé entendre qu'il en cherche un autre qui pourrait venir compléter son équipe, à laquelle Pierre Groulx a été le dernier à se greffer comme responsable des gardiens.

« Je ne cherche pas un ancien joueur, un ancien défenseur ou attaquant. Je cherche quelqu'un qui pourrait bien cadrer avec nous, qui pourrait faire beaucoup de travail de terrain pour Marc ou moi », a-t-il dit, notant que Crawford s'occupera des défenseurs, comme Jacques Martin à Pittsburgh et Rick Bowness à Tampa. « Je ne sais pas si c'est une tendance, mais ça marche et c'est ce que je voulais moi aussi. Je me compte chanceux de l'avoir eu », a-t-il ajouté.

En bref

Rencontres avec les leaders

Le nouvel entraîneur-chef Guy Boucher passe un été de fou alors qu'il est en train de déménager sa famille de Suisse, tout en préparant la prochaine saison des Sénateurs. À travers tout ça, il a commencé à rencontrer un à un les joueurs de l'équipe, en commençant par les leaders, Erik Karlsson, Dion Phaneuf et Chris Neil, notamment.

« D'ici la fin de l'été, j'aurai rencontré tout le monde en tête à tête pour deux ou trois heures alors que ma tâche première est d'apprendre à les connaître comme individu », a-t-il dit. Boucher attendra en août pour rencontrer l'attaquant Bobby Ryan, plus haut salarié du club.

« Chris Schwarz (le responsable du conditionnement physique) est allé le voir chez lui (en Idaho) la semaine dernière et je vais probablement attendre en août pour le voir, une fois qu'il aura passé à travers le programme conçu pour lui par Chris. On voulait s'assurer qu'il est sur la bonne voie et il l'est », a-t-il confié au sujet de celui qui est devenu père pour la première fois il y a quelques semaines. 

Un match inaugural contre les Leafs

La LNH fera connaître le calendrier complet de la prochaine saison régulière mardi, mais elle a commencé par dévoiler lundi les dates des parties inaugurales à domicile de ses 30 équipes.

Dans le cas des Sénateurs, leur premier match de la saison sera aussi leur premier à domicile et ils auront de la grande visite, les Maple Leafs de Toronto s'amenant au Centre Canadian Tire le mercredi 12 octobre. Cinq jours plus tard, le lundi 17, ils feront les frais du dernier match inaugural des Red Wings au Joe Louis Arena de Detroit, eux qui déménageront l'an prochain au Little Caesars Arena.

Ailleurs dans la LNH, les partisans du Canadien de Montréal ont appris qu'ils devront patienter jusqu'au 18 octobre pour assister au premier match local de leur équipe. Le Tricolore affrontera alors les Penguins de Pittsburgh, les champions de la coupe Stanley.

À noter également que les Oilers d'Edmonton inaugureront leur tout nouvel amphithéâtre, le Rogers Place, le 12 octobre, en accueillant les Flames de Calgary.

LeDroit avec PC

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer