Un autre honneur pour Alfie

L'ancien capitaine des Sénateurs d'Ottawa, Daniel Alfredsson, entouré... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

L'ancien capitaine des Sénateurs d'Ottawa, Daniel Alfredsson, entouré de son frère Henric et de Jessica Hedin, conseillère-chef de mission à l'ambassade de Suède au Canada, lors de la cérémonie d'intronisation organisée au parc Lansdowne vendredi soir

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En attendant de voir s'il sera admis au Temple de la renommée du hockey, pour lequel il sera éligible à compter de l'an prochain, Daniel Alfredsson commence à accumuler les honneurs dans son patelin d'adoption.

L'ancien capitaine des Sénateurs d'Ottawa est devenu le premier Suédois à faire son entrée au Temple de la renommée du sport d'Ottawa, vendredi soir, lors d'une cérémonie tenue à l'Édifice de l'horticulture du parc Lansdowne.

Jeff Bean (ski acrobatique), Tina Takahashi (judo), Barclay Frost (bâtisseur, athlétisme) et Bob O'Billovich (bâtisseur, football) ont également été honorés.

«C'est un grand honneur pour moi, surtout de faire mon entrée au sein de ce groupe», a dit Alfredsson, qui se verra également remettre un doctorat honorifique par l'Université Carleton mardi prochain pour sa contribution dans la communauté, notamment au niveau de la santé mentale.

«En écoutant leurs discours, il est évident pour moi que vous avez besoin de deux choses pour avoir du succès à quelque chose: de la passion, vous devez aimer ce que vous faites. J'adore toujours le hockey, si je n'avais pas joué dans la LNH, je jouerais probablement encore dans une ligue de bière. Et vous devez avoir l'appui de votre famille, vos parents doivent prendre le temps de vous appuyer, faire les repas, vous conduire un peu partout. Plus tard, si vous êtes chanceux, ce sera votre conjointe qui fera de même, et je suis chanceux d'avoir mon épouse Bibi», a ajouté Alfredsson, qui avait ses quatre fils et son frère Henric à sa table également.

L'ancien choix de sixième ronde des Sénateurs en 1994 ne s'attendait évidemment pas à devenir un membre si important de la capitale nationale quand il s'est amené avec le club en 1995, son impact étant immédiat alors qu'il a remporté le trophée Calder de recrue de l'année.

«Je ne connaissais pas grand-chose d'Ottawa à ce moment-là, à part que c'était la capitale du Canada et que l'équipe n'était pas très bonne à l'époque», a rappelé celui qui fait maintenant partie de l'équipe de direction des Sénateurs, dans un rôle qui reste à être déterminé avec le nouveau DG Pierre Dorion en vue de la saison prochaine.

«Maintenant, j'adore toujours autant la Suède, mais je pense que je vais rester ici», a-t-il aussi mentionné, lui qui doit ramener sa famille à Ottawa cet été après deux années passées à Détroit.

Des éloges

Ses anciens coéquipiers Kyle Turris et Erik Karlsson étaient présents pour l'occasion, tout comme plusieurs membres de la direction, le président Cyril Leeder et Pierre Dorion en tête.

«Le genre de personne qu'il est, je ne pense pas qu'il ait pensé à ce genre d'honneur quand il a pris sa retraite. C'est fantastique qu'il soit honoré de cette façon pour tout ce qu'il a fait pour l'organisation et dans la communauté», a souligné son compatriote Karlsson, l'actuel capitaine qui a habité chez les Alfredsson à son arrivée à Ottawa.

Pour ce qui est du Temple de la renommée du hockey, c'est à compter de l'an prochain qu'on verra si ses lettres de créance sont suffisantes pour entrer au panthéon situé à Toronto.

«Nous, c'est évidemment celui que l'on vise d'abord si on a connu une bonne carrière. Moi, j'ai de la misère à penser qu'il est assez vieux pour ça cependant. On verra. Pour celui-ci (Temple du sport d'Ottawa), il était un naturel avec tout ce qu'il a accompli», a ajouté Karlsson.

Meilleur compteur de l'histoire des Sénateurs avec ses 426 buts et 1108 points en 1178 matches en carrière, Alfredsson en était à son deuxième honneur décerné par la Ville d'Ottawa, après avoir accepté les clés de la municipalité en 2015 lorsqu'il est revenu signer un contrat d'un jour avec les Sénateurs pour se retirer dans leur uniforme.

Dans la communauté, il était particulièrement impliqué auprès de la Fondation de l'hôpital Royal pour la santé mentale, la Fondation des Sénateurs et le Boys and Girls Club d'Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer