Crawford, heureux d'appuyer Boucher

En plus de donner un coup de main... (Archives, Associated Press)

Agrandir

En plus de donner un coup de main à Guy Boucher dans des tâches qui restent à définir, Marc Crawford effectuera la liaison entre le personnel hockey d'Ottawa et celui du club-école de Binghamton.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marc Crawford n'a pas été trop déçu de voir le poste d'entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa lui échapper.

Une fois que le directeur général Pierre Dorion a jeté son dévolu sur Guy Boucher, l'ancienne vedette des Royals de Cornwall se doutait bien qu'il parviendrait quand même à réintégrer la Ligue nationale de hockey, même si c'est finalement comme entraîneur associé qu'il le fera.

Dans une entrevue à la radio de TSN 1200, l'ancien gagnant de la coupe Stanley il y a 20 ans avec l'Avalanche du Colorado s'est dit « enthousiasmé » de se joindre à la formation de la capitale.

« J'étais tellement content quand Guy m'a téléphoné samedi soir et m'a fait l'offre. Ça faisait longtemps que ça se tramait, deux ans et demi pour être exact. Il était venu en Suisse pour tenter de décrocher un poste. Je l'avais rencontré et je lui ai dit quand il est parti, 'Guy, pense à moi pour un poste d'adjoint si jamais tu obtiens un emploi (d'entraîneur-chef) dans la LNH'. Il a toujours gardé ça en tête », s'est-il réjoui.

Leurs discussions se sont poursuivies l'an dernier quand Boucher a dirigé la formation canadienne au tournoi de la coupe Spengler à Zurich, alors que l'adjoint de Crawford, Rob Cookson, était son assistant.

« On avait discuté de la possibilité que ça arrive. Le soir avant qu'on parte tous les deux, Guy m'a demandé si ça m'intéressait toujours. Nos épouses se sont rencontrées aussi. Tout est tombé en place et c'est drôle, Pierre l'a appelé ce soir-là pour lui dire qu'il obtenait une entrevue et un peu plus tard, il m'appelait pour me dire la même chose. On a bien ri, on s'est souhaité bonne chance et je lui ai dit que si je n'obtenais pas le poste, j'espérais qu'il l'ait. Je suis certain que Guy pensait la même chose », a-t-il souligné.

Crawford, qui a aussi dirigé les Nordiques de Québec, les Canucks de Vancouver, les Kings de Los Angeles et les Stars de Dallas pendant une carrière de 15 ans dans la LNH, est convaincu que Boucher est le bon choix pour les Sénateurs.

« Son énergie et son enthousiasme sont exactement ce dont cette équipe a besoin. Guy est prêt à passer à la prochaine étape comme entraîneur. Et je pense vraiment que l'équipe des Sénateurs est prête à progresser. Ils sont frustrés de ne pas avoir pris part aux séries lors de deux des trois dernières années, ils ont vécu ce que c'est que d'y prendre part. Avec mon expérience, on peut voir quand une équipe est prête à monter de niveau et je crois que c'est le cas avec les Sénateurs. Guy va faire du bon travail pour les amener à ce niveau supérieur et je vais essayer de l'aider de toutes les façons possibles pour que ça arrive », estime celui qui a vu deux parties de l'équipe en personne en fin de saison, en plus d'en regarder une dizaine sur vidéo, comparativement à une trentaine pour Boucher.

En plus de donner un coup de main à ce dernier dans des tâches qui restent à définir, Crawford effectuera la liaison entre le personnel hockey d'Ottawa et celui du club-école de Binghamton.

« Pierre et moi avons discuté... C'était ma suggestion que je pourrais aider la personne que Pierre va choisir pour Binghamton. On cherche toujours à s'aider, c'est pourquoi j'aime les entraîneurs, ce sont des gens très généreux. Je veux faire la même chose, partager mes connaissances et aider un jeune entraîneur à gravir les échelons, ce qui va aider notre organisation », a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer