Un Boucher «amélioré» s'amène à Ottawa

Selon Bruno Gervais, qui a joué pour Guy... (Chris O'Meara, AP)

Agrandir

Selon Bruno Gervais, qui a joué pour Guy Boucher en 2011-2012, son exil en Suisse va avoir fait de lui un meilleur entraîneur.

Chris O'Meara, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bruno Gervais n'a joué qu'une saison sous les ordres de Guy Boucher à Tampa Bay, mais elle l'a marqué.

«Excellente décision, a réagi l'ancien défenseur du Lightning sur son compte Twitter. Avec Guy Boucher derrière le banc, les Sens seront des séries en 2017.»

Joint par LeDroit, il a poussé sa réflexion un peu plus loin.

«J'ai adoré jouer pour lui, ce fut une excellente expérience où j'ai beaucoup appris. Il a une approche bien différente, qu'il varie de joueur en joueur. C'est le côté psychologique de la game, il s'ajuste à chaque joueur. Une saison, c'est un grind, mais il réussit à rendre chaque match excitant», a-t-il confié.

Gervais, qui a joué pour Boucher en 2011-2012, pense que son exil de l'équivalent de deux saisons en Suisse va avoir fait de lui un meilleur entraîneur.

«Pour lui, se faire congédier a certes été considéré comme un échec, mais il est le genre de personne qui est capable de transformer ça en positif très rapidement. Pendant son expérience en Suisse, il a certes exploré de nouvelles façons de faire les choses et de penser. Il va arriver à Ottawa un meilleur entraîneur qu'il l'était à Tampa Bay, et il était déjà très bon», estime-t-il.

Le défenseur qui jouait à Berlin, en Allemagne, cette saison ne craint pas que la production offensive d'Erik Karlsson souffre avec l'imposition d'un système défensif plus strict sous le joug de Boucher.

«Les gens parlent encore de son 1-3-1 contre Philadelphie et oui, il peut mettre des tactiques défensives en place avec l'objectif de garder la rondelle ou de la récupérer le plus vite possible. Mais il n'a jamais empêché un joueur offensif de s'exprimer. Steven Stamkos a compté 60 buts sous ses ordres. En Karlsson, il sait qu'il a le défenseur offensif le plus dynamique de la ligue», ajoute Gervais.

Yzerman heureux

Ancien patron de Guy Boucher, le dg du Lightning Steve Yzerman s'est réjoui de voir revenir dans le circuit Bettman celui qu'il avait congédié après un revers de 5-3 contre les Sénateurs le 24 mars 2013 pour le remplacer par Jon Cooper.

«Guy est un jeune entraîneur brillant, très innovateur. C'est fantastique de le voir de retour dans la LNH. Je suis content pour Guy, il mérite une autre chance», a dit Yzerman dimanche aux journalistes qui couvrent la série de son club contre les Islanders.

Bruce Boudreau signe avec le Wild

Bruce Boudreau... (Archives Associated Press) - image 5.0

Agrandir

Bruce Boudreau

Archives Associated Press

Dans un autre ordre d'idées, l'ancien candidat numéro un à la succession de Dave Cameron, Bruce Boudreau, a accordé une première entrevue au Star Tribune de Minneapolis, expliquant pourquoi il a accepté l'offre du Wild plutôt que celle des Sénateurs.

Il a notamment dit que l'argent n'avait pas été la seule considération. «Je pense seulement que c'est un endroit où nous pouvons gagner, je sais que l'équipe est déjà bonne», a-t-il dit.

Boudreau avait évoqué des raisons familiales en entrevue avec LeDroit vendredi pour justifier son intérêt au poste avec les Sénateurs. Il a beaucoup de parenté à Toronto et sa fille habite dans la capitale avec sa petite-fille. «Ma fille Kasey est fâchée parce que je n'ai pas signé avec Ottawa», a blagué Boudreau.

Boudreau, qui était à la barre des Ducks depuis le mois de novembre 2011, a mené son équipe à un quatrième titre de section consécutif cette saison, mais n'a pas réussi à franchir le premier tour des séries éliminatoires. La formation californienne a été éliminée en sept matchs par les Predators de Nashville, alors qu'elle était considérée comme favorite par plusieurs.

L'homme de 61 ans a maintenu une fiche de 409-192-80 en neuf saisons en tant qu'entraîneur-chef avec les Capitals de Washington et les Ducks. Il n'a cependant jamais été capable de répondre aux attentes en séries.

Le Wild a montré un dossier de 38-33-11 cette saison et a obtenu le dernier laissez-passer disponible pour accéder aux séries dans l'Ouest. L'équipe s'est inclinée en six rencontres face aux Stars de Dallas au premier tour.

La formation était à la recherche d'un nouvel entraîneur après avoir congédié Mike Yeo au mois de février. John Torchetti a occupé les fonctions par intérim jusqu'à l'élimination de l'équipe.

- Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer