Bruce Boudreau se croise les doigts

Rencontré à son retour à l'hôtel, l'entraîneur de... (Archives, La Presse)

Agrandir

Rencontré à son retour à l'hôtel, l'entraîneur de 61 ans n'a pas voulu donner d'indications sur la façon dont l'entrevue s'est déroulée, mais il a convenu que le poste est très attrayant pour lui.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bruce Boudreau est venu et a été vu à Ottawa vendredi. Reste à savoir s'il a convaincu Pierre Dorion.

Les deux hommes ont passé environ 5 h 30 en tête-à-tête, alors que l'entraîneur congédié par les Ducks d'Anaheim la semaine dernière était de passage dans la capitale fédérale pour défendre sa candidature au poste d'entraîneur-chef des Sénateurs.

Rencontré à son retour à l'hôtel, l'entraîneur de 61 ans n'a pas voulu donner d'indications sur la façon dont l'entrevue s'est déroulée, mais il a convenu que le poste est très attrayant pour lui, notamment d'un point de vue familial - la majorité de sa famille est à Toronto et sa fille Kasey habite à Ottawa avec sa petite-fille d'un an et demi.

« La famille est dans l'est, il y a ma fille ici, mais c'est aussi une ville fantastique. Et l'équipe est promise à un brillant avenir, donc c'est une situation vraiment intéressante », a-t-il confié au Droit.

« C'était fantastique d'être ici, et j'espère que tout va fonctionner », a-t-il renchéri plus tard.

Alors que Dorion a mentionné lors de la conférence de presse pour annoncer le congédiement de Dave Cameron qu'il recherche un entraîneur d'expérience qui imposera une meilleure structure en défensive pour les Sénateurs, Boudreau a refusé de répondre à une question à ce sujet. Il s'est limité à parler des Sénateurs en termes très généraux.

« Ils sont rapides, ils sont jeunes, je pense qu'il y a beaucoup plus de talent que ce qu'ils ont montré cette année. Il y a beaucoup de bonnes choses dans ce club », a dit Boudreau. Dans une entrevue à Postmedia jeudi, il avait mentionné que le défenseur Erik Karlsson se comparaissait avantageusement à Mike Green, arrière à caractère offensif qu'il a dirigé avec les Capitals de Washington quand il était à son apogée.

Interrogé à savoir s'il a demandé à son adjoint de la saison dernière, l'ancien entraîneur des Sénateurs Paul MacLean, de lui refiler des informations privilégiées sur l'équipe, il a répondu négativement : « Non, il ne m'en a pas donné. Il m'a juste demandé si je voulais louer sa maison... Je voulais arriver ici avec des idées fraîches, sans que personne ne me donne des notions préconçues au sujet de l'équipe. »

Boudreau entend examiner toutes les options qui s'offrent à lui. Il a déjà été interviewé pour le poste derrière le banc du Wild du Minnesota qui est également vacant. Et il ne faudrait pas se surprendre que les Flames de Calgary l'approchent, eux qui ont remercié Bob Hartley de ses services plus tôt cette semaine.

« Évidemment, c'est bien qu'il y ait de l'intérêt pour me parler. Je leur dis comment je ferais les choses si j'étais retenu et ça s'est bien passé. Là, je vais aller passer la soirée chez ma fille et je retourne à la maison (samedi). C'est ça le plan », a-t-il dit.

Alors qu'il semble y avoir un intérêt mutuel, il sera maintenant intéressant de voir si les Sénateurs seront en mesure de s'entendre avec lui s'il est retenu.

Dorion avait dit avoir « les ressources nécessaires » pour payer le meilleur entraîneur disponible. Il reste une année au contrat de Boudreau à Anaheim, à un salaire de 1,5 million $, et il voudra certes une augmentation sur un pacte de plusieurs saisons pour s'amener dans la capitale. Les Sénateurs doivent encore payer une autre année de salaire à MacLean et Cameron - à moins que ceux-ci ne se dénichent un autre emploi d'entraîneur-chef pour la saison prochaine.

Le propriétaire Eugene Melnyk semblait réticent à casser la banque pour un entraîneur lors d'entrevues radiophoniques subséquentes. Quand il s'est fait demander s'il verserait un salaire de 5 millions $ à un pilote, il a notamment déclaré : « Est-ce qu'il marche sur l'eau ? 5 millions $... je sais que le marché est fou parfois, je l'ai vécu avec les chevaux ainsi qu'avec les joueurs de hockey. »

Un analyste habituellement bien informé, Elliotte Friedman, de Sportsnet, a mentionné lors d'une entrevue à la radio de Calgary que dans l'éventualité où une entente avec Bruce Boudreau ne pourrait être négociée, il s'attend à ce que Bob Hartley devienne un candidat sérieux.

Les noms de Marc Crawford, Guy Boucher, Mike Yeo, Kevin Dineen et Benoît Groulx ont été associés aux Sénateurs dans le cadre de leur recherche pour le 11e entraîneur de leur histoire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer