Phillips veut aider à reconstruire Fort McMurray

Tout ce que le vétéran défenseur des Sénateurs... (Courtoisie, GRC)

Agrandir

Tout ce que le vétéran défenseur des Sénateurs d'Ottawa sait, c'est qu'il veut aider à la reconstruction de la ville où il a grandi.

Courtoisie, GRC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chris Phillips peine à regarder les images provenant de son patelin, Fort McMurray.

Tout ce que le vétéran défenseur des Sénateurs d'Ottawa sait, c'est qu'il veut aider à la reconstruction de la ville où il a grandi. Sa soeur Jennifer, son mari et leurs trois enfants y ont toujours leur résidence, apparamment épargnée des flammes aux dernières nouvelles, alors qu'ils ont été évacués mardi.

«Ça fait peur tout ça, j'ai d'abord appris qu'il y avait ce gros feu, puis les choses ont escaladé rapidement», racontait Phillips jeudi en entrevue avec LeDroit. «Ma soeur et sa famille ont réussi à sortir assez rapidement et ils se sont rendus chez une de nos tantes qui habite près d'Edmonton. On remercie le ciel qu'ils soient sains et saufs, comme apparemment tous les 80 000 évacués. C'est un miracle qu'aux dernières nouvelles, il n'y ait pas eu de blessés ou de morts là-bas. Je ne regarde plus les images à la télévision, c'est trop dérangeant. Je me limite aux textes de nouvelles.»

Phillips racontait que le quartier où se trouvait l'ancienne résidence de ses parents, feu Garth et Carol (qui habite à Edmonton depuis quatre ans), a été complètement rasée par l'incendie. Mais à travers la tragédie, il y aurait quelques bonnes nouvelles. «Le rapport initial disait que 80% du quartier où se trouvait l'aréna où j'ai joué en grandissant - l'aréna Beacon Hill (aussi connue sous le nom de Frank Lacroix) - avait été rasé, mais il paraît finalement que l'aréna et les deux écoles où je suis allé sont intactes», a-t-il indiqué.

Chris Phillips... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Chris Phillips

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Le premier choix des Sénateurs en 1996 (premier au total) n'est pas retourné à Fort McMurray depuis quatre ou cinq ans, estime-t-il, alors que par le passé, Scotty Upshall, des Blues de St. Louis, et lui étaient les hôtes d'un tournoi de golf pour amasser des fonds pour Kids Forever, une organisation qui aide les enfants malades et leurs familles.

Homme d'affaires qui a prêté son surnom de Big Rig à la chaîne de restaurant-brasserie d'Ottawa, Phillips est évidemment heureux de voir qu'il y a de nombreuses initiatives du monde sportif dont il fait partie pour venir en aide à Fort McMurray.

Les Flames de Calgary et les Oilers d'Edmonton se sont déjà engagés à verser chacun 100 000$ à la Croix Rouge, qui coordonne l'aide initiale. De nombreux joueurs de la LNH ont déjà fait des dons (le Gatinois Derick Brassard a fait parvenir 2000$ de Saint-Pétersbourg, où il prend part au Championnat mondial). Le golfeur canadien Graham DeLaet a promis de verser 500$ pour chaque oiselet réussi au tournoi de la PGA de cette semaine, le championnat Wells Fargo.

En plein remue-méninges 

Phillips se sert de son compte Twitter pour appuyer toutes les initiatives de collecte de fonds, et il a bien l'intention d'en faire beaucoup plus.

«Présentement, il faut faire des dons à la Croix-Rouge pour palier aux besoins initiaux et c'est bien de voir la générosité des Canadiens. Une fois que le feu sera contenu et qu'on en saura plus sur l'étendue des dommages, on pourra commencer à faire des collectes de fonds pour aider à la reconstruction. Mes partenaires et moi, nous sommes en plein 'remue-méninges' pour trouver des idées. J'espère pouvoir aider de loin, en attendant de pouvoir retourner sur place un de ces jours», mentionne-t-il.

Alors que Chris Phillips n'a toujours pas pris de décision quant à son avenir personnel, lui qui pourrait bien être poussé à la retraite par la blessure au dos qui lui a fait rater toute la dernière saison, une telle tragédie vient remettre les choses en perspective. 

«Ça, c'est certain. Il faut apprécier les choses que nous avons dans la vie parce qu'on ne sait jamais quand elles vont nous être enlevées. Au moins, les maisons et les édifices qui ont brûlé pourront être rebâties. L'important est qu'il n'y ait pas de blessés et de morts, et pour ça, il faut remercier les pompiers et policiers qui ont réussi l'évacuation», a-t-il conclu.

Pour faire un don à la Croix-Rouge, visitez le www.croixrouge.ca, téléphonez au 1-800-418-1111 ou textez REDCROSS au 45678 ou 30333 (5$ seront donnés).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer