Les Sénateurs conservent le 12e rangdu repêchage

Le directeur général des Sénateurs est convaincu qu'il... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le directeur général des Sénateurs est convaincu qu'il pourra trouver un espoir « de premier plan » avec le 12e rang. Ce sont les Maple Leafs qui ont obtenu le premier choix en vue du prochain repêchage

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pierre Dorion avait son porte-bonheur en poche samedi soir dans un studio de télévision de Toronto, mais celui-ci n'a pas fait le travail.

Le directeur général des Sénateurs d'Ottawa se doutait bien qu'avec 2,5% des chances de voir ses numéros à la loterie de la LNH être pigés, il était peu probable qu'il puisse mettre la main sur un des trois premiers choix au repêchage de juin, qui sont finalement allés aux Maple Leafs de Toronto, aux Jets de Winnipeg et aux Blue Jackets de Columbus, dans l'ordre.

De retour dans la capitale dimanche, il faisait donc contre mauvaise fortune, bon coeur.

«Mon porte-bonheur (un gant de golf donné par son défunt père) ne nous a pas porté chance, mais on savait qu'à 2,5%, nos chances étaient très minces de repêcher en premier. Au moins, il nous a permis de rester au 12e rang au lieu de chuter au 13e ou 14e, ce qui était une possibilité. On ne sait pas ce qui va arriver au repêchage, mais c'est toujours mieux de parler le plus tôt possible. À 12, je suis convaincu que nous allons mettre la main sur un espoir de premier plan», a-t-il indiqué.

L'ancien dépisteur-chef fait moins de recrutement depuis qu'il a succédé à Bryan Murray comme DG, de même que lorsqu'il était son adjoint. Mais il est quand même familier avec les 15 ou 20 meilleurs joueurs éligibles à l'encan annuel.

«Tout le monde sait qui sont les trois premiers choix (Auston Matthews, Patrik Laine et Jesse Puljujarvi), et on a une bonne idée des choix quatre à huit. Après, il y aura encore de bons espoirs, c'est un repêchage avec pas mal de profondeur en première ronde. Nos dépisteurs ont fait du bon travail avec moi l'an passé pour mettre la main sur deux bons prospects en première ronde, Thomas Chabot et Colin White, et je pense que le joueur qu'on va obtenir cette année va être du même calibre, estime-t-il. Comme d'habitude, on va prendre le meilleur joueur disponible, peu importe sa position. Tout ce que je peux dire, c'est que ce ne sera pas un gardien.»

Les dépisteurs de l'équipe vont se réunir à compter du 9 mai pour peaufiner leurs listes en vue du repêchage qui aura lieu les 24 et 25 juin à Buffalo.

La dernière fois que les Sénateurs ont parlé au 12e rang, ils avaient mis la main sur Marian Hossa en 1997. «Ce n'était pas un mauvais choix. Un joueur du genre ferait bien l'affaire», a blagué Dorion, qui espère évidemment ne pas avoir à prendre part à nouveau à cette loterie pour les clubs écartés des séries lors des prochaines années.

Nouvel entraîneur?

Impossible de parler avec Dorion sans s'enquérir de ses progrès dans la recherche d'un successeur à Dave Cameron comme entraîneur-chef.

«J'ai effectué plusieurs entrevues jusqu'à maintenant et le processus s'avère très, très intéressant. J'ai confiance que nous allons trouver un très bon entraîneur, mais nous allons prendre notre temps», a-t-il confié.

«C'est la première ronde d'entrevues et je dois voyager beaucoup pour rencontrer les candidats. Je ne veux pas dire combien il y a de gars sur la liste parce que les gens vont spéculer qui est dessus. Il n'y a pas de date précise non plus pour réduire la liste à des finalistes. Je ne veux pas trop parler parce que les clubs qui m'ont donné la permission de parler à des entraîneurs sous contrat ont demandé à ce que ça demeure confidentiel. Il y a un autre club à la recherche d'un entraîneur également (Anaheim), donc je ne veux pas divulguer trop d'informations», a-t-il ajouté.

Il ne peut pas le confirmer, mais on peut présumer qu'il a déjà demandé la permission aux Ducks pour discuter avec Bruce Boudreau, remercié de ses services vendredi. 

Tous libres comme l'air, Mike Yeo, Marc Crawford et Guy Boucher auraient déjà obtenu leurs entrevues, et avec la récente élimination des Blackhawks de Chicago, Dorion pourrait bien avoir obtenu le droit de parler à Kevin Dineen, l'adjoint de Joel Quenneville qui a dirigé les Panthers de la Floride de 2011 à 2013. Natif de Québec, Dineen a déjà été l'entraîneur de l'année dans la Ligue américaine de hockey, avec les Pirates de Portland en 2005-2006. Il a joué une saison à Ottawa en 1999-2000, y disputant son 1000e match en carrière, et son père Bill est un membre du Temple de la renommée des sports d'Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer