Les bons et moins bons coups de l'ère Cameron

Dave Cameron, que l'on voit ici aux côtés... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Dave Cameron, que l'on voit ici aux côtés de Pierre Dorion, aura dirigé un total de 137 matches des Sénateurs.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le couperet est tombé cette semaine, les Sénateurs ont congédié sans surprise l'entraîneur-chef Dave Cameron après une saison et demie.

Son séjour derrière le banc de l'équipe a été marqué par quelques décisions douteuses. En voici trois qui ont particulièrement marqué sa seule saison complète, soit 2015-2016. Mais il n'a pas fait que des mauvais coups au cours de son règne de 137 parties, lors duquel son club a présenté une fiche de 70-50-17.

Les décisions douteuses

1 - Un départ pour O'Connor

C'est évidemment celle qui ressort le plus, le propriétaire Eugene Melnyk n'en revenant toujours pas, six mois plus tard, au point où il a dit qu'il s'agissait de «stupidité». Lors du match inaugural à domicile du 11 octobre, au lendemain du deuxième match de la saison à Toronto, Cameron décide de donner le départ à la recrue Matt O'Connor plutôt qu'à son gardien numéro un Craig Anderson. Ottawa s'incline 3-1 devant le Canadien de Montréal, qui fait confiance pour la première fois à son gardien recrue Mike Condon. O'Connor ne connaît pas un mauvais match, repoussant 31 lancers, mais la décision fait quand même sourciller sur le coup... et jaser cinq mois plus tard!

2 - Borowiecki à l'aile gauche... du premier trio!

En raison de blessures, le défenseur Mark Borowiecki est muté à l'avant pour trois parties et amorce un match en Floride le 8 décembre sur le quatrième trio, qu'il termine cependant sur le premier, à gauche de Kyle Turris et Bobby Ryan. Le perdant dans l'échange est Mike Hoffman, qui va cependant compter le but gagnant en troisième période, but souligné en regardant vers le banc sans célébrer. «J'étais un peu frustré. Je crois que c'était de la frustration justifiée», dira-t-il le lendemain.

3 - Encore Hoffman

Souvent pointé du doigt pour ses carences défensives, Hoffman est envoyé dans la mêlée avec moins de deux minutes à faire dans un match important que les Sénateurs mènent 3-2, le 8 mars, en Caroline. Il rate un filet désert qui aurait assuré la victoire, puis est toujours sur la glace, exténué, quand Jeff Skinner compte avec 0,3 seconde à écouler au cadran. Les Hurricanes l'emporteront ensuite 4-3 en tirs de barrage.

Les bons coups

1 - Faire confiance au Hamburglar

Sa main a été forcée par des blessures à Craig Anderson et Robin Lehner, évidemment, mais Cameron a continué à faire confiance à Andrew Hammond en deuxième moitié de saison l'an dernier même après le retour d'Anderson. Hammond a présenté une fiche de 20-1-2 pour mener le club en séries, où il a finalement flanché lors des deux premiers matches de la série contre le Canadien.

2 - Zack Smith, franc tireur

Le 7 novembre dernier en Caroline, le centre de quatrième trio Zack Smith est laissé de côté par Cameron en raison de son jeu indifférent. Il revient à son match suivant et compte deux buts à Nashville. Ce déblocage inattendu lui vaudra une promotion à l'aile gauche d'un des deux premiers trios et il terminera l'année avec 25 buts, du jamais vu pour le joueur de 28 ans.

3 - Pageau, centre numéro un

Avec l'absence de Kyle Turris, blessé, et le manque de constance de Mika Zibanejad, Cameron se tourne vers Jean-Gabriel Pageau au centre d'un premier trio inattendu complété par Smith et Mark Stone. Le Gatinois remercie son entraîneur en produisant 19 buts et 43 points.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer