Un ménage avant le grand ménage?

Erik Karlsson est confiant de voir l'équipe retourner... (Justin Tang)

Agrandir

Erik Karlsson est confiant de voir l'équipe retourner en séries l'an prochain.

Justin Tang

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Sénateurs d'Ottawa ont fait le ménage de leur vestiaire, au sens propre, au cours de la journée de lundi.

Les joueurs de l'équipe étaient bien conscients à ce moment qu'un autre ménage, au sens figuré, aura lieu au cours de la saison morte, lancée de retentissante façon la veille quand Bryan Murray a cédé son poste de directeur général à son dauphin, Pierre Dorion.

Il reste à voir si les changements promis par Dorion et le propriétaire Eugene Melnyk affecteront beaucoup le personnel sur la glace, ou s'ils se concentreront surtout derrière le banc.

L'entraîneur-chef Dave Cameron n'a pas rencontré les médias au cours de cette journée où les joueurs défilaient dans son bureau ainsi que dans celui de Dorion. Il pourrait le faire mardi ou mercredi, à condition évidemment qu'il ne soit pas congédié auparavant.

« Pour nous, les joueurs, quand on ne se qualifie pas pour les séries, on sait qu'il va y avoir des changements, que ce soit des coéquipiers qui partent ou d'autres (lire : entraîneurs). On n'a pas de contrôle là-dessus, on ne peut que contrôler ce qu'on apporte à l'équipe et travailler là-dessus pour être constant chaque soir. Ça nous a manqué cette année, on pouvait jouer de façon incroyable un soir, avoir l'air d'un club dangereux en séries, puis le lendemain jouer comme si on n'avait même pas d'affaire dans la ligue », analysait le vétéran Chris Neil.

Ce dernier a dit qu'il a regardé la conférence de presse de Murray dimanche et qu'il était « en larmes, il a été un mentor pour moi... Pierre a appris du meilleur et il veut gagner, comme Bryan. Ils ne sont pas satisfaits de notre année et personne ici ne l'est. On va avoir beaucoup de temps pour y réfléchir, mais on sait qu'il va y avoir des changements. »

Karlsson optimiste

En ratant les séries pour une deuxième fois en trois ans, les Sénateurs ont gaspillé une saison où leur joueur de franchise, Erik Karlsson, a été dominant avec ses 82 points en 82 parties, devenant seulement le cinquième défenseur à terminer parmi les cinq premiers compteurs de la LNH. Il est encore jeune à 25 ans, mais il ne reste que trois autres années à son contrat qui lui rapporte 6,5 millions $ par an, une aubaine considérant sa production qui pourrait lui valoir un troisième trophée Norris.

Est-ce qu'il a le sentiment que ses meilleures années sont perdues alors que son personnel de soutien n'est pas à sa hauteur? « Je fais confiance aux gens qui prennent les décisions, je sais qu'ils vont faire ce qui est le mieux pour cette équipe et cette organisation. Je ne m'implique pas là-dedans, que les décisions soient faciles ou difficiles, a-t-il commencé par répondre. Je n'ai que 25 ans, il me reste au moins 10-15 ans pour gagner (la coupe Stanley), 20 si je joue aussi longtemps que (Jaromir) Jagr. C'est très frustrant de ne pas être des séries, mais je suis satisfait de ce que nous avons ici et je crois que d'ici la fin de mon contrat, nous allons être bien plus avancés que présentement. Je mets l'accent là-dessus. »

Acquis par Murray en février dernier, le défenseur Dion Phaneuf avait l'air de penser que des changements drastiques dans le vestiaire n'étaient pas nécessairement la réponse : « C'est décevant d'en arriver à cette journée où on dit au revoir à nos coéquipiers et au personnel... Je pense que nous avons définitivement les gars dans la chambre pour être un club qui sera des séries, nous avons l'habileté, en commençant avec Karl (Karlsson). 

«On n'a juste pas répondu aux attentes cette saison. Mais j'ai aimé faire partie de ce groupe, même si on aurait pu jouer mieux. Les blessures n'ont pas aidé, le portrait sera plus juste quand on sera en santé au début de la prochaine saison », a noté l'ancien capitaine des Maple Leafs, qui a terminé l'année sur la liste des blessés comme Kyle Turris et Clarke MacArthur, notamment.

Mike Hoffman, le dossier chaud de Dorion

Mike Hoffman... (PHOTO ARCHIVES AFP) - image 3.0

Agrandir

Mike Hoffman

PHOTO ARCHIVES AFP

Une fois qu'il aura décidé du sort de l'entraîneur-chef Dave Cameron, un des plus gros dossiers de la saison morte à aboutir sur le bureau du nouveau DG Pierre Dorion sera celui de Mike Hoffman.

Le meilleur buteur de l'équipe avec ses 29 filets sera joueur autonome avec restriction le 1er juillet prochain et comme l'an dernier, il aura droit à l'arbitrage salarial s'il ne parvient pas à s'entendre avec l'équipe. L'été dernier, il avait perdu sa cause et avait dû se « contenter » d'un salaire de 2 millions $ US en 2015-2016.

« C'est de la pression, mais j'ai eu un contrat d'un an lors des trois dernières saisons, donc j'y suis habitué, a-t-il indiqué lundi matin en ramassant ses effets personnels dans le vestiaire. Quand tu viens à l'aréna, peu importe que tu aies un contrat de cinq ans ou un essai d'une semaine, tu tentes de faire de ton mieux chaque soir. Si tu fais ça, le reste va se régler de lui-même. »

Hoffman pense s'être amélioré comme joueur cette saison, lui qui a récolté 59 points en 78 parties, 11 de plus que l'an dernier en un match de moins. Alors que son jeu défensif lui est souvent reproché, il faut noter que son différentiel est passé de plus-16 à plus-1. Il a certes été plus productif en avantage numérique, avec neuf buts contre un seul l'an dernier. « J'ai fait des pas de bébé », dit celui qui a aussi frappé plusieurs poteaux.

Reste à voir si cette production incitera les Sénateurs à lui offrir un pacte à long terme pour « acheter » des années où il pourrait être agent libre. L'ancien DG Bryan Murray avait mentionné en cours de saison qu'il aimerait voir Hoffman produire en deuxième moitié de saison alors que le jeu est plus serré, et il faut noter qu'il a été limité à sept buts après la pause du match des étoiles.

« Il n'y a pas eu de négociations récemment, les deux côtés voulaient attendre la fin de la saison et voir comment les choses tourneraient. On va partir de là... Il n'y a pas de presse, vraiment », a noté Hoffman, qui n'a pas été invité par Hockey Canada à prendre part au Championnat mondial en Russie le mois prochain.

Celui-ci ne pense pas que l'entrée en scène de Dorion va changer grand-chose aux négociations : « Je ne pense pas. Ce serait différent si c'était un gars qui arrivait de l'extérieur de l'organisation. Il était impliqué dans les pourparlers de contrat l'an passé et je ne pense pas que ça va changer », dit-il.

Hoffman, qui a 26 ans, a aussi mentionné qu'il ne demanderait pas mieux que de demeurer à Ottawa à long terme : « J'adore jouer ici, c'est l'endroit numéro un où je voudrais jouer. J'adore les amateurs, le groupe de gars également... Ce serait évidemment bien d'avoir un contrat à plus long terme, mais on va attendre de voir ce qui va se passer », a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer