Du hockey de printemps pour Stone, Ceci et Wideman

Mark Stone, Cody Ceci et Chris Wideman ont... (Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Mark Stone, Cody Ceci et Chris Wideman ont accepté des invitations au Championnat mondial de hockey.

Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À défaut de prendre part aux séries, il y a au moins trois Sénateurs qui vont jouer au hockey en mai ce printemps, Mark Stone, Cody Ceci et Chris Wideman ayant tous accepté des invitations au Championnat mondial de hockey qui sera présenté à Moscou et Saint-Pétersbourg, en Russie.

Les deux premiers porteront les couleurs du Canada alors que le défenseur recrue Wideman fera partie de l'équipe américaine.

Pensionnaire de Stone au cours de la dernière campagne, ce dernier n'a pas l'intention de faire la vie dure à celui qui est à peine remis de la retentissante mise en échec de Dustin Byfuglien, des Jets de Winnipeg.

« J'ai habité chez lui sans avoir eu à payer de loyer, donc il va avoir une passe gratuite. Mais c'est certain que je ne manquerai pas Ceci », a-t-il blagué.

Wideman a connu une solide saison recrue avec ses 6 buts et 13 points en 64 parties, avec un différentiel de plus-4 sur la troisième paire de défenseurs. « Je pense qu'ils m'ont invité parce que plusieurs défenseurs se sont désistés en raison de la Coupe du monde (en septembre). C'est un bel honneur, je n'ai jamais joué pour mon pays, on m'avait retranché au camp de l'équipe nationale junior. Je l'échangerais pour une participation aux séries, mais ça va être une bonne expérience quand même », a-t-il souligné.

Stone avait reçu l'invitation de Hockey Canada il y a déjà deux semaines, mais il a gardé le secret jusqu'à la fin de la saison, d'autant plus que sa participation était remise en question en raison des douleurs ressenties après le coup d'épaule de Byfuglien (qui ne jouera pas pour l'équipe américaine en Russie).

« Je me suis engagé à jouer il y a quelques semaines, avant que Byfuglien me fasse exploser... Je suis en santé maintenant, j'aurais pu jouer dimanche mais on n'avait pas de match, a dit un Stone qui a raté les six dernières parties de la saison en raison d'une poitrine et un cou endoloris. Ça va être une bonne expérience de porter le chandail d'Équipe Canada à nouveau, je ne l'ai jamais fait en Europe. »

Contrairement à Stone, Cody Ceci n'avait pas joué pour la formation nationale junior mais il s'est déjà rendu en Russie en 2010 pour la Super Série de huit parties qui opposait les deux grands rivaux.

« Être invité au Championnat mondial, c'est un beau compliment pour moi. J'espère bien jouer là-bas et utiliser ensuite cette confiance en revenant au camp l'an prochain. Ça va aider en tout cas à surmonter la déception de rater les séries, il me reste du hockey ce printemps au lieu de broyer du noir en regardant les autres clubs jouer », a noté Ceci, qui savait déjà que le premier match du tournoi pour les Canadiens sera contre l'équipe américaine et Wideman, le 6 mai à Saint-Pétersbourg.

À noter qu'Erik Karlsson a décliné l'invitation de la Suède pour le tournoi, lui qui se préparera plutôt pour la Coupe du monde à Toronto en septembre, tandis que son compatriote Mika Zibanejad est en discussions avec les dirigeants du « Tre Kronor ».

Pageau veut encore s'améliorer

Après avoir été une des révélations de l'année chez les Sénateurs, Jean-Gabriel Pageau n'a pas l'intention de s'asseoir sur ses lauriers.

Il a beau avoir terminé la campagne au centre du premier trio, le Gatinois de 23 ans sait que tout risque d'être à recommencer au prochain camp d'entraînement, qu'il y ait un changement derrière le banc ou non.

« On n'a rien entendu à ce sujet, on verra... Moi, je sais qu'il y a beaucoup de choses dans mon jeu que je peux améliorer. Ça va être un gros été d'entraînement, en finissant l'année de cette façon, c'est certain que j'ai placé les attentes hautes pour moi et c'est certain que je ne veux pas décevoir l'an prochain », a-t-il raconté lundi alors que les Sénateurs vidaient leur vestiaire.

En marquant dans un filet désert samedi à Boston, Pageau a arrêté le compteur à 19 buts et 43 points, autant de sommets en carrière pour lui. Il a été le sixième meilleur marqueur de son club. Il a aussi égalé un record d'équipe appartenant à Daniel Alfredsson depuis la saison 2007-2008 en comptant sept de ses buts en désavantage numérique. En effet, il a placé la barre très haute pour l'an prochain.

« Personnellement, je suis assez satisfait. J'ai eu beaucoup d'opportunités, j'ai joué en avantage, en désavantage, sur des trios plus offensifs. Je me suis amélioré défensivement aussi, j'ai plus de confiance. C'est certain cependant que j'échangerais n'importe quoi pour être dans les séries en ce moment », a-t-il dit.

Il ne demanderait pas mieux que de retrouver sa place entre Zack Smith et Mark Stone au début de la prochaine campagne, évidemment. « J'étais confortable dans tous les rôles qu'on m'a donnés cette année. Peu importe où je vais jouer l'an prochain, je vais être prêt à faire la job », pense l'ancien Olympique.

Égaler la marque d'Alfredsson lui a fait un petit velours, mais pas plus que ça : « C'est le fun d'avoir fait ça, d'avoir compté des buts, mais on en a tellement alloué aussi. Je pense que c'est ce qui me tracasse le plus, quand tu as de bonnes unités spéciales, ça peut faire la différence pour faire les séries ou pas, et on n'a pas fait la différence cette année », a-t-il souligné.

Les Sénateurs ont effectivement terminé au 26e rang en avantage numérique (15,8 % d'efficacité) et au 29e en désavantage (75,8 %), malgré leur sommet de 17 buts à court d'un homme, loin devant Pittsburgh (11) au deuxième rang à ce chapitre.

Le jeu défensif a également laissé à désirer, le gardien Craig Anderson étant le deuxième plus occupé après Henrik Lundqvist en faisant face à 1915 tirs.

« Toute l'équipe n'a pas assez bien joué défensivement et il va falloir qu'on change ça, c'est certain », a souligné le défenseur franco-ontarien Marc Méthot. 

Lui et Pageau seront certes de retour l'an prochain. Reste à voir s'il en ira de même du troisième francophone, Alex Chiasson. Le club devra décider d'ici au 1er juillet s'il lui fera une offre qualificative (augmentation de 10 % sur son salaire de 1,2 M $ cette année), sinon il pourrait obtenir son autonomie complète.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer