Les Sénateurs jouent les trouble-fêtes à Boston

Andrew Hammond n'a cédé qu'une fois contre les... (Elise Amendola, Associated Press)

Agrandir

Andrew Hammond n'a cédé qu'une fois contre les Bruins qui espèrent maintenant deux défaites des Flyers, samedi et dimanche, pour se qualifier en vue des séries éliminatoires.

Elise Amendola, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Tandis que le gardien Tuukka Rask regardait ses coéquipiers des Bruins de Boston lutter avec l'énergie du désespoir pour obtenir leur laissez-passer pour les séries éliminatoires, le gardien auxiliaire Jonas Gustavsson a cédé quatre fois en première moitié de deuxième période et offert un gain de 6-1 aux Sénateurs d'Ottawa samedi après-midi.

Cette défaite signifie que les Bruins sont maintenant à égalité avec les Red Wings de Detroit à 93 points de classement, sauf que ces derniers bénéficient de l'avantage du premier bris d'égalité. Les Bruins peuvent encore participer aux séries éliminatoires si les Flyers de Philadelphie ne parviennent pas à obtenir plus d'un point lors de leurs deux derniers matchs, dont celui qui sera disputé plus tard samedi contre les Penguins de Pittsburgh.

Les probabilités pour que les Bruins évitent une deuxième élimination précoce ont fondu comme neige au soleil après que le nom de Rask, le gagnant du trophée Vézina en 2014, ait été rayé de la formation partante en raison d'un «malaise». Il a participé à la période d'échauffement, mais a passé la majeure partie de celle-ci en retrait, près du banc des Bruins.

Les Bruins ont émis un communiqué à 12h01 - soit 29 minutes avant le début du match - dans lequel ils ont indiqué qu'ils avaient rappelé par mesure d'urgence Jeremy Smith de leur club-école de Providence.

Gustavsson, qui n'avait pas gardé les buts depuis le 18 mars, a repoussé les 17 tirs dirigés vers lui en première période. Les Bruins en ont profité pour prendre les devants 1-0 lorsque David Pastrnak a accepté une passe lobée de Brad Marchand au-dessus de la ligne bleue avant de battre Andrew Hammond d'un tir précis. Sur la séquence, Pastrnak semblait être hors-jeu, mais l'arbitre a déterminé que la reprise vidéo n'était pas concluante.

Au retour de l'entracte, le ciel est tombé sur la tête des Bruins.

Chris Neil a créé l'égalité à 1:42, frappant deux fois sur la rondelle dans l'enclave avant qu'elle ne glisse derrière Gustavsson. Zack Smith a donné les devants aux Sénateurs quatre minutes plus tard en redirigeant habilement un tir de la pointe d'Erik Karlsson. Matt Puempel a poursuivi la séquence en s'emparant du retour de lancer du revers de Phil Varone pour déjouer Gustavsson entre les jambières.

Puis, à 10:00, Mika Zibanejad a ajouté l'insulte à l'injure en faisant dévier un autre tir au fond de la cage des Bruins. C'était alors 4-1.

Les partisans des Bruins qui scandaient «Nous voulons participer aux éliminatoires!» plus tôt dans le match se sont alors mis à huer leurs favoris. L'entraîneur-chef Claude Julien a demandé un temps d'arrêt, et les Bruins ont généré quelques chances de marquer un peu plus tard pendant la période - sauf qu'ils ont manqué d'opportunisme.

Les Sénateurs ont écopé deux pénalités au troisième vingt, et chaque fois Julien a retiré son gardien afin de créer un double avantage numérique. Les Sénateurs en ont toutefois profité pour tirer dans un filet désert à deux reprises - d'abord Jean-Gabriel Pageau, puis Smith.

Julien s'est retrouvé dans l'eau chaude l'an dernier lorsque le directeur général Peter Chiarelli a été congédié et remplacé par Don Sweeney. Les Bruins n'ont jamais offert de vote de confiance à leur entraîneur après avoir raté les séries éliminatoires deux fois de suite en 50 ans, soit depuis que Milt Schmidt a obtenu une troisième et dernière chance en 1965-66 avant de céder sa place à Harry Sinden.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer