Au tour de Buddy Robinson de sauter sur la glace

«Je suis pas mal excité et anxieux pour... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

«Je suis pas mal excité et anxieux pour ce premier match», a déclaré Buddy Robinson avant la rencontre.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que des blessures à des vétérans s'accumulent en cette fin de saison, les Sénateurs n'améliorent peut-être pas leur équipe, mais une chose est certaine, ils la grossissent.

Après le rappel du défenseur format géant Ben Harpur la semaine dernière, c'était au tour de Buddy Robinson de s'amener dans la capitale mardi pour faire ses débuts dans la LNH contre les Penguins de Pittsburgh.

L'attaquant de 1,98 m (6' 6") et 104 kg (230 livres) est devenu le huitième joueur de l'organisation à disputer son premier match dans le circuit Bettman, après Chris Wideman, Matt O'Connor, Ryan Dzingel, Max McCormick, Fredrick Claesson, Nick Paul et Harpur, qui est revenu à Ottawa d'urgence alors que le défenseur Marc Méthot a déclaré forfait pour la rencontre en matinée parce que trop «amoché», selon ce qu'a rapporté l'entraîneur-chef Dave Cameron.

«Je suis pas mal excité et anxieux pour ce premier match, mais je devrais être prêt quand la partie va commencer, a commenté Robinson. Je suis un gars imposant, mon travail est de me lancer en échec avant et patiner dans mon couloir pour aider à sortir la rondelle de notre zone.»

Récolte modeste

À Binghamton cette saison, l'ailier droit de 24 ans a récolté 13 buts et 22 points en 59 rencontres, une récolte modeste, mais il y est considéré comme un attaquant d'énergie qui aide également à écouler les punitions, ayant compté deux de ses buts en désavantage numérique.

«Personnellement, je pense que j'ai eu une assez bonne saison, même si l'équipe aurait souhaité avoir plus de succès. Je voulais travailler sur ma constance et je pense avoir réussi à ce niveau», a dit celui qui a endossé le numéro 55.

Joueur qui n'a jamais été repêché, Robinson avait été mis sous contrat comme joueur autonome à sa sortie de l'université Lake Superior State au printemps 2013. Une des raisons qui l'avait poussé à accepter l'offre d'Ottawa était qu'il connaissait la région, ayant disputé une saison (2010-2011) avec les Raiders de Nepean, de la Ligue centrale junior A.

«Le processus pour arriver ici a été long, je regardais les autres gars être rappelés et j'espérais toujours recevoir l'appel à mon tour. J'ai continué à travailler pour m'améliorer et ça a rapporté», a dit celui qui était accompagné de sa fiancée pour le voyage Binghamton-Ottawa, tandis que ses parents sont venus de Bellmawr, au New Jersey (près de Philadelphie) pour assister à ses débuts.

Cette audition de fin de saison tombe à point pour Robinson alors que son premier contrat vient à échéance cet été. Il deviendra joueur autonome avec compensation le 1er juillet.

«Ça va être à eux (les dirigeants des Sénateurs) de décider. Moi, j'aimerais bien revenir, j'adore l'organisation. C'est une belle opportunité qu'on m'offre, je pense que ça va me donner un peu de confiance pour la saison morte de savoir qu'ils me considèrent encore comme un espoir. J'espère bien répondre à leur appel», a-t-il noté.

«Il est un bon patineur doté d'un bon gabarit, il doit être efficace en échec avant et faire de la place pour ses compagnons de trio en plus d'être responsable avec la rondelle», a souligné Cameron au sujet de sa nouvelle recrue.

Robinson, en terminant, utilise son surnom de Buddy comme prénom, mais son vrai est Charles III. «Mon grand-père est le premier Charles Robinson et il a été surnommé Buddy. Mon père est arrivé et il était Little Buddy, puis je suis devenu "Buddy III". Je vais éventuellement avoir une décision à prendre, à savoir si je poursuis la tradition», a-t-il blagué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer