La porte se referme

Les Sénateurs ont attendu la troisième période avant... (Gary Wiepert, Associated Press)

Agrandir

Les Sénateurs ont attendu la troisième période avant de se mettre en marche.

Gary Wiepert, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Buffalo) Tranquillement, pas trop vite, les Sénateurs d'Ottawa s'approchent du précipice.

Pour aider un peu leur cause, vendredi, il aurait fallu qu'ils signent une troisième victoire consécutive. Ce n'était pas une mission titanesque. Ils rendaient visite aux Sabres de Buffalo. Ces derniers avaient signé seulement 13 victoires cette saison sur leur propre patinoire, au First Niagara Center.

Les Sénateurs ont appliqué la recette qu'on a - trop - souvent vu cette saison. Ils ont connu un très lent début de match. Ils ont attendu la troisième période pour se mettre en marche.

Parfois, ça fonctionne.

Souvent, ça ne fonctionne pas.

Vendredi, ça n'a pas fonctionné. Les Sabres l'ont emporté, 3-1.

Les joueurs de hockey qui évoluent au sein de formations moribondes aiment bien nous chanter qu'on peut toujours trouver une raison de continuer à travailler fort en fin de saison.

Face aux Sénateurs, les jeunes joueurs des Sabres ont prouvé que ça peut être vrai.

On savait que les recrues Jack Eichel et Sam Reinhart connaissaient du succès dernièrement.

Eichel avait inscrit sept points à ses sept dernières parties. Durant cette séquence il était devenu le plus jeune joueur de l'histoire des Sabres à marquer son 20e but dans la Ligue nationale de hockey.

Il n'a pas déjoué Craig Anderson. Il a complété sa soirée de travail avec une mention d'aide. Il a préparé le but du défenseur Zach Bogosian.

Reinhart, en revanche, a marqué. C'était son 20e.

Dans toute l'histoire des Sabres, seulement trois duos de recrues ont atteint le plateau des 20 buts au cours de la même saison.

Les deux autres duos ont accompli cet exploit durant les glorieuses années 1970.

En somme, face à Ottawa les recrues ont donné un bon spectacle à leurs partisans. On retiendra entre autres cette longue présence de près de trois minutes, au début du deuxième tiers, durant lequel ils ont complètement contrôlé le jeu en zone adverse. Les pauvres défenseurs envoyés dans la mêlée par Dave Cameron, Michael Kostka et Chris Wideman, ne savaient simplement plus où donner de la tête.

« Je dois quand même continuer de faire confiance à mes coéquipiers. Ils ont confiance en moi. Je dois avoir confiance en eux. Quand on perd la confiance, tout est fichu », croit Anderson.

L'autre but des Sabres a été marqué par le Québécois Nicolas Deslauriers. Son sixième de la saison.

Le but des Sénateurs a été marqué par un autre Québécois. Coïncidence. Pour Alex Chiasson, il s'agissait également d'un sixième cette saison.

« Dans l'ensemble, nous n'avons pas fourni un effort suffisant pour espérer la victoire. C'est aussi simple que ça », disait-il, malgré tout déçu, après la partie.

Les Sénateurs et les Sabres ont beau être pratiquement exclus de la course aux séries, les deux équipes se sont échangé quelques coups vicieux.

Dion Phaneuf a été particulièrement actif du côté d'Ottawa.

On pense même qu'il pourrait recevoir des nouvelles du comité de discipline de la LNH dans les prochaines heures. Il a livré une mise en échec douteuse sur Zemgus Girgensons en troisième période.

Une attaque massive anémique

Le premier but de Scott Gomez avec les Sénateurs devra attendre.

Le vétéran centre a bien réussi à pousser une rondelle dans le filet défendu par Chad Johnson, vendredi.

Il a marqué au moment parfait. Durant une supériorité numérique. Au début de la troisième période.

Il n'y a qu'un problème. À la reprise vidéo, les officiels ont déterminé qu'il avait fait dévier le tir de Bobby Ryan avec son gant droit.

Marquer un but avec un gant, dans la LNH, c'est illégal.

« J'ai juste essayé de placer mon bâton dans les airs parce que je voyais que la rondelle s'en venait. Je n'ai jamais voulu frapper la rondelle avec ma main. Des fois, les choses se passent si rapidement sur la patinoire. On ne peut rien y faire », résume le vétéran. 

« N'empêche que nous aurions vraiment eu besoin d'un but à ce moment-là. Ce but aurait pu changer l'allure et l'issue de la rencontre. »

Un but en avantage numérique aurait fait du bien à n'importe quel moment de la soirée, en fait.

L'attaque massive d'Ottawa traverse une autre panne sèche. Elle n'a rien généré à ses 10 dernières parties.

« Le manque de constance dans les unités spéciales fut un de nos problèmes tout au long de la saison », croit le capitaine Erik Karlsson.

« Nous essayons peut-être de nous ré-inventer constamment. Nous essayons constamment de changer les choses. On gagnerait peut-être à faire les choses plus simplement. Je l'ignore », enchaîne-t-il.  

De façon générale, les Sénateurs ont appris vendredi qu'il n'est pas facile de battre Chad Johnson.

Le gardien de buts numéro deux des Sabres n'a pas eu la chance de jouer souvent depuis le retour au jeu de Robin Lehner. Ça ne veut pas dire qu'il joue mal. Il a signé la victoire dans chacun de ses six derniers départs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer