Qu'adviendra-t-il de Deslauriers?

Nicolas Deslauriers complète sa deuxième année avec les... (Archives, La Presse)

Agrandir

Nicolas Deslauriers complète sa deuxième année avec les Sabres, évoluant sur le deuxième trio de l'équipe.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Buffalo) Dans l'immédiat, Nicolas Deslauriers ne peut pas vraiment se plaindre de son sort.

L'ancien des Olympiques de Gatineau a bien réussi sa transition. Il était un défenseur à caractère offensif durant ses belles années dans la LHJMQ. Il est aujourd'hui un attaquant qui brasse dans la LNH.

Il complète sa deuxième saison dans les majeures au sein du deuxième trio des Sabres. Il joue avec Ryan O'Reilly et Evander Kane. Quand même.

Quand il pense à ce qui l'attend dans les prochains mois, le hockeyeur originaire de LaSalle grince quand même - un peu - des dents.

« Je suis dans une situation où je dois signer un nouveau contrat à la fin de l'année. J'aime ça, ici. Ma famille aussi. »

Deslauriers était déjà heureux d'aboutir à Buffalo. Les Sabres lui ont donné, à 23 ans, une première vraie chance d'accéder à la LNH.

L'émergence des jeunes Jack Eichel - en particulier - et Sam Reinhart lui donne le goût de rester. Il aimerait continuer de faire partie de cette équipe si elle reprend un jour sa place parmi l'élite.

Sauf que les Sabres rateront une fois de plus les séries cette année. Le Québécois a suffisamment d'expérience, maintenant, pour savoir que les formations qui ne participent pas aux séries subissent plus de changements que les autres durant la saison morte.

« Le personnel de hockey change tellement souvent. Chaque année, il y a toujours des gars qui partent et d'autres qui arrivent, constate-t-il. Je vais tout donner chaque match en espérant que de bonnes choses m'arrivent. Si je ne peux pas m'entendre avec Buffalo, eh bien... J'ai eu la chance d'affronter 29 autres équipes depuis mon arrivée dans la ligue. J'espère que le mot se passe. »

Dans une ligue où la robustesse demeure un élément important, malgré le fait que le nombre de bagarres diminue année après année, Deslauriers possède des qualités qui devraient plaire aux directeurs généraux.

Son côté frondeur devrait plaire à celui des Sabres, en tous cas.

« Le directeur général et ses joueurs ne se parlent pas trop souvent », répond Deslauriers quand on lui demande de qualifier sa relation avec Tim Murray.

« C'est dur de dire si on a une bonne relation ou pas. Quand on se voit, on a toujours de bonnes conversations. »

Avec son salaire de 637 500 $ US, Deslauriers est l'attaquant qui coûte le moins cher à Murray, cette saison.

Il fait partie d'un petit groupe de six ou sept joueurs autonomes avec compensation à Buffalo.

Lehner sur la touche

Nicolas Deslauriers n'est pas le seul membre de l'organisation des Sabres qui ne sait pas trop de quoi l'avenir sera fait.

Robin Lehner n'a pas trop à s'inquiéter pour le long terme. Ses performances au cours des dernières semaines font bien paraître Murray. Il semble avoir cimenté sa place à titre de gardien de but numéro un.

Dans le court terme, par contre, c'est un peu plus compliqué.

Le gardien suédois se retrouve une fois de plus à l'infirmerie. Sa blessure à une cheville, subie dans le tout premier match de la saison, tarde à guérir.

« Il n'est pas question pour l'instant de mettre un terme à sa saison, mais il doit tracer une croix sur nos deux ou trois prochaines parties », a indiqué l'entraîneur-chef Dan Bylsma, vendredi matin.

« C'est une blessure un brin compliquée. Nous allons lui donner le temps de bien guérir. »

Bon classement pour White et Chabot

Le réputé magazine The Hockey News publie chaque année un classement des plus beaux espoirs du hockey professionnel. Dans sa plus récente édition, deux joueurs qui appartiennent aux Sénateurs figurent dans le top-40.

Il s'agit des deux joueurs qui ont été repêchés en première ronde l'été dernier, Thomas Chabot et Colin White.

Étonnamment, White a réussi à devancer Chabot sur l'échiquier.

L'attaquant qui a été sélectionné avec le choix que les Sénateurs ont obtenu des Sabres dans une transaction a connu toute une première campagne dans les rangs universitaires. Ses 40 points inscrits en 33 parties en saison régulière lui ont permis d'occuper le deuxième rang du classement des meilleurs marqueurs chez les Eagles de Boston College.

Il occupe le 15e rang au classement du magazine.

Chabot se pointe le nez au 38e rang du classement.

Le jeune Beauceron a produit à un rythme d'environ un point par match dans la LHJMQ. Il serait sans doute engagé dans une lutte à finir pour le titre de défenseur le plus productif du circuit Courteau s'il ne s'était pas absenté pendant plusieurs semaines pour prendre part au Championnat mondial de hockey junior.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer