Fini le creux de vague, espère Bobby Ryan

Avec 52 points, Bobby Ryan présente la troisième... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Avec 52 points, Bobby Ryan présente la troisième meilleure fiche de l'alignement des Sénateurs à trois semaines de la conclusion de la saison régulière.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Buffalo) Discrètement, Bobby Ryan a célébré son 29e anniversaire de naissance, jeudi.

Très discrètement. Les journalistes lui ont souhaité bonne fête avant ses coéquipiers.

« Je ne suis pas du genre à faire tout un plat avec mon anniversaire. Je ne suis certainement pas celui qui prévient ses coéquipiers quelques jours à l'avance. J'aurais trop peur qu'un plaisantin profite de l'occasion pour cacher ma voiture dans un terrain de stationnement, quelque part... »

L'homme a beau atteindre l'âge de raison... Tant qu'il accepte de gagner sa vie dans un vestiaire de hockey, il doit s'attendre à se faire jouer des tours qu'on voit généralement dans une résidence étudiante.

Passons.

L'ailier droit américain parle comme la plupart des gens qui voient la trentaine approcher. Il constate que le temps passe de plus en plus rapidement.

La dernière saison a passé rapidement. Les Sénateurs disputeront leur 72e match, vendredi.

« Ce fut une année correcte pour moi », estime Ryan.

« Je suis un peu dans un creux de vague à l'attaque dernièrement. J'ai eu quelques matches plus difficiles dernièrement. Ce fut le cas de tout le monde, je crois. Mais je crois que nous sommes en train de nous en sortir. Dans l'ensemble, j'ai l'impression d'avoir bien rebondi à la suite de ma mauvaise fin de saison de l'an dernier. J'ai contribué aux succès et j'ai continué d'apprendre. »

Ryan n'est pas trop dur envers lui-même, donc.

Dave Cameron fait une lecture un peu plus sévère des choses. Et l'entraîneur-chef n'est habituellement pas du genre à critiquer ses propres joueurs.

« Quand ton équipe ne fait pas partie de celles qui se dirigent vers les séries éliminatoires, tout le monde peut en donner davantage. Bobby fait donc partie de ceux qui peuvent nous en donner plus », a-t-il déclaré, hier.

Quels sont les éléments où Bobby Ryan pourraient faire mieux, alors?

« Toute l'équipe doit se montrer plus prudente quand elle contrôle la rondelle. Les joueurs qui passent plus de temps sur la patinoire ont de plus grandes responsabilités », répond Cameron.

Ryan, avec le généreux contrat qui lui a été octroyé au début de la saison 2014-15, continuera de faire partie des joueurs les plus utilisés par son entraîneur pendant un certain bout de temps.

Jouer avec tout le monde

Même s'il est resté en santé tout au long de la saison, Bobby Ryan est possiblement l'attaquant qui a le plus souffert de l'accumulation de blessures chez les Sénateurs.

Il a probablement changé de trio plus que quiconque au sein de l'équipe.

« Ce n'est pas compliqué. J'ai joué avec tout le monde », lance-t-il.

Cette réalité a peut-être freiné sa production à un certain moment.

« Dernièrement, j'ai un rôle un peu différent au sein du troisième trio. J'essaie de me familiariser avec tout cela. »

Dans un monde idéal, le joueur d'impact préférerait un poste régulier, un rôle bien à lui, dans l'alignement. 

« Dernièrement, on me demande de jouer avec Scotty Gomez. Ce n'est pas facile pour lui. Il débarque avec une vingtaine de matches à jouer à la saison et on lui demande d'être le pivot du troisième trio. Il doit être bon à la fois défensivement et offensivement. »

« Dans nos récentes rencontres d'équipe, nous avons conclu que nous avons tous de bonnes raisons de continuer à jouer, malgré tout. Nous devons continuer à livrer le meilleur de nous-mêmes », conclut-il.

Puempel ronge son frein

Le jeune ailier gauche Matt Puempel a passé six des sept derniers matches dans la galerie de la presse.

C'est un peu étrange, quand on y pense. Rappeler un joueur des ligues mineures pour le laisser moisir dans les gradins...

« Je ne vais pas l'insérer dans ma formation pour le simple plaisir de le voir sur la patinoire, intervient Dave Cameron. Nos autres attaquants jouent bien dernièrement. Matt, comme tous les jeunes, doit réaliser qu'il n'y a pas de laissez-passer gratuits dans la LNH. Son statut d'espoir ne lui assure pas une place dans la formation. »

Cameron reconnaît cependant que Puempel pourrait jouer ce week-end. Dans une situation où son équipe doit jouer deux parties en autant de soirs, il pourrait être tenté d'utiliser toute la profondeur de son alignement.

La coupe Stanley à Ottawa

La coupe Stanley ne risque pas d'être remportée par une formation canadienne ce printemps. Elle fera quand même une petit apparition au Canada, vendredi matin.

Le trophée sera un des invités d'honneur dans une conférence de presse qui se déroulera au 150, rue Elgin, à 10 h 30. On procédera pour l'occasion au lancement du concours de design du Monument commémoratif Lord Stanley.

L'artiste qui remportera ce concours aura l'occasion de produire un monument qui sera érigé au coin des rues Sparks et Elgin, en plein coeur du centre-ville.

Le dévoilement de ce monument est inscrit au calendrier de 2017. Il fera partie des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération, du 100e anniversaire de la LNH et du 25e anniversaire des Sénateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer