Chiasson veut voir les Nordiques revenir

Il a été question d'expansion des cadres de la LNH mercredi à Boca Raton, et... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a été question d'expansion des cadres de la LNH mercredi à Boca Raton, et Alex Chiasson était certes un joueur intéressé par ces discussions.

Ce n'est pas tant que l'attaquant des Sénateurs craint d'être exposé à un éventuel repêchage à l'intention de ces nouvelles formations, mais qu'il souhaite que son patelin de Québec retrouve ses Nordiques.

«Avoir une équipe à Québec, ce serait quelque chose de spécial. Pour moi, c'est déjà spécial chaque fois que je joue à Montréal, mais veux, veux pas, j'ai grandi à Québec. Ils ont construit un nouvel aréna (le Centre Vidéotron) et c'est une ville avec un amour du hockey incroyable. C'est certain que ce serait une belle opportunité pour tous les gars de Québec de jouer des matches là-bas», souligne le hockeyeur qui est né à Montréal mais a grandi à St-Augustin-de-Desmaures, en banlieue de la Vieille Capitale.

Les dirigeants d'équipes se sont fait dire mercredi qu'ils pourraient protéger un gardien, trois défenseurs et sept attaquants, ou encore un gardien et huit patineurs, peu importe leur position, lors de la réunion des directeurs généraux en Floride. Une décision à savoir s'il y aura bel et bien une expansion sera prise d'ici au repêchage de juin à Buffalo, et si un ou deux clubs feront leurs débuts lors de la saison 2017-2018.

«C'est loin, c'est dur de penser à ça à ce moment-ci. Moi, mon contrat vient à échéance à la fin de l'année, je dois me concentrer sur les choses qui se passent ici et laisser les choses aller. Mais c'est certain que pour le futur, ce serait une belle opportunité de retourner à la maison», note Chiasson, qui avait cinq ans quand les Nordiques sont déménagés au Colorado.

En attendant de voir s'il pourrait éventuellement se retrouver à Québec ou même à Las Vegas, celui qui a cinq buts et six passes à sa fiche aimerait bien mettre un terme à une disette de 10 parties sans but.

Et ce même si son patron Dave Cameron a dit mardi qu'il n'a pas besoin de compter pour être utile à son club.

«Le défi pour 'Chiass' est de ne pas évaluer son jeu en terme de points. Tout le monde veut compter, c'est certain, mais je pense qu'il réalise qu'il n'a pas besoin de compter pour être un bon joueur. C'est un gros gars qui patine bien, qui peut faire de la place pour ses coéquipiers en distribuant les coups d'épaule dans les coins et en fonçant au filet. Par le passé, il se faisait la vie dure quand il ne saisissait pas ses chances de compter, il créait de l'énergie négative. On veut qu'il réalise qu'il n'y a pas de pression sur lui pour marquer, il va obtenir son temps de glace s'il fait tout le reste qu'on attend de lui», a dit Cameron.

White à l'honneur

Le deuxième choix de première ronde des Sénateurs l'été dernier, l'attaquant Colin White, a été récompensé pour son excellente première saison à l'université Boston College alors qu'il a été nommé sur l'équipe d'étoiles des recrues de l'association Hockey East.

Le centre de 19 ans a terminé le calendrier régulier à égalité en tête des compteurs pour les recrues de sa ligue avec ses 40 points, dont 18 buts, en seulement 33 parties. Une fois sa saison terminée, les Sénateurs pourraient bien entamer des discussions avec son conseiller pour voir s'il serait intéressé à faire le saut chez les pros dès l'an prochain, lui qui a aussi connu un excellent Championnat mondial junior.

Hammond et l'autisme

Les Sénateurs ont tenu une soirée de sensibilisation à l'autisme à l'occasion de leur match contre le Wild mardi et le gardien Andrew Hammond en a profité pour révéler qu'il a fait peinturer une petite pièce de casse-tête mauve à l'arrière de son masque pour appuyer son neveu de six ans, Finn, qui est atteint de ce trouble du développement.

« Quand j'éprouve des difficultés, ça me rappelle qu'il y a des gens qui ont une vie bien plus difficile que la mienne », a confié le « Hamburglar ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer