20 buts et un pari perdu pour Smith

Zack Smith connaît une saison bien au-delà des... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Zack Smith connaît une saison bien au-delà des attentes.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Personne, à Ottawa, ne s'attendait à ce que Zack Smith marque 20 buts cette saison. Smith lui-même ne semblait pas croire en ses chances d'y parvenir, plus tôt cet hiver.

«Marquer 20 buts m'a fait perdre un pari», a-t-il confié à un petit groupe de journalistes, vendredi.

C'est une histoire vraie.

À l'approche de la pause du Match des étoiles, l'attaquant des Sénateurs discutait avec un de ses cousins qui vit dans l'ouest canadien.

Le cousin, grand fan de hockey, était emballé par ses plus récentes performances. «Si tu continues ainsi, les buts vont finir par s'accumuler. Je ne serais pas surpris de te voir en marquer une vingtaine cette saison.»

Smith doutait un peu.

Le cousin était tellement convaincu qu'il a lancé l'idée d'un pari. «Si tu marques 20 buts, tu me devras une centaine de dollars.»

Il s'est enrichi vers la fin de la première période du match de jeudi, lorsque Smith a décoché un lancer qui a trompé la vigilance de Roberto Luongo.

«Je n'ai jamais été aussi heureux et fier de perdre un pari», précise aujourd'hui le hockeyeur.

Smith est fier d'avoir atteint ce plateau, tout court.

Dans une LNH de plus en plus axée vers la défensive, seuls une soixantaine de joueurs ont atteint ce plateau jusqu'ici cette saison.

À 27 ans, Smith ne devait plus rêver d'atteindre de tels sommets.

Il n'avait pas connu une seule saison de plus de 20 buts depuis 2009. À l'époque, il évoluait chez les Senators de Binghamton dans la Ligue américaine.

Il y a quelques mois, on le croyait condamné à occuper un rôle très effacé au centre du quatrième trio à Ottawa.

Le voilà projeté à l'avant-scène, à l'aile gauche du seul trio qui produit de façon constante chez les Sénateurs. Avec Jean-Gabriel Pageau et Mark Stone, il fonctionne à plein régime depuis bientôt un mois.

«J'ai toujours cru que si on me donnait l'opportunité, je réussirais à marquer des buts.»

«Cela dit, pour mes récents succès, je dois rendre hommage à mes partenaires de trio. Pageau me ressemble beaucoup. C'est sans doute pourquoi nous jouons bien ensemble. Dans toute la ligue, Stone est possiblement le joueur qui est le plus habile avec son bâton. Tous les joueurs qui font partie de son trio finissent par obtenir des chances de marquer.»

«Moi, à ses côtés, j'en ai eu, des chances de marquer. J'en ai eu amplement dans les trois dernières parties. Je me suis souvent retrouvé seul devant le filet et je n'ai pas été capable de capitaliser. C'est bien de pouvoir rentrer au banc après avoir raté une chance de marquer, en te disant que tu en auras d'autres avant la fin de la partie.»

«Quand je jouais dans le quatrième trio, je savais que je ne pouvais pas me permettre de bousiller une chance. Je pouvais en obtenir une seule par match.»

Les anciens partenaires de trio de Smith ne lui en tiennent pas rigueur. Ils sont bien contents de le voir connaître du succès à l'attaque avec d'autres partenaires de jeu.

«Smitty joue bien et je lui lève mon chapeau, indique Chris Neil. S'il marque des buts, c'est qu'il travaille de la bonne façon.»

«Son trio a vite développé une complicité et c'est très bien. Nos marqueurs naturels ont beaucoup de pression sur les épaules. Quand ils ne sont pas capables de produire, ils doivent changer leur façon de faire les choses», enchaîne le vieil homme fort.

En modifiant certaines choses, ces joueurs gagneraient à s'inspirer du numéro 15.

Mystère et boule de gomme

Y aura-t-il des changements à la formation des Sénateurs en prévision du match de ce soir? Lorsqu'il s'est présenté devant les médias, hier, Dave Cameron ne voulait pas se mouiller.

Andrew Hammond était devant le filet d'Ottawa, samedi dernier, dans la victoire à Toronto. Pourrait-il affronter les Leafs à nouveau?

Dans le dernier match, jeudi en Floride, Cameron a retiré Nick Paul et Chris Wideman au profit de Matt Puempel et Patrick Wiercioch.

Puempel a été le joueur le moins utilisé dans le camp des Sénateurs face aux Panthers. Il a tout juste franchi le plateau des 10 minutes passées sur la patinoire. Il a eu le temps de décocher deux tirs au but.

Wiercioch a passé plus de temps sur la patinoire que Michael Kostka. Il s'en est relativement bien tiré.

Toujours Drouin dans la mire

Jonathan Drouin a effectué son grand retour dans la formation du Crunch de Syracuse dans la Ligue américaine, vendredi.

Les Sénateurs, toujours très intéressés à ses services, avaient dépêché un dépisteur pour le voir jouer...

Milan Michalek devrait affronter les Sénateurs pour la première fois, samedi. Le vétéran ailier tchèque s'adapte tant bien que mal à la vie à Toronto.

«Je n'avais pas encore joué un seul match dans l'uniforme des Leafs qu'on me reconnaissait plus souvent dans les rues de Toronto que dans celles d'Ottawa», a lancé le timide athlète aux médias de la Ville-Reine il n'y a pas si longtemps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer