Les Sénateurs refusent de jeter l'éponge

Dion Phaneuf et les Sénateurs ont encaissé une... (Associated Press)

Agrandir

Dion Phaneuf et les Sénateurs ont encaissé une défaite frustrante, mardi soir contre les Hurricanes.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'entraîneur adjoint des Sénateurs d'Ottawa André «Bear» Tourigny a repris cette citation célèbre mercredi en tentant d'analyser ce qui s'était passé la veille à Raleigh, alors qu'un but de Jeff Skinner à 0,3 seconde de la fin a transformé ce qui semblait devoir être une victoire de 3-2 en revers de 4-3 en fusillade aux mains des Hurricanes de la Caroline.

«Ils étaient dans la zone neutre avec neuf secondes à jouer et on a joué de malchance, ils ont tenté une passe devant le filet, la rondelle a dévié sur la jambière de Dion Phaneuf et est allée directement sur le bâton de Skinner dans l'enclave, qui a lancé à travers trois de nos gars plus le gardien, a résumé Tourigny. C'est ça le hockey, ce n'est jamais fini tant que ce n'est pas fini, on en a eu une autre preuve hier... Mais les gars ont été des professionnels et sont revenus avec une bonne pratique (mercredi).»

Le dernier clou?

Ce point de classement perdu pourrait bien être un des derniers clous du cercueil des Sénateurs alors qu'au lieu de passer devant les Hurricanes et les Devils pour se rapprocher à quatre points des Red Wings de Detroit et du huitième rang dans l'Est, ils sont demeurés au 11rang et tous les clubs qu'ils pourchassent (Pittsburgh, Detroit, Philadelphie et la Caroline) ont plus de parties à jouer.

Avec 14 matches à jouer en saison régulière, à commencer par celui de jeudi contre les Panthers de la Floride, leur marge de manoeuvre est réduite à son minimum. Mais la citation de l'ancien receveur des Yankees s'applique à eux aussi.

«On n'a pas le choix de se remettre au travail aujourd'hui, ce qui est arrivé fait partie du passé et il faut passer à autre chose, a souligné Phaneuf. Je trouve qu'on joue bien, on fait beaucoup de bonnes choses. Mais des mauvais bonds arrivent au hockey... La course achève, mais elle n'est pas terminée, nous sommes encore en vie et on va jouer avec le plus d'ardeur possible pour ramasser le plus de points possible, et on finira où on va finir... Dans la LNH, il n'y a pas de temps pour bouder et s'apitoyer sur ton sort quand tu perds un match, tu dois continuer à aller de l'avant.»

Avec ce revers crève-coeur encaissé après celui de 2-1 contre Dallas dimanche, la seule bonne nouvelle de la semaine pour les Sénateurs est que les Red Wings connaissent des ratées avec trois défaites consécutives, ce qui fait que le peloton peut reprendre espoir de les rattraper.

La saison dernière, lorsqu'ils ont effectué leur remontée in extremis, Ottawa avait profité des déconfitures dans le dernier droit de Pittsburgh et Boston pour se faufiler au septième rang dans l'Est.

«C'est une tâche monumentale quand on regarde le calendrier, on pourrait gagner 14 parties de suite et avoir encore besoin d'aide. Mais tant qu'on ne sera pas éliminés mathématiquement, personne ne va abandonner dans ce vestiaire, c'est certain. Detroit nous ouvre la porte, et il faudrait que Philly ralentisse aussi. On va espérer que leurs adversaires vont être à leur affaire, mais on se concentre sur nous», a commenté l'attaquant Bobby Ryan.

Un autre problème pour les Sénateurs, outre le fait qu'ils ont déjà joué plus de parties que les autres, est qu'ils ne jouent plus beaucoup de matches contre ces équipes qu'ils pourchassent. Ils ont terminé leurs séries de saison régulière contre les Red Wings et les Hurricanes, et il ne leur reste qu'un match contre Philadelphie et un autre contre Pittsburgh au début avril, alors qu'il pourrait déjà être trop tard.

Craig Anderson prêt à revenir

L'entraîneur adjoint des Sénateurs d'Ottawa... (Etienne Ranger, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Les Sénateurs devraient pouvoir renvoyer leur gardien numéro un dans la mêlée jeudi soir contre les Panthers de la Floride.

Craig Anderson s'est entraîné avec ses coéquipiers au BB&T Center, son premier entraînement complet depuis qu'il a quitté le match de mardi de la semaine dernière contre St. Louis en raison d'une légère entorse au genou gauche.

Après coup, il s'est dit complètement rétabli. «La pratique a été pas mal bonne pour ce qui est du genou. Je n'avais pas de restrictions, autant mentalement que physiquement. Je pouvais me mettre dans toutes les situations quand elles le commandaient. Je devrais être disponible (jeudi). Ça va être un bon défi contre une bonne équipe, si je joue évidemment. Je devrai faire mon travail, qui est de nous donner une chance de gagner en arrêtant des rondelles», a dit le gardien qui a sa résidence principale à Fort Lauderdale.

Le retour de celui qui a une excellente fiche contre les Panthers (12-5-2, moyenne de 2,04 et taux d'efficacité de ,935), qui ne sera confirmé que jeudi par Dave Cameron, devrait signifier le renvoi de Chris Driedger au club-école de Binghamton.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer