Défaite crève-coeur des Sénateurs

Antoine Roussel a marqué alors qu'il ne restait... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Antoine Roussel a marqué alors qu'il ne restait qu'un peu plus de deux minutes à faire à la rencontre

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a des défaites qui font mal au cours d'une longue saison. Puis il y a des revers qui cassent carrément les jambes, comme celui encaissé par les Sénateurs dimanche soir au Centre Canadian Tire.

Les Stars de Dallas sont venus arracher un gain de 2-1 grâce au but d'Antoine Roussel alors qu'il ne restait que 2:14 minutes à écouler au cadran, réduisant ainsi d'autant plus les chances déjà minces de participer aux séries du club local, qui se retrouve à six points du dernier rang donnant accès aux séries, détenu par les Red Wings de Detroit, alors qu'il ne reste plus que 15 parties au calendrier régulier.

À leur deuxième partie en moins de 24 heures, les Sénateurs (31-29-7) avaient pourtant fait du bon travail pour contenir les gros canons des Stars, Tyler Seguin et Jamie Benn en tête. Mais Jason Spezza a marqué son premier but en quatre matches contre son ancien club lors d'un avantage numérique sur une punition très douteuse imposée à Zack Smith, répliquant à l'unique compteur d'Ottawa au deuxième tiers. 

Et un but de Curtis Lazar en début de troisième période a été effacé après une révision vidéo parce que son coéquipier Mike Hoffman avait commis un hors-jeu à la ligne bleue. 

«Après avoir si bien joué, c'est difficile à accepter qu'on ait alloué ce but en fin de match, a déclaré l'entraîneur-chef Dave Cameron. On fait les mathématiques chaque jour et on sait ce qui se passe, c'est pourquoi je répète qu'à ce temps-ci de l'année, il n'y a que le résultat qui compte. Tu dois bien jouer pour amasser des points, et là, on a bien joué, mais on a perdu.»

Cameron a critiqué du bout des lèvres les officiels qui ont décerné une mineure pour avoir fait trébucher à Smith alors qu'il avait mis Seguin en échec bien légalement dans l'enclave de sa zone défensive. «Ce n'était pas une punition, mais mon opinion ne compte pas», a-t-il dit.

Smith avait bien de la misère à l'avaler, lui.

«On méritait un bien meilleur sort, on a tenu tête à un des meilleurs clubs de la ligue. On a mieux joué qu'eux pour la majorité du match, et ça fait mal de leur accorder ce but à la fin, a-t-il souligné d'entrée de jeu. Sur la punition, l'arbitre était convaincu que j'avais donné un coup de genou, mais je n'ai ressenti que mon épaule contre son épaule. Je n'étais pas d'accord avec la décision, mais je suis rarement d'accord avec eux.»

Le gardien Andrew Hammond, solide face aux 25 tirs des visiteurs, n'a rien pu faire quand Spezza l'a battu par dessus l'épaule gauche avec un puissant tir où il s'est servi de son coéquipier Brett Ritchie comme écran. Un but marqué pendant que plusieurs des 19 419 spectateurs huaient la décision de punir Smith.

«Tout le monde dans le coin sait qu'il a un puissant tir quand il peut s'installer au haut du cercle. Ce but a ultimement fait la différence probablement», estimait le «Hamburglar», à son troisième départ de suite en raison de la blessure au genou de Craig Anderson.

C'était le premier point de Spezza contre le club qui l'a échangé le 1er juillet 2014, contre Alex Chiasson et Nick Paul, qui ont tous deux pu l'affronter lors de cette rencontre. Ça lui donne au moins un point contre les 30 clubs de la LNH maintenant.

«C'était une grosse victoire pour nous, on voulait resserrer notre jeu et essayer de gagner plus de matches de 2-1. On a eu un break quand leur but a été jugé hors-jeu, et on est allé chercher ce gros but à la fin, a indiqué Spezza. Mon but a fait du bien, je me sentais plus à l'aise que lors de notre visite de l'an passé, je savais plus à quoi m'attendre et j'ai eu plus de plaisir après avoir vu mon frère hier soir. Ce n'était pas un match trop excitant, ils avaient joué samedi et personne ne voulait prendre de risque.»

Dallas (40-20-7) remportait ainsi un quatrième gain de suite lors de ses visites à Ottawa.

Un 500e match spécial quand même pour Méthot

Marc Méthot ... (Archives, Associated Press) - image 3.0

Agrandir

Marc Méthot 

Archives, Associated Press

Après avoir marqué lors de deux matches consécutifs, Marc Méthot a été blanchi à l'occasion de son 500e match en carrière.

Le défenseur franco-ontarien des Sénateurs n'a évidemment pas aimé le résultat, un revers de 2-1 contre Dallas, pour cette occasion où il arrivait à mi-chemin des 1000 parties en carrière. 

Le chiffre restait quand même significatif pour lui.

«C'est spécial pour moi, je suis parti de loin, à mes yeux en tout cas. D'être capable de partager ça avec ma famille, mes parents et quelques amis qui étaient là, ça rend ça encore plus spécial pour moi. Je ne l'oublierai pas pour un bout de temps. Mais ce n'est que 500 matches, ce n'est pas comme si j'atteignais le plateau des 1000, mais c'était de la classe de la part de l'organisation de le reconnaître (sur l'écran géant)», a-t-il raconté après coup.

Le revers des Sénateurs les avait repoussés à sept points des Penguins de Pittsburgh, détenteurs du huitième rang dans l'Est dimanche matin. Mais leur gain contre le New Jersey combiné au revers de Detroit contre Chicago leur a permis de les doubler, et les Red Wings sont six points devant Ottawa, avec un match de plus à jouer.

«Je ne regarde pas ça, c'est trop démoralisant de regarder le classement et on n'a pas de contrôle là-dessus. L'important est que présentement, nous jouons beaucoup mieux et on va espérer qu'il n'est pas trop tard, on va continuer à pousser», a ajouté Méthot.

Son partenaire à la ligne bleue, Erik Karlsson, était d'accord, lui qui s'en voulait d'avoir raté le filet de peu sur une descente à trois contre deux où Mark Stone l'avait repéré s'amenant dans l'enclave.

«On va se battre jusqu'à la fin et on va espérer un peu de chance pour nous aider. On aurait pu gagner ce match (contre les Stars), mais on n'a pas compté quand on a eu nos chances. Moi, je ne trouve pas le moyen de marquer sur mes chances, mais ça arrive au fil d'une saison», a dit le capitaine, qui n'a pas marqué à ses 17 derniers matches. Il a dirigé 14 tirs vers le but adverse contre Dallas, 9 étant bloqués alors qu'il a tiré hors cible à deux reprises, seulement trois lancers étant bloqués par Kari Lehtonen, solide face aux 24 lancers des Sénateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer